ÉCORCE, botanique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour les botanistes, ce terme désigne, au sens propre, le tissu cortical, parenchymateux, siège des fonctions nutritives de la tige et de la racine. Lorsque ces organes sont jeunes, l'écorce, dite primaire, est en situation « corticale », mais toujours séparée de l'extérieur par une couche protectrice, de structure différente (épiderme de la tige, assise périphérique de la racine).

Le revêtement superficiel étant transparent, on peut donc apprécier la coloration du parenchyme cortical, vert (chlorophyllien) dans la jeune tige et blanchâtre dans la racine (amylacé). Quand les structures végétales vieillissent, cette transparence du revêtement prend fin.

Au niveau des racines, l'épaississement des zones superficielles est dû à l'apparition de tissus subéreux, c'est-à-dire de liège.

Dans le cas des tiges, la subérification n'est opérée que chez les Dicotylédones, sous l'action de structures appelées assises génératrices subéro-phellodermiques. Disposées en anneaux au sein du parenchyme cortical, elles produisent en dedans un tissu cortical secondaire, appelé phelloderme, qui épaissit donc la couche d'écorce primaire (et parfois l'écrase) ; vers la surface elles engendrent du tissu subéreux. Celui-ci forme une couche grise ou brune plus ou moins épaisse, crevassée sous la poussée des tissus profonds, qui va revêtir les tiges anciennes.

Cette « écorce » de surface est constituée non pas par du parenchyme cortical, mais par un tissu mort, le liège. Par suite de la croissance en épaisseur des tiges (et aussi des racines), ce liège s'exfolie au-dehors à mesure qu'il est généré en profondeur (comme notre peau). On peut ainsi voir se détacher des fragments d'« écorce » ou des plaques (rhytidome du platane) à la périphérie des troncs. Le profane désigne donc improprement sous le nom d'écorce tout le revêtement subéreux épais jouant un rôle protecteur à la surface des organes végétaux pérennants.

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉCORCE, botanique  » est également traité dans :

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 111 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Origine »  : […] Le bois secondaire compose généralement, dans les tiges ou racines des plantes vasculaires (un grand nombre de ptéridophytes et les monocotylédones mises à part), un cylindre régulier lignifié formé à la suite du fonctionnement d'une assise cellulaire, génératrice, périphérique, peu épaisse, à parois cellulosiques, appelés cambium . Son fonctionn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bois/#i_10049

LA COLONISATION DU SAVOIR. UNE HISTOIRE DES PLANTES MÉDICINALES DU « NOUVEAU MONDE » 1492-1750 (S. Boumediene)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 142 mots

Dans le chapitre « Classifier, contrôler »  : […] Le livre II concerne l’« or amer des Indes », l’écorce du quina-quina . L’histoire de l’écorce de cet arbre est assez connue, encore que souvent tissée d’imaginaire. Le pouvoir du quinquina contre les fièvres intermittentes (le paludisme) est établi vers 1630, mais on ne connaît pas précisément les raisons pour lesquelles les Indiens l’utilisaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-colonisation-du-savoir-une-histoire-des-plantes-medicinales-du-nouveau-monde-1492-1750/#i_10049

LIÈGE, botanique

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 153 mots

En anatomie végétale, tissu composé de cellules aux parois subérifiées, c'est-à-dire recouvertes de subérine, substance composée d'un mélange de corps gras, insoluble et imperméable. On trouve du liège à la surface des racines (assise subéreuse, au-dessus de l'assise pilifère pour les radicelles), dans les lenticelles des tiges vertes, et sous for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liege-botanique/#i_10049

TIGE, botanique

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 2 637 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] L'acquisition d'une vraie vascularisation s'est manifestée avec les Ptéridophytes et caractérise toutes les plantes vasculaires ou Trachéophytes. En effet, chez les Bryophytes et même chez certaines Algues, il n'existe, dans les cas les plus nets, qu'une ébauche de tissus conducteurs. L'appareil vasculaire très simple chez les Rhyniales, premières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tige-botanique/#i_10049

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « ÉCORCE, botanique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecorce-botanique/