EDEN sir ROBERT ANTHONY (1897-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Devenu le premier comte d'Avon en 1961, Anthony Eden a marqué l'histoire de son temps par un rôle politique majeur à la tête de la diplomatie, puis des affaires de l'État britannique. Membre du Parti conservateur, sa première consécration gouvernementale lui vient en 1935 : Baldwin démontre alors sa volonté de favoriser les jeunes talents en lui confiant un « ministère sans portefeuille pour les affaires de la Société des Nations ». La crise éthiopienne et l'indignation suscitée par la politique d'apaisement de Samuel Hoare font attribuer à Eden sa place à la tête du Foreign Office. Maintenu à son poste par Neville Chamberlain, il se fait le champion de la fermeté à l'égard des dictatures. Espérant la paix d'une rentrée des États-Unis dans le concert international, il démissionne en février 1938, son Premier ministre, Neville Chamberlain, ayant négligé l'offre de Franklin Roosevelt de réunir une conférence internationale et surtout cherché une réconciliation avec l'Italie au prix de la reconnaissance du fait accompli en Éthiopie ; la temporisation du gouvernement dans la guerre civile espagnole ne l'a pas moins choqué. Rejoignant Winston Churchill dans le camp de la fraction conservatrice des « durs », Eden critique vivement les accords de Munich. Après la déclaration de guerre, il accepte dans le cabinet Chamberlain le poste de secrétaire d'État aux Dominions. En décembre 1940, Churchill lui rend son poste de ministre des Affaires étrangères et l'introduit dans l'étroit cabinet de guerre. Il participe désormais à toutes les grandes décisions des Alliés et assiste efficacement son chef de file. Sa double expérience des relations avec les dominions et avec le grand allié américain le marquera durablement ; il prétendra toujours fonder la politique internationale de la Grande-Bretagne sur la recherche d'une coordination avec le Commonwealth et de liens privilégiés avec les États-Unis. Rentré dans l'ombre le temps de l'expérience travailliste, il revient au pouvoir lor [...]

Anthony Eden, 1956

Anthony Eden, 1956

Photographie

Le Premier ministre britannique Anthony Eden (1897-1977) lors de la réunion du Parti conservateur, en octobre 1956. Son engagement dans l'expédition de Suez le conduira à donner sa démission trois mois plus tard. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  EDEN sir ROBERT ANTHONY (1897-1977)  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Vers la société d'abondance »  : […] Entre 1951 et 1961, les nuages s'accumulent pendant que se construit pourtant une société de consommation promise à un bonheur que bien des auteurs dénoncent comme illusoire. La Grande-Bretagne est revenue sous la houlette des conservateurs. Trois Premiers ministres se succèdent : Winston Churchill jusqu'en 1955, où il cède la place à Anthony Eden qui, victime de l'échec de Suez et malade, doit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_14527

Pour citer l’article

Roland MARX, « EDEN sir ROBERT ANTHONY - (1897-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eden-sir-robert-anthony/