SAINT-VICTOR DE PARIS ÉCOLE & ABBAYE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Guillaume de Champeaux, archidiacre et écolâtre de Notre-Dame, avait fondé une communauté qui fut à l'origine de l'abbaye Saint-Victor de Paris. Guillaume avait renoncé, en 1108, à toutes ses charges pour se retirer, avec quelques disciples, dans un ermitage situé sur les bords de la Seine, hors des murs de Paris mais à proximité immédiate de la ville, et dédié au martyr saint Victor. Lorsque, en 1113, Guillaume fut élu évêque de Châlons, le roi Louis VI le Gros érigea Saint-Victor en abbaye de chanoines réguliers et lui accorda une importante dotation. Protégé aussi bien par la monarchie et par l'épiscopat français que par la papauté, le nouveau monastère prit rapidement un remarquable essor. L'école que Guillaume de Champeaux y avait ouverte, et qu'avait fréquentée Abélard, son adversaire, ne tarda pas à accueillir un grand nombre d'étudiants, venus de toute l'Europe, et à devenir un des foyers intellectuels les plus brillants de la chrétienté. Elle dut surtout son renom à une pléiade de maîtres qui furent à la fois exégètes, théologiens, philosophes, mystiques ou poètes, et parmi lesquels Hugues (mort en 1141), Achard (mort en 1170/71), Richard (mort en 1173), André (mort en 1175) et Adam de Saint-Victor (mort vers la fin du xiie s.) sont les plus connus. Cette école devait être cependant peu à peu éclipsée par les nouveaux établissements d'enseignement qui allaient constituer, en l'an 1200, l'université de Paris. Mais les Victorins ne cessèrent pas d'entretenir d'étroites relations avec le monde universitaire auxquels ils appartenaient. Dès le xiie siècle, en effet, ils avaient été chargés de la pénitencerie des étudiants parisiens et avaient exercé à ce titre un ministère dont Jacques de Vitry, au début du xiiie siècle, parle avec admiration.

L'abbaye exerçait cependant son influence jusqu'en des régions beaucoup plus lointaines. Modèle de régularité religieuse, elle avait eu de bonne heure, sous sa dépendance, une douzaine de prieurés. Mais elle avait été aussi appelée à réformer d'anciennes communautés canoniales ou à en fonder de nouvelles. Dès la première moitié du xiie siècle, elle s'était donc trouvée à la tête d'une fédération d'abbayes de chanoines réguliers, élargie encore au cours du xiiie siècle, dont les monastères étaient implantés aussi bien à Paris (Sainte-Geneviève) ou dans la région parisienne qu'en Normandie, en Angleterre, en Champagne, en Picardie, en Berry, dans les Flandres, ou même en Italie et au Danemark. Cette première congrégation victorine, gouvernée par des chapitres généraux tenus périodiquement, subsista, au moins en droit, et malgré de nombreuses vicissitudes, jusqu'à la réorganisation de l'ordre canonial par le pape Benoît XII en 1339. Plusieurs abbayes de moniales avaient également adopté la règle et les usages de Saint-Victor et avaient constitué de la sorte une branche féminine de l'ordre, qui subsiste encore de nos jours.

Durant la seconde moitié du xive siècle et tout au long du xve, l'abbaye parisienne connut une existence difficile. Plusieurs projets de réforme furent alors élaborés. Finalement les Victorins se décidèrent, en 1513, à prendre la tête d'une nouvelle congrégation canoniale, établie en France par Jean Mombaer (Mauburnus), chanoine de Windesheim, aux alentours de l'an 1500, et à laquelle s'étaient déjà agrégés plusieurs monastères ayant appartenu à la première fédération victorine. Mais les troubles du temps, les guerres de Religion et l'introduction de la commende ébranlèrent peu à peu cette seconde congrégation de Saint-Victor, qui devait disparaître au début du xviie siècle. Dès 1622, en effet, le cardinal de La Rochefoucauld, chargé de la réforme des ordres religieux, avait voulu rassembler tous les monastères de chanoines réguliers de France en une congrégation unique dont le centre aurait été l'abbaye Saint-Victor. Mais les Victorins s'opposèrent à cette réforme centralisatrice. C'est l'abbaye Sainte-Geneviève qui prit alors la tête de la nouvelle congrégation, et l'ancienne congrégation de Saint-Victor fut officiellement dissoute le 9 mai 1633. L'abbaye connut alors un lent déclin. Deux religieux, cependant, allaient encore l'illustrer, mais de manières très différentes. Le premier, Jean-Baptiste Santeul (1630-1697), poète et courtisan, se fit en effet connaître par des poésies latines et des proses liturgiques t [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SAINT-VICTOR DE PARIS ÉCOLE & ABBAYE DE  » est également traité dans :

ABBAYE

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 4 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les grandes abbayes médiévales »  : […] Les grandes abbayes bénédictines, dont la fondation s'échelonne du v e au xii e  siècle, et dont certaines existent encore (elles sont en italique ci-dessous) en Italie : Subiaco , Monte Cassino , Farfa , La Chiuja , La Cava , sans parler de Camaldoli et de Vallombrosa qui formèrent des rameaux séparés de l'ordre bénédictin ; en France : Saint-Victor de Marseille, Conques, Saint-Bénigne de Dijo […] Lire la suite

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Spiritualité et vision du monde »  : […] L'influence de la pensée augustinienne sur les diverses écoles de spiritualité est sans doute la plus importante. On sait que la méditation, durant quinze années et en dehors de tout contexte polémique, du mystère de la Trinité aboutit chez Augustin à la certitude d'un théocentrisme : c'est en tant que Dieu que le Christ attire la créature vers son créateur. Le mot célèbre des Confessions , « Car […] Lire la suite

CHANOINES RÉGULIERS

  • Écrit par 
  • Patrice SICARD
  •  • 1 611 mots
  •  • 1 média

Dès les premiers siècles de l'Église, certains évêques, soucieux de mener avec leur clergé une vie de renoncement et de perfection évangéliques, groupèrent autour d'eux les clercs attachés au service de leur église. Dans la pauvreté volontaire, ils célébraient la liturgie et s'adonnaient au ministère pastoral. Ainsi saint Augustin (mort en 431), devenu évêque d'Hippone, voulut-il « avoir avec lu […] Lire la suite

GUILLAUME DE CHAMPEAUX (1070?-1121)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 895 mots

Le maître d'Abélard , célèbre par les critiques que celui-ci lui adresse à propos des universaux. Si forte est la personnalité d'Abélard et si profonde son influence sur tout le xii e siècle scolastique qu'on en oublie souvent l'importance de son maître, qu'il traite lui-même de haut. De la même génération que son agressif élève, Guillaume de Champeaux a étudié auprès de Manégold de Lautenbach, d […] Lire la suite

HUGUES DE SAINT-VICTOR (1096?-1141)

  • Écrit par 
  • Jean CHATILLON
  •  • 507 mots

D'origine inconnue, peut-être saxonne, peut-être flamande, Hugues dut entrer chez les chanoines réguliers de Saint-Victor de Paris peu après la fondation de ce monastère. Il y fut certainement reçu avant l'année 1127, car son nom apparaît à cette date au bas d'une charte de l'abbaye. Quoi qu'il en soit, Hugues ne devait pas tarder à devenir la personnalité la plus marquante de l'école, qui avait é […] Lire la suite

MÉDIÉVALES ÉCOLES

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 1 107 mots

Dispensant l'enseignement en Occident, les écoles médiévales sont nées de l'obligation faite par Charlemagne, en 789, à tous les évêques et abbés d'ouvrir à l'ombre de leur église ou monastère une école où seraient enseignés la lecture, l'écriture, le comput liturgique et le chant, et où seraient poursuivies des études conduisant à une meilleure connaissance de la Bible et des Pères, ainsi qu'à un […] Lire la suite

RICHARD DE SAINT-VICTOR (1110 env.-1173)

  • Écrit par 
  • Jean CHATILLON
  •  • 375 mots

Originaire d'Écosse ou d'Irlande, Richard dut entrer durant la première moitié du xii e  siècle chez les chanoines réguliers de l'abbaye Saint-Victor de Paris, dont il devint par la suite sous-prieur puis prieur. Avec Hugues de Saint-Victor, il est une des figures les plus représentatives de la célèbre école attachée à ce monastère. Comme beaucoup de victorins, Richard s'intéresse aux disciplines […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CHATILLON, « SAINT-VICTOR DE PARIS ÉCOLE & ABBAYE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-et-abbaye-de-saint-victor-de-paris/