JACOBS EDGAR-PIERRE (1904-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des héros qui ont survécu à leur créateur

Blake et Mortimer sont désormais aux mains d'autres auteurs qui s'efforcent de « faire du Jacobs » : Ted Benoît (dessin) et Jean Van Hamme (scénario) ont réalisé L'Affaire Francis Blake (1996) et L'Étrange Rendez-vous (2001), André Juillard (dessin) et Yves Sente (scénario), La Machination Voronov (1999-2000), Les Sarcophages du 6e continent (2003-2004) et Le Sanctuaire de Gondwana (2008). Ces aventures se déroulent chronologiquement, non pas à la suite du dernier épisode de Jacobs, mais dans les années 1950 – un arrière-plan historique permettant même de les dater de façon précise, contrairement aux récits de Jacobs, qui non seulement ne faisaient aucune allusion à l'actualité, mais se situaient de toute façon dans une uchronie volontaire (puisque le premier épisode, Le Secret de l'Espadon, décrivait une Troisième Guerre mondiale).

Même si ces histoires apocryphes sont habiles, il est difficile de les considérer autrement que comme des pastiches car, en raison même de leur fidélité graphique et idéologique à leur modèle, elles ne correspondent à rien d'actuel, tant dans la forme que sur le fond. En effet, outre des conceptions narratives déjà obsolètes à son époque (surabondance du texte, souvent redondant avec l'image), Jacobs représentait un monde fort éloigné du nôtre : celui de la « guerre froide », d'une Angleterre dominatrice, d'une société élitiste où une aristocratie composée de hauts fonctionnaires et de savants guide un petit peuple naturellement déférent, où les représentants de la grande industrie et de la finance sont totalement absents, et où un auteur de bandes dessinées ose prôner des valeurs morales à ses lecteurs. Mais Jacobs, à la fin de sa vie, semblait « las de ce monde ancien ». Finalement plus audacieux que ses successeurs, il songeait à un épisode où Blake et Mortimer seraient vaincus par leur ennemi de toujours, Olrik, qui, en même temps que des deux héros trop positifs, triompherait aussi – et surtout – de la morale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JACOBS EDGAR-PIERRE (1904-1987)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 301 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La domination belge »  : […] C'est dans ce contexte répressif que va pouvoir s'épanouir en France la production belge. En effet, depuis les années 1930, les auteurs belges ont su développer une bande dessinée à mi-chemin entre le conformisme des séries françaises et l'atmosphère adulte des séries américaines. Leurs héros sont lancés dans des aventures pleines de mystère, de suspense et d'humour, mais ils sont asexués, moralem […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « JACOBS EDGAR-PIERRE - (1904-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-pierre-jacobs/