ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation)L'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La statuaire

Portraits d'éternité, les rondes-bosses figent les personnages dans des attitudes canoniques ; nulle disgrâce n'afflige leur corps, nulle émotion, nulle souffrance n'affecte leurs traits. Expression pour les rois de l'essence sacrée de la monarchie et consécration pour les dignitaires de leur réussite sociale, la statue transcende les contingences de la condition humaine. Tout signe particulier traduit moins une réalité physique qu'une qualité hautement revendiquée : l'embonpoint reflète une carrière florissante, les stigmates de l'âge la sagesse conférée par l'expérience. La ressemblance avec le modèle vivant n'est donc qu'accessoirement le but recherché, si bien que nombre d'effigies de particuliers s'inspirent du modèle créé pour leurs souverains, imité parfois pendant plusieurs générations. Les cas d'usurpation sont également fréquents, le nouveau propriétaire se contentant de faire regratter l'ancien nom et de retoucher parfois d'infimes détails.

Le portrait royal

Les statues des rois de l'époque thinite et de l'Ancien Empire, qui proviennent pour la plupart des complexes funéraires pharaoniques, représentent les souverains dans l'acmé de leur existence : les corps, peu individualisés, sont robustes, les visages, plus nettement personnalisés, affichent une autorité souveraine. Les innovations concernent moins le style que les attitudes. Le premier exemple dûment authentifié montre le troisième roi de la IIe dynastie, Nynetjer, en posture assise, engoncé dans le court manteau blanc du jubilé, les mains repliées sur le buste, la tête coiffée de la couronne blanche conique. Cette œuvre en albâtre, de petite dimension (13,5 cm), apparaît comme le prototype des effigies des règnes suivants, de taille plus imposante. Celles de Khasekhemouy en greywacke (pierre cristalline gris foncé), datant de la même dynastie, portent sur le socle des silhouettes de rebelles de Basse-Égypte avec la mention de leur nombre : presque cinquante mille, ce qui n'a à l'évidence aucune prétention à l'exactitude. Il s'agit non de relater un événement, mais de glorifier les capacités guerrières du souverain. Le motif sera transformé pour Djeser et bien d'autres souverains après lui en l'image de neuf arcs écrasés par les pieds du monarque. À partir de la IVe dynastie, les pharaons sont représentés debout ou assis, volontiers vêtus du pagne court, la chendjit, seuls ou dans des groupes statuaires, soit avec leur épouse, renvoyant alors à la notion de permanence dynastique, soit associé à des divinités ou à des entités géographiques. Transcription du thème de l'identification du roi d'Égypte au dieu Horus, l'ensemble inauguré pour Chéphren, combinant l'effigie du souverain et celle du faucon enserrant de ses ailes la tête du pharaon, est appelé à un long succès, quelles qu'en soient les variantes : rapace tourné vers la droite sous Pepi Ier (VIe dynastie) ou dominant de sa haute taille la frêle silhouette de Nectanébo II (XXXe dynastie), à moins que le corps de l'oiseau ne se fonde avec celui du souverain (statue de la XVIIIe dynastie attribuée à Thoutmosis III). La série des triades originellement dressées dans le temple de la vallée de Mykérinos à Giza regroupant le roi, Hathor et la personnification d'un nome (circonscription administrative de l'Égypte), qui devait, quand elle était complète, fournir le répertoire des lieux de culte alors dédiés à la déesse, traduit l'intimité des liens unissant celle-ci au souverain, à la fois son fils et son époux. Pepi Ier lui exprime sa dévotion par la consécration, dans son temple de Dendera, d'une statuette d'un type encore inédit éternisant le pharaon dans le geste de l'offrande, à genoux, les mains fermées sur deux vases globulaires. L'Ancien Empire voit aussi naître, sous Pepi II, la tradition des effigies de roi-enfant, selon deux codes opposés : pharaon miniaturisé assis sur les genoux de sa mère ou au contraire bambin vigoureux, accroupi et nu, portant l'index à la bouche. S'il existe une explication historique à ces œuvres, Pepi II étant monté à un âge précoce sur le trône, elles trouvent avant tout leur source dans la croyance en la prédestination royale et dans l'idée que l'impétuosité de la jeunesse est une vertu indispensable à l'exercice du pouvoir.

Triade de Mykérinos, Guizeh, Égypte

Photographie : Triade de Mykérinos, Guizeh, Égypte

Mykérinos, qui construisit la troisième pyramide de Guizeh, est représenté entouré de la déesse Hathor et d'une des divinités du nome (province d'Égypte). Statue en granit. Pyramide de Mykérinos, Guizeh. Musée égyptien, Le Caire. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Sous le Moyen Empire, un double courant se fait jour. Dans les temples funéraires de la région memphite, les effigies des rois de la XIIe dynastie sont à la ressemblance de celles de leurs prédéces [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Fabrication de briques crues

Fabrication de briques crues
Crédits : Jerry-Rainey/ Shutterstock

photographie

Manche de couteau orné de scènes de combats et de navigation

Manche de couteau orné de scènes de combats et de navigation
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Palette du roi Narmer

Palette du roi Narmer
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le monument funéraire

Le monument funéraire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 30 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne, docteur d'État

Classification

Autres références

«  ÉGYPTE ANTIQUE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 1 614 mots

Lorsque, au vie siècle de notre ère, l'empereur Justinien fit amener à Constantinople les statues d'Isis qu'on adorait encore dans l'île de Philae, à la première cataracte, lorsqu'il emprisonna les derniers prêtres de la déesse, il semblait vraiment que la civilisation de la vieille Égypte était bel et bi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

L'Égypte est une étrange réalité géographique. Tout s'y fait au contraire des autres pays, remarque Hérodote. C'est une longue oasis verdoyante d'une fertilité extraordinaire. Mais, hors de la plaine qui borde le fleuve, c'est un terrain d'une affreuse aridité, qui commence de manière si abrupte qu'on peut avoir un pied dans les cultures et l'autre dans le […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte ptolémaïque

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 460 mots
  •  • 1 média

Égypte ptolémaïque, Égypte lagide, Égypte hellénistique : cette triple appellation est employée communément pour désigner une même réalité, dans l'espace et dans le temps, mais avec des connotations particulières. L'Égypte lagide, c'est la vallée du Nil, de la mer à la deuxième cataracte, et les pays qui furent rattachés par conquête à ce territoire, depuis la mort d' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte romaine et byzantine

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 628 mots
  •  • 1 média

Après la mort de Cléopâtre, en 30 avant J.-C., l'Égypte passe au pouvoir d'Auguste et du même coup sous la domination romaine : elle devait y rester six siècles, c'est-à-dire jusqu'à la conquête arabe marquée en 640 après J.-C. par la prise de Babylone et en 641 par la chute d'A […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Préparée par les travaux des savants de l'expédition d'Égypte (menée par Bonaparte en 1798-1799), amorcée par les découvertes de voyageurs érudits célèbres, tels Champollion (qui, en 1828-1829, remonta le Nil jusqu'à la deuxième cataracte) puis le Prussien Lepsius (qui, de 1842 à 1845, visita de nombreux sites, s'avançant loin dans ce qu'on appelait alors l' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rit […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 057 mots
  •  • 9 médias

L'écriture égyptienne apparaît en même temps que l'unification du pays, vers 3100 avant J.-C., et se développe rapidement. Ce n'est pas un hasard. La civilisation, en Égypte, dépend étroitement du Nil, car elle repose sur la bonne utilisation des eaux du fleuve. En effet, celles-ci seraient insuffisantes si l'ino […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 500 mots
  •  • 2 médias

Si l'on peut se demander quelle est la première civilisation qui a inventé et employé l'écriture comme moyen d'échange, en revanche on peut affirmer que c'est dans la vallée du Nil que fut créée la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. L'Égypte est par excellence la terre des scribes.La civilisation égyptienne étant prise dans un système d'intégration cosmique qui, sur terre, culmin […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie FORGEAU, « ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-l-art/