EASY RIDER, film de Dennis Hopper

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Road movie

Ce film, symbole d'un jeune cinéma indépendant, est réalisé avec un petit budget de 325 000 dollars. Devenu un classique de la contre-culture américaine, il témoigne à l'époque d'une errance visuelle. Au-delà d'un récit de voyage picaresque, il s'agit de montrer que le rêve américain relève d'un mythe. La course au bonheur utopique des années 1960 finit par déboucher sur un vide. Parcourir le temps et l'espace relève aussi de l'impossible. Dans un contexte politique lié, en 1968, à l'assassinat de Martin Luther King, à la montée de la ségrégation et au mouvement anti-guerre du Vietnam, Easy Rider dénonce l'hypocrisie et l'injustice de la société américaine, au nom du droit à la différence. Le film sera confronté à la censure à sa sortie pour ses scènes de drogue.

En fait, ce voyage revisite une conquête de l'Amérique à l'envers et à contre-histoire. Il ne s'agit plus d'affronter des Indiens, mais la réalité d'une société américaine solidement établie. Ce film dément aussi les slogans pacifistes de l'époque « faire l'amour et pas la guerre » mis en scène en 1969 dans la comédie musicale à succès Hair. L'intolérance exacerbée dans le film discrédite au contraire les conventions d'une morale puritaine dominante. Tels de nouveaux archanges, ces cavaliers contemporains traversent trois Amériques distinctes. Sous des contre-jours artistiques et souvent stylisés défilent les paysages urbains de Los Angeles, les déserts sauvages de l'Arizona puis l'univers provincial et violent des États sudistes. Un fond de musique folk marque le lien générationnel de cette longue errance. Tour à tour Steppenwolf avec Born to be wild (1968) en ouverture, puis Jimi Hendrix ponctuent ce voyage sans but. La bande son, pourtant alors peu mixée et sans effets de dolby stéréo, devient le ciment d'un film éclaté.

Easy Rider développe une réflexion impressionniste sur la violence inhérente de la société américaine. Parcourir les grands espaces ne renvoie pas ici à une forme de liberté, mais ab [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  EASY RIDER, Dennis Hopper  » est également traité dans :

HOPPER DENNIS (1936-2010)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 824 mots
  •  • 1 média

Attachant et contradictoire, Dennis Hopper fut un personnage aux multiples facettes. S'il a exercé au cinéma en tant qu'acteur et réalisateur, il a été également un photographe inventif et un peintre original, comme l'a montré en 2008 une belle exposition de la Cinémathèque française. Né à Dodge City (Kansas), il débute comme acteur dès l'âge de dix-huit ans à la télévision, puis surtout au ciném […] Lire la suite

NICHOLSON JACK (1937- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 539 mots

C'est avec Easy Rider , de Dennis Hopper (1969), après dix ans de carrière et une trentaine de rôles au cinéma et à la télévision, que Jack Nicholson rencontre la célébrité. Ce film-culte de la jeunesse des années 1970 et 1980 constitue un tournant dans l'histoire du cinéma américain. Il va également marquer la trajectoire de Nicholson tout autant que son personnage, alors qu'il n'y interprétait l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Kristian FEIGELSON, « EASY RIDER, film de Dennis Hopper », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/easy-rider/