ÉGÉRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nymphe associée au culte de la Diane de Némi, dans le bois d'Aricie, Égérie, déesse des femmes, passait pour faciliter les accouchements. Elle suivit Diane lors de son transfert à Rome, et c'est sans doute à cette même nymphe qu'une source était consacrée dans le bois des Camènes (divinités archaïques des eaux, confondues ensuite avec les Muses), près de la porte Capène. La tradition recula dans le temps l'arrivée d'Égérie à Rome et en fit, de façon souvent ironique, l'inspiratrice et l'épouse du roi Numa : lors de rendez-vous nocturnes, la nymphe dictait au roi sabin les réformes religieuses qui lui sont attribuées (les pythagoriciens voyaient dans cette légende la transposition de l'hydromancie ou divination par l'eau). Les vestales venaient chaque jour puiser l'eau qui leur était nécessaire dans la fontaine d'Égérie.

—  Catherine SALLES

Écrit par :

  • : agrégée de lettres classiques, assistante à l'université de Paris-X

Classification

Autres références

«  ÉGÉRIE  » est également traité dans :

DIANE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUMONT
  •  • 1 001 mots

À Rome, Diane n'a pas été, à l'origine, tenue pour une déesse indigène ; son premier sanctuaire est érigé sur l'Aventin, donc sans doute à l'extérieur du pomoerium primitif, et Varron la fait figurer dans une liste de dieux qu'aurait, postérieurement à la fondation, introduits le Sabin Titus Tatius. Elle ne vient pourtant pas de loin. Son nom, Diana , est assurément latin : formé sur l'adjectif d […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Tous ces rites avaient pour objet d'agir sur la volonté divine, le numen des dieux ; cette action était obtenue par la valeur contraignante du geste, par le sacrifice et par la prière. Pour chaque acte rituel, tous les détails sont minutieusement réglés : costume du prêtre (tête couverte ou découverte, drapé de la toge, etc.), paroles à prononcer, nature exacte de la victime (en principe animaux […] Lire la suite

Les derniers événements

Ukraine. Condamnation de Ioulia Timochenko. 11 octobre 2011

Le 11, un tribunal de Kiev condamne l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, l'égérie de la « révolution orange » de 2004, à sept ans de prison, trois ans d'inéligibilité et 140 millions d'euros d'amende. Celle-ci est reconnue coupable d'abus de pouvoir pour avoir signé avec son homologue russe […] Lire la suite

Ukraine. Élections législatives sans majorité effective. 30 septembre - 18 décembre 2007

sur 450 (— 11 par rapport au scrutin de mars 2006). Le Bloc Ioulia Timochenko, dirigé par l'ancienne égérie de la «révolution orange» de l'hiver 2004-2005, elle-même ancienne Première ministre, progresse fortement avec 30,7 p. 100 des voix et 156 élus (+ 27). Le parti du président Viktor Iouchtchenko […] Lire la suite

Ukraine. Nomination de Viktor Ianoukovitch au poste de Premier ministre. 2 août 2006

d'une politique essentiellement pro-occidentale. En juillet, le Parti socialiste avait pris la décision de rallier le Parti des régions, alors qu'il soutenait auparavant le bloc formé par Ioulia Timochenko, l'égérie de la « révolution orange »; ce changement avait fait perdre à cette dernière toute chance de retrouver la tête du gouvernement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine SALLES, « ÉGÉRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/egerie/