KARDELJ EDWARD (1910-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Ljubljana (Slovénie), Kardelj est le principal théoricien de la société d'autogestion et l'un des auteurs de toutes les constitutions yougoslaves après la guerre, notamment de la Constitution de 1974 qui, du fait de ses conceptions parfaitement originales, n'a rien de comparable dans aucun autre pays. Originaire d'une famille ouvrière, ancien instituteur, Kardelj adhère en 1928 au Parti communiste alors interdit. Après avoir purgé de 1930 à 1932 une peine de réclusion pour activité révolutionnaire, il se consacre après sa mise en liberté à la réorganisation du Parti communiste de Slovénie et en devient l'un des secrétaires. Pendant son séjour à Moscou, de 1934 à 1937, il suit les cours à l'université Lénine et enseigne l'histoire du Komintern à l'université des minorités nationales : c'est l'époque où, avant qu'il ne devienne en 1937 secrétaire général du Parti communiste de Yougoslavie, Tito est attaché à la section balkanique du Komintern. Rentré cette même année dans son pays natal, Kardelj est aussitôt coopté par Tito dans la direction restreinte du parti ; il ne cessera, dès lors, d'occuper les plus hautes fonctions. Le séjour des deux hommes à Moscou correspond à la période des grandes purges staliniennes ; ils sont parmi le très petit nombre de cadres du parti yougoslave à y avoir échappé.

Pendant la guerre, de 1941 à 1945, Kardelj rassemble dans un Front de libération populaire de Slovénie les représentants des diverses tendances politiques progressistes de l'ancien régime et dirige, avec feu Boris Kidric, le mouvement insurrectionnel partisan dans cette région contre les Italiens et les Allemands. En novembre 1943, il est nommé par l'Assemblée antifasciste, réunie à Jajce, sur le territoire libéré de Bosnie, vice-président du Comité national de libération de Yougoslavie. Ce Comité, proclamé gouvernement provisoire, dénie dans une déclaration retentissante le droit au gouvernement légal réfugié à Londres de représenter la Yougo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  KARDELJ EDWARD (1910-1979)  » est également traité dans :

TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)

  • Écrit par 
  • Marie-Paule CANAPA
  •  • 2 926 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chef des Partisans et le chef de l'État yougoslave »  : […] Le 6 avril 1941, quand l'Allemagne attaque la Yougoslavie, Tito se trouve à Zagreb. Sous sa direction, le P.C.Y. envisage un soulèvement, mais ne le déclenche qu'après l'invasion de l'U.R.S.S. par l'Allemagne en juin 1941. Tito devient le chef de l'état-major des unités de Partisans (juill. 1941) et va créer une véritable armée de libération (1942) ; il sera maréchal en 1943. Passé à Belgrade en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tito/#i_48967

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 194 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La nouvelle voie yougoslave : l'autogestion »  : […] Afin de légitimer la rupture consommée, il fallait officiellement rompre avec le monopole idéologique et parer à la situation inconfortable du pays entouré d'« impérialistes ». En réalité, la pratique était bien différente du discours tenu et, si l'on établissait effectivement un nouveau système, il s'agissait davantage d'un régime politique autoritaire, calqué sur l'organisation stalinienne, doté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/#i_48967

Pour citer l’article

Paul YANKOVITCH, « KARDELJ EDWARD - (1910-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-kardelj/