WILD EARL (1915-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pianiste à la technique superlative, le compositeur et pédagogue américain Earl Wild s'est attaché à l'interprétation des grandes pièces romantiques du xixe siècle, ainsi qu'à celle d'œuvres de Bach, de Mozart et de Tchaïkovski.

Né le 26 novembre 1915, à Pittsburgh, en Pennsylvanie, Earl Wild débute le piano à l'âge de quatre ans et, huit ans plus tard, donne ses premiers récitals. À quinze ans, il joue le Premier Concerto pour piano de Franz Liszt avec l'Orchestre symphonique de Minneapolis sous la direction de Dimitri Mitropoulos. Diplômé du Carnegie Institute of Technology (auj. Carnegie Mellon University) de sa ville natale en 1937, il est aussitôt recruté à New York par le groupe de radio et de télévision N.B.C., pour lequel il travaille jusqu'en 1944. En 1939, Earl Wild donne le premier récital de piano télévisé aux États-Unis ; en 1997, il donnera le premier récital de piano diffusé en direct sur Internet. Il attire l'attention du public américain en 1942, avec son interprétation radiodiffusée de la Rhapsody in Blue de George Gershwin avec Arturo Toscanini à la tête de l'Orchestre symphonique de la N.B.C. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Earl Wild joue dans un orchestre de l'U.S. Navy de 1942 à 1944. À sa démobilisation, il devient pianiste, chef d'orchestre et compositeur pour la chaîne de télévision A.B.C., poste qu'il conserve jusqu'en 1968. Il écrit de la musique pour les émissions télévisées du comédien Sid Caesar (1954-1957), élabore des transcriptions, compose des pièces de musique sacrée (oratorio de Pâques Revelations, 1962), de la musique de scène. À partir de 1939, Earl Wild enregistre abondamment ; sa discographie – dans laquelle Chopin, Liszt et Rachmaninov occupent une place prééminente – compte plus de sept cents pièces pour piano seul, trente-cinq concertos et vingt-six pièces de musique de chambre. Le pianiste donne son dernier concert public à l'âge de quatre-vingt-douze ans. En 1986, le gouvernement hongrois lui a décerné la médaille Liszt. Earl Wild meurt le 23 janvier 2010, à Palm Springs, en Californie.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« WILD EARL - (1915-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/earl-wild/