HILLARY EDMUND (1919-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des deux premiers hommes à avoir atteint, le 29 mai 1953, le sommet de l'Everest (8 848 m), le « toit du monde », situé dans l'Himalaya, à la frontière du Tibet et du Népal. Si d'autres auraient pu être dépassés par une célébrité aussi écrasante, le Néo-Zélandais Edmund Percival Hillary a su aller « au-delà de l'Everest », en consacrant l'essentiel de son énergie à rendre service à la région dont cette montagne est le joyau : les vallées du Khumbu, népalaises, mais peuplées de Sherpas d'origine et de culture tibétaines.

Edmund Hillary est né dans la petite ville de Tuakau, en Nouvelle-Zélande, le 20 juillet 1919. Après deux ans d'études à l'université d'Auckland, le jeune homme rejoint son père, devenu apiculteur, et apprend le métier en même temps qu'il découvre l'alpinisme. Avec le guide Harry Ayres, il réussit à gravir, en 1948, l'un des « grands problèmes » des Alpes de Nouvelle-Zélande, l'arête sud de l'Aoraki (mont Cook, 3 764 m), point culminant du pays.

En 1951, Hillary participe à une petite expédition néo-zélandaise dans l'Himalaya du Garhwal (Inde). Le grand alpiniste britannique Eric Shipton (1907-1977) lui propose alors de rejoindre une expédition de reconnaissance permettant d'approcher l'Everest par le versant sud, népalais, qui était alors pratiquement inconnu. En effet, les six expéditions britanniques qui avaient été menées, sans succès, de 1921 à 1938, empruntaient toutes le versant nord, tibétain. Depuis l'invasion du Tibet par la Chine en 1950, l'accès à l'Everest par la face nord n'est plus possible, alors que le Népal ouvre ses portes aux étrangers. L'expédition Shipton parvient l'année suivante (1951) à forcer la principale difficulté, la cascade de glace (Khumbu Icefall), une des plus impressionnantes chutes de séracs du monde. Pour Hillary, qui découvre les vallées du Khumbu, c'est le début d'une longue histoire d'amour avec le pays Sherpa.

Le sommet de l'Everest a cependant failli échapper aux Britanniques. En 1952, c'est une expédition suisse qui s'attaque à l'Everest. Raymond Lambert (1914-1997) et le Sherpa Tenzing Norgay (1914-1986) – parfois orthographié Norkay – parviennent à près de 8 600 mètres d'altitude mais sont contraints de rebrousser chemin. Cette ascension fait alors d'eux les deux hommes « les plus hauts du monde », et cela après un bivouac extrêmement risqué, sans sac de couchage et à une altitude (8 400 m) où nul n'avait jamais encore passé la nuit. Cette année-là, Hillary accompagne Shipton sur les pentes du Cho Oyu (8 201 m), un sommet situé à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de l'Everest.

En 1953, Hillary est sélectionné pour faire partie d'une nouvelle expédition britannique destinée à atteindre le sommet du mont Everest. Dirigée par le colonel John Hunt (qui recevra, en 1966, le titre de lord Hunt of Llanvair Waterdine), réputé pour son sens de l'organisation, cette expédition comprend 14 alpinistes, 22 Sherpas et quelque 350 porteurs. Parmi eux, on retrouve Tenzing Norgay avec qui Hillary formera cordée. La voie choisie est celle qui avait été exploitée par les Suisses. Le premier assaut vers l'arête finale du sommet est donné le 26 mai : Charles Evans et Tom Bourdillon, partis du camp IX établi à 8 500 mètres d'altitude, atteignent le sommet Sud (8 760 m), à moins de 100 mètres du point culminant. Deux jours plus tard, c'est au tour d'Edmund Hillary et de Tenzing Norgay de relever le défi. Hillary force la principale difficulté, un ressaut de près de douze mètres (appelé désormais le « ressaut Hillary »). Le sommet est atteint à 11h30. Le correspondant du Times, James (Jan) Morris, s'arrange pour que la nouvelle parvienne à Londres le jour du couronnement d'Élisabeth II, le 2 juin 1953.

Edmund Hillary et Tenzing Norgay, 2

Photographie : Edmund Hillary et Tenzing Norgay, 2

Edmund Hillary et Tenzing Norgay, les vainqueurs de l'Everest. Le Néo-Zélandais (à gauche) et le Sherpa népalais ont atteint le «toit du monde» le 29 mai 1953. 

Crédits : J. Burke/ Time&Life Pictures/ Getty

Afficher

Cet exploit est avant tout celui d'une équipe menée de main de maître par John Hunt. Et, pour Edmund Hillary comme pour Tenzing Norgay, la célébrité est immédiate.

Hillary n'en poursuit pas moins sa carrière d'apiculteur, tout en menant plusieurs expéditions : tentative au Makalu – sommet de 8 463 mètres d'altitude situé au sud-est de l'Everest – et ascension d'un de ses satellites, le Baruntse (7 220 m) en 1954, première traversée du continent Antarctique en passant par le pôle en 1958, recherche du yéti en 1960, ascension de l'Ama Dablam (6 856 m) au Népal en 1961. Cette année-là, il [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HILLARY EDMUND (1919-2008)  » est également traité dans :

ALPINISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 307 mots

26 avril 1336 Dans une lettre, Pétrarque relate l'ascension du mont Ventoux qu'il vient de réaliser. 1492 Antoine de Ville atteint le sommet du mont Aiguille. 8 août 1786 Jacques Balmat et Michel Gabriel Paccart atteignent le sommet du mont Blanc. 2 août 1787 Horace Bénédict de Saussure effectue des expériences scientifiques au sommet du mont Blanc. 14 juillet 1865 Edward Whymper atteint le sommet […] Lire la suite

ALPINISME : CONQUÊTE DE L'EVEREST

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 139 mots
  •  • 1 média

Le Néo-Zélandais Edmund Hillary et le Sherpa Tenzing Norkay atteignent le sommet de l'Everest, le « toit du monde » (8 848 m). Ils réalisent ainsi le rêve de tous les « conquérants de l'inutile ». Jusque-là mélange d'aventure et de découverte, l'alpinisme va devenir un sport. Les derniers sommets inviolés de l'Himalaya vont être rapidement conquis (K2 en 1954, Kangchenjunga en 1955, Lhotse en 1956 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvain JOUTY, « HILLARY EDMUND - (1919-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edmund-hillary/