VAN BENEDEN EDOUARD (1846-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Embryologiste et cytologiste belge, né le 5 mars 1846 à Louvain, mort le 28 avril 1910 à Liège.

Durant sa jeunesse, Edouard van Beneden travaille avec son père, P. J. van Beneden. Professeur de zoologie à l'université catholique de Louvain, ce dernier est connu pour ses travaux sur les protozoaires, les nématodes et diverses espèces animales. Edouard van Beneden étend ses recherches aux dicyémides, classe d'animaux vermiformes produisant deux types d'embryons. En 1870, il rejoint le corps enseignant de l'université de Liège et centre ses recherches sur l'anatomie comparée. Ainsi, ses travaux sont précurseurs de la théorie du zoologiste russe Aleksandr Kovalevski selon laquelle les tuniciers, animaux marins primitifs, font partie du clade des cordés. En étudiant la segmentation de leur embryon, Van Beneden établit leurs liens phylogénétiques avec d'autres animaux.

À partir de 1883, il publie une série de travaux importants sur l'œuf d'Ascaris megalocephala, un ver se développant dans l'intestin du cheval. Il y démontre que la fécondation consiste essentiellement en la fusion de deux demi-noyaux cellulaires – l'un, mâle (provenant du spermatozoïde) et l'autre, femelle (issu de l'ovocyte) –, chacun contenant la moitié du nombre de chromosomes observés dans les autres cellules de l'organisme de cet animal. Ce processus aboutit à la production d'une cellule comprenant le nombre normal de chromosomes de l'espèce. Grâce à l'étude d'une sous-espèce d'Ascaris (A. megalocephala univalens) qui ne possède que deux chromosomes, Van Beneden démontre l'individualité de chacun d'eux. Ensuite, il prouve que le nombre de chromosomes des cellules de l'organisme d'une espèce donnée est constant. Il élabore également la théorie de la formation de l'embryon qui deviendra par la suite un des principes fondamentaux de l'embryologie.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  VAN BENEDEN EDOUARD (1846-1910)  » est également traité dans :

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 223 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les étapes de l'embryologie »  : […] Les origines de l'embryologie remontent à l'Antiquité : de nombreux médecins et philosophes s'intéressèrent alors à l'évolution de l'embryon. Leurs moyens techniques étaient réduits, limités à l'observation d'œufs de divers animaux, surtout celui de la poule. Spéculations et hypothèses remplaçaient l'insuffisance des techniques. Les doctrines les plus variées et les plus erronées furent alors prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/#i_16272

MÉIOSE, en bref

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 186 mots
  •  • 1 média

La confirmation de la théorie cellulaire dans les années 1860 amène les biologistes à étudier la constitution et la fonction du noyau de la cellule. En 1883, le biologiste belge Edouard Van Beneden (1846-1910) découvre chez l'ascaris, un ver parasite du cheval, que le noyau des cellules sexuelles (ovules et spermatozoïdes) contient deux fois moins de chromosomes que celui des cellules germinales d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meiose-en-bref/#i_16272

Pour citer l’article

« VAN BENEDEN EDOUARD - (1846-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-van-beneden/