DUKE AND PEACOCK RECORDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une décennie avant l'ascension de Motown, le label discographique afro-américain Duke and Peacock Records, né à Houston, est déjà une entreprise florissante. Don D. Robey, propriétaire de boîte de nuit soupçonné d'accointances avec la pègre, fonde Peacock Records en 1949 ; il va gérer sa firme d'une poigne de fer. En 1952, Don Robey s'associe à James Mattis, qui a créé Duke Records à Memphis quelques mois plus tôt. Un an plus tard, Don Robey rachète la totalité de Duke Records et centralise à Houston les activités du nouveau label, Duke and Peacock Records. Le label se concentre sur le gospel – avec notamment les groupes The Mighty Clouds Of Joy, The Five Blind Boys Of Mississippi, The Sensational Nightingales, The Pilgrim Jubilee Singers, The Loving Sisters – et le blues mâtiné de gospel, avec en particulier Bobby « Blue » Bland et Junior Parker, sur des arrangements de Joe Scott et Bill Harvey, respectivement. En 1952, la chanteuse et harmoniciste de blues Willie Mae (« Big Mama ») Thornton enregistre la première version de Hound Dog, chanson qui sera reprise en 1956 par Elvis Presley, qui allait en faire un classique du rock and roll. Le 25 décembre 1954, le chanteur de ballades du label Duke, Johnny Ace, premier « martyr » de la jeune génération, se tue accidentellement à vingt-cinq ans – peut-être en jouant à la roulette russe –, après un concert. Sa ballade Pledging my Love deviendra l'un des blues les plus repris.

—  Charlie GILLETT, Universalis

Écrit par :

  • : présentateur pour la radio G.L.R. à Londres, directeur du label Oval Music à Londres, auteur

Classification

Pour citer l’article

Charlie GILLETT, « DUKE AND PEACOCK RECORDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/duke-and-peacock-records/