TOSA ÉCOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

École de peinture japonaise dont l'origine remonte au xive siècle. C'est la seule école à maintenir officiellement la tradition de la peinture japonaise (Yamato-e) élaborée aux époques Heian (ixe-xiie s.) et Kamakura (xiiie-xive s.). À partir du xve siècle le Yamato-e est détrôné par un nouveau style de peinture à l'encre inspiré par la Chine des Song et des Yuan, tandis que le déclin politique et financier de l'aristocratie, groupée autour de l'empereur, entrave l'activité des artistes de cour. Leur direction passe alors à la famille Tosa, qui assure ainsi la continuité de l'art traditionnel japonais.

Malgré la montée au pouvoir de la classe guerrière, le Bureau de peinture (Edokoro) se maintient en effet à la cour impériale de Kyōto. Occupant le poste de chef de ce bureau de façon héréditaire, la famille Tosa peut se vanter d'un très ancien héritage artistique et jouit du monopole de la plus haute position à laquelle puissent prétendre des artistes. Elle dirige aussi le Bureau de peinture de la cour militaire et bénéficie à la fois du patronage de l'aristocratie et de celui de la classe guerrière. C'est la plus puissante école du Yamato-e.

L'artiste le plus important de cette école et celui qui en établit le style pictural est Mitsunobu (1430 env.-1522). Son œuvre recouvre une grande variété de sujets : peintures bouddhiques, rouleaux narratifs (e-maki), grands paravents, portraits. Sa série de dix rouleaux verticaux représentant les Dix Rois des Enfers est exécutée en couleurs brillantes que ponctuent de puissants coups de pinceau. Par l'union des jeux d'encre dans la tradition chinoise et des vifs coloris du Yamato-e, Mitsunobu crée un effet totalement nouveau qui dominera la peinture japonaise pendant de nombreuse années. Mitsunobu aurait été inspiré par un maître de l'école rivale, Kanō Motonobu (1476-1559), le mari de sa fille. Ce mariage aurait d'ailleurs livré à Motonobu les secrets techniques de la peinture traditionnelle, ce qui lui aurait permis de faire la synthèse de deux styles différents. Parmi les plus célèbr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOSA ÉCOLE  » est également traité dans :

EITOKU KANŌ (1543-1591)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 951 mots

Dans le chapitre « Au service des daimyō »  : […] Eitoku était le petit-fils de Kanō Motonobu (1476-1559), peintre officiel de la cour des Ashikaga. Artiste éclectique, Motonobu avait su concilier l'emploi de la peinture à l'encre, à la mode chinoise, hérité de son père Masanobu, avec les couleurs vives de l'école Tosa, gardienne à la cour impériale des traditions du Yamato-e, la peinture nationale du Japon, élaborées au cours de l'époque Heian. […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 367 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Apparition du suiboku »  : […] L'introduction du Zen (le Chan chinois) fit connaître la calligraphie des Song qui, très virile, se répandit parmi les moines, puis parmi les guerriers. Mais c'est la peinture monochrome des Song et des Yuan qui devait exercer sur les Japonais une véritable fascination. Le lavis ( suiboku ) permettait de modeler les formes, au moyen de touches et de taches, et de suggérer, grâce à l'encre plus ou […] Lire la suite

MASANOBU KANŌ (1434-1530)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 400 mots

Dans le chapitre « Le fondateur d'une lignée »  : […] Depuis l'époque Kamakura, les monastères zen avaient été les grands centres de création de la peinture à l'encre ( suibokuga ), technique nouvelle venue de Chine. Les œuvres des maîtres Song et Yuan inspiraient les moines qui peignaient des kakemono (rouleaux en hauteur à la mode chinoise). Au début du xv e  siècle, Shūbun puis son élève Oguri Sōtan (1413-1481), peintres officiels des shōgun (gōyō […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie MATHELIN, « TOSA ÉCOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-tosa/