ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation)L'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le culte des dieux : les temples du Nouvel Empire et du Ier millénaire

Construits pour abriter la statue d'un dieu, objet trois fois par jour d'un long rituel destiné à réanimer la puissance sacrée qui l'habite, les temples sont un réservoir de forces cosmiques dont la manipulation est réservée, en théorie, au seul pharaon et, dans la pratique, aux prêtres agissant au nom du roi, physiquement absent, mais omniprésent par l'image. Les temples de l'Ancien Empire, édifiés en brique, n'ont laissé que de maigres vestiges. Du Moyen Empire subsistent de rares sanctuaires complets en pierre, mais surtout des chapelles isolées, telle celle en calcaire de Sésostris Ier, aux piliers décorés d'élégants reliefs, dont les blocs ont été retrouvés dans les fondations du IIIe pylône du temple de Karnak. Il semble qu'à cette époque l'architecture religieuse reflète surtout des conceptions régionales et qu'il n'existe pas encore de programme d'ensemble pareil à celui mis en œuvre par les pharaons du Nouvel Empire et repris, dans ses grandes lignes durant le Ier millénaire, d'abord par les rois des dix dernières dynasties indigènes, puis par le clergé pendant la période gréco-romaine.

"Colosse osiriaque" à l'effigie du pharaon Sésostris Ier

"Colosse osiriaque" à l'effigie du pharaon Sésostris Ier

Diaporama

ART ÉGYPTIEN, Moyen Empire, XIIe dynastie, "Colosse osiriaque" à l'effigie du pharaon Sésostris Ier, provenant de Karnak, calcaire polychrome. Musée de Louxor. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Temples divins et temples « de millions d'années » sous le Nouvel Empire

Élevés pour la plus grande gloire du pharaon et des dieux, les temples du Nouvel Empire se signalent par des dimensions impressionnantes, propres au déroulement du culte divin journalier ainsi qu'à la célébration de grandes liturgies au cours desquelles le souverain réactualise son essence sacrée en renouvelant le pacte l'unissant au monde céleste. Les sorties du dieu, dont la statue est placée sur une barque portée à épaule d'hommes, nécessitent l'aménagement de vastes cours dans lesquelles peuvent se réunir les dignitaires exceptionnellement autorisés, pour ces occasions, à franchir l'enceinte des temples. Lorsque les déplacements mettent en jeu plusieurs sanctuaires, le trajet parcouru est marqué dans le paysage par des plantations ou par un double alignement de sphinx, tandis que de loin en l [...]

Temple de Ramsès III à Karnak, Égypte

Temple de Ramsès III à Karnak, Égypte

Photographie

Piliers dits osiriaques dans la cour du temple de Ramsès III (1198 env.-env. 1166 avant J.-C.). XXe dynastie. Première cour du grand temple d'Amon à Karnak, Égypte. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Louxor

Louxor

Photographie

Une allée de deux kilomètres, bordée de sphinx, reliait les sanctuaires de Karnak au temple de Louxor, Égypte. 

Crédits : Mountains Hunter/ Shutterstock

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages



Médias de l’article

Fabrication de briques crues

Fabrication de briques crues
Crédits : Jerry-Rainey/ Shutterstock

photographie

Manche de couteau orné de scènes de combats et de navigation

Manche de couteau orné de scènes de combats et de navigation
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Palette du roi Narmer

Palette du roi Narmer
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le monument funéraire

Le monument funéraire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 30 médias de l'article





Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne, docteur d'État

Classification


Autres références

«  ÉGYPTE ANTIQUE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 1 614 mots

Lorsque, au vie siècle de notre ère, l'empereur Justinien fit amener à Constantinople les statues d'Isis qu'on adorait encore dans l'île de Philae, à la première cataracte, lorsqu'il emprisonna les derniers prêtres de la déesse, il semblait vraiment que la civilisation de la vieille Égypte était bel et bi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 245 mots
  •  • 17 médias

L'Égypte est une étrange réalité géographique. Tout s'y fait au contraire des autres pays, remarque Hérodote. C'est une longue oasis verdoyante d'une fertilité extraordinaire. Mais, hors de la plaine qui borde le fleuve, c'est un terrain d'une affreuse aridité, qui commence de manière si abrupte qu'on peut avoir un pied dans les cultures et l'autre dans le […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte ptolémaïque

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 460 mots
  •  • 1 média

Égypte ptolémaïque, Égypte lagide, Égypte hellénistique : cette triple appellation est employée communément pour désigner une même réalité, dans l'espace et dans le temps, mais avec des connotations particulières. L'Égypte lagide, c'est la vallée du Nil, de la mer à la deuxième cataracte, et les pays qui furent rattachés par conquête à ce territoire, depuis la mort d' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte romaine et byzantine

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 628 mots
  •  • 1 média

Après la mort de Cléopâtre, en 30 avant J.-C., l'Égypte passe au pouvoir d'Auguste et du même coup sous la domination romaine : elle devait y rester six siècles, c'est-à-dire jusqu'à la conquête arabe marquée en 640 après J.-C. par la prise de Babylone et en 641 par la chute d'A […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Préparée par les travaux des savants de l'expédition d'Égypte (menée par Bonaparte en 1798-1799), amorcée par les découvertes de voyageurs érudits célèbres, tels Champollion (qui, en 1828-1829, remonta le Nil jusqu'à la deuxième cataracte) puis le Prussien Lepsius (qui, de 1842 à 1845, visita de nombreux sites, s'avançant loin dans ce qu'on appelait alors l' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 361 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rit […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 054 mots
  •  • 8 médias

L'écriture égyptienne apparaît en même temps que l'unification du pays, vers 3100 avant J.-C., et se développe rapidement. Ce n'est pas un hasard. La civilisation, en Égypte, dépend étroitement du Nil, car elle repose sur la bonne utilisation des eaux du fleuve. En effet, celles-ci seraient insuffisantes si l'ino […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 499 mots
  •  • 2 médias

Si l'on peut se demander quelle est la première civilisation qui a inventé et employé l'écriture comme moyen d'échange, en revanche on peut affirmer que c'est dans la vallée du Nil que fut créée la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. L'Égypte est par excellence la terre des scribes.La civilisation égyptienne étant prise dans un système d'intégration cosmique qui, sur terre, culmin […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie FORGEAU, « ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-l-art/