DURANTY EDMOND (1833-1880)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Marqué par le destin d'une naissance illégitime, d'un caractère extrêmement secret et fier, Edmond Duranty fait figure de solitaire sa vie durant. On ne connaît pratiquement rien de sa jeunesse, si ce n'est qu'il la passa à la campagne chez une grand-tante qui lui servira de famille. En 1853, à vingt ans, il entre comme fonctionnaire à l'Administration générale des domaines et forêts de la Couronne. En même temps, il se lance dans la mêlée littéraire et, dès le début, s'y manifeste assez violemment en s'engageant sous l'étiquette voyante du réalisme. Disciple de Champfleury, il est, avec Courbet, Baudelaire, Gustave Planche et Jules Vallès son jeune secrétaire, Daumier, Corot, Barye, François Desnoyers, l'un des familiers de la brasserie Andler de la rue Hautefeuille, le haut-lieu de ce mouvement. En 1857, Duranty démissionne de l'administration et inaugure son entrée définitive dans le monde des lettres en fondant une revue, Réalisme, qui ne connut que six numéros, de novembre 1856 à mai 1857. Il y expose ses vues sur la doctrine de la sincérité dans l'art et part en guerre contre le romantisme et la poésie. Il se déclare partisan d'une « reproduction exacte, complète, sincère, du milieu social de l'époque où l'on vit ». En tant que critique, il collabore à divers journaux et ne tarde pas à se faire connaître comme écrivain. Il publie quatre romans : Le Malheur d'Henriette Gérard (1860), peinture de la bourgeoisie provinciale dont l'argument est la révolte d'une jeune fille mariée contre son gré à un vieillard ; La Cause du beau Guillaume (1862) qui, par l'analyse minutieuse d'une rivalité amoureuse entre un citadin et un rude braconnier, évoque la vie rurale ; Les Combats de Françoise du Quesnoy (1872) et Les Séductions du chevalier Navoni (1877), roman de mœurs italiennes. Également auteur de nouvelles, notamment La Fille dédaignée (1858), Blanche Duparc (1874), Les Six Barons de Sept-Fontaines (1876), il fait paraître d'abord toute sa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DURANTY EDMOND (1833-1880)  » est également traité dans :

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 626 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Critique d'art et histoire de l'art »  : […] Si la critique d'art du xix e  siècle a pu parfois s'apparenter à un genre littéraire, elle recourt cependant à des instruments spécifiques. Il n'est pas d'« articlier », pour reprendre le terme condescendant de Baudelaire, qui n'ait eu à cœur de justifier sa compétence en établissant des rapprochements avec l'art du passé. Ce mode d'approche est de plus inscrit dans les mentalités du temps : l' h […] Lire la suite

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Degas et Toulouse-Lautrec »  : […] Qui examine de près les querelles intestines du groupe constate tout d'abord qu'elles sont dues à des différences de tempérament et croit devoir distinguer la plus vive de ces différences en la personne de Degas . Celui-ci s'est toujours montré réticent devant l'opinion générale du groupe, réfractaire à ses plans et ses intentions. Peut-être serait-ce avec Pissarro que cette opposition se marque […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hélène LACAS, « DURANTY EDMOND - (1833-1880) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-duranty/