LEWIS EDWARD B. (1918-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Généticien américain. Né le 20 mai1918 à Wildes-Barre (Pennsylvanie), Edward Lewis, diplômé du California Institute of Technology (1942) où il a étudié sous la direction d'Alfred Sturtevant, effectue sa carrière d'enseignant dans cette institution à partir de 1946. Lewis s'est attaqué au problème des rapports entre génétique et embryologie. Dans les années 1940 à 1950, quand il a commencé ses travaux, le concept de programme génétique n'était pas suffisamment élaboré. Pourtant, il recherche des mutants de développement. Il s'inspire pour cela des observations de William Bateson qui, à la fin du xixe siècle, avait observé dans la nature le phénomène de transformation homéotique (homéose). Chez certains animaux, des organes bien formés apparaissent à des endroits inattendus de l'organisme. Lewis s'intéresse, chez la drosophile, à un mutant présentant une transformation homéotique : les balanciers sont transformés en ailes. La mouche mutante dans le gène Ultrabithorax (Ubx) possède quatre ailes au lieu de deux. En 1978, il publie dans la revue « Nature » une synthèse de ses travaux. Il montre que les mutations qui affectent l'identité des segments postérieurs de l'animal sont groupés en un complexe de gènes, le complexe bithorax. Lewis définit la règle de colinéarité : ces éléments génétiques sont disposés sur le chromosome dans le même ordre que le sont les segments qu'ils déterminent le long de l'axe antéro-postérieur de l'animal. Il propose également une implication évolutive à son modèle : les gènes du complexe seraient issus par duplications successives d'un même gène ancêtre.

Le prix Nobel 1995 de physiologie ou médecine a été attribué à Edward B. Lewis, Christiane Nüsslein-Volhard et Eric F. Wieschaus pour leurs travaux sur la reconnaissance de la génétique du développement des êtres organisés. Plus qu'une découverte, ce prix récompense une démarche qui a provoqué une véritable révolution conceptuelle dans notre regard sur les premières étapes de la vie.

—  Hervé LE GUYADER

Écrit par :

  • : professeur de biologie évolutive à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  LEWIS EDWARD B. (1918-2004)  » est également traité dans :

CONSTRUCTION DE L'ORGANISME ET GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 241 mots

C'est en étudiant l'étrange mouche mutante Antennapedia, qui porte des pattes à la place des antennes, qu'Edward Lewis du California Institute of Technology, eut l'intuition de l'existence de gènes indispensables au développement précoce de l'organisme : les gènes homéotiques, en référence au travail du Britannique William Bateson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/construction-de-l-organisme-et-genetique/#i_29442

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « boîte noire » de l'ontogenèse »  : […] L'avènement de la biologie moléculaire a permis d'ouvrir la « boîte noire » de l'ontogenèse, par trop négligée par la théorie synthétique classique. Dès 1894, William Bateson avait décrit la curieuse anomalie d'une région du corps qui porte un organe normalement porté par une autre, par exemple dans le cas de la mutation du gène antennapedia chez la drosophile, où une pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_29442

Pour citer l’article

Hervé LE GUYADER, « LEWIS EDWARD B. - (1918-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-b-lewis/