LIÈGE, botanique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En anatomie végétale, tissu composé de cellules aux parois subérifiées, c'est-à-dire recouvertes de subérine, substance composée d'un mélange de corps gras, insoluble et imperméable. On trouve du liège à la surface des racines (assise subéreuse, au-dessus de l'assise pilifère pour les radicelles), dans les lenticelles des tiges vertes, et sous forme de la couche de suber ou liège secondaire dans les écorces. La production d'une couche de liège, par an, au cours de la croissance en épaisseur d'un tronc est assurée par l'assise génératrice subérophellodermique. Les cellules subérifiées, dont la paroi est devenue imperméable, meurent, se remplissant d'air. Elles forment le liège, matériau isolant et léger, extrait habituellement du revêtement d'arbres comme le chêne-liège, dont la couche de suber atteint 10 centimètres d'épaisseur.

—  Jacques DAUTA

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LIÈGE, botanique  » est également traité dans :

ÉCORCE, botanique

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 348 mots

Pour les botanistes, ce terme désigne, au sens propre, le tissu cortical, parenchymateux, siège des fonctions nutritives de la tige et de la racine. Lorsque ces organes sont jeunes, l'écorce, dite primaire, est en situation « corticale », mais toujours séparée de l'extérieur par une couche protectrice, de structure différente (épiderme de la tige, assise périphérique de la racine). Le revêtement […] Lire la suite

MÉRISTÈMES

  • Écrit par 
  • Arlette NOUGARÈDE
  • , Universalis
  •  • 3 233 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cambium subéro-phellodermique »  : […] Le cambium subéro-phellodermique se constitue à la périphérie des tiges ou des racines. Il produit, vers l'extérieur, du suber ou liège et, vers l'intérieur, le phelloderme qui est un parenchyme secondaire. L'ensemble formé par le cambium et ses dérivés porte le nom de périderme. Le cambium lui-même est aussi nommé phellogène (fig. 4 ). Chez la plupart des végétaux ligneux, l'épiderme hérité de l […] Lire la suite

SUBER

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 102 mots

En anatomie végétale, le suber est une couche de liège secondaire qui apparaît par fonctionnement d'une assise génératrice subérophellodermique, au sein des tissus de racines ou de tiges des plantes possédant des formations secondaires, appartenant de façon générale aux dicotylédones. Cette assise génératrice produit, vers l'intérieur, un peu de phelloderme, et, vers l'extérieur, des couches régul […] Lire la suite

TISSUS VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 3 843 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tissus secondaires »  : […] Les zones génératrices des Dicotylédones et des Gymnospermes sont au nombre de deux : le cambium libéro-ligneux et le phellogène ou cambium subéro-phellodermique. Chacune initie un tissu sur sa face interne et un autre sur sa face externe, soit un total de quatre tissus secondaires , comme indiqué sur le tableau . Le bois et le liber sont en continuité avec le xylème et le phloème primaires. Lor […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques DAUTA, « LIÈGE, botanique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liege-botanique/