GORDON DOUGLAS (1966- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du tatouage à la vidéo, de la carte postale à l'installation in situ, l'art de Douglas Gordon est essentiellement polymorphe. L'artiste lui-même n'a d'identité qu'instable comme le révèle un court essai biographique de 1998, rédigé par un obscur ami anonyme (peut-être l'artiste lui-même ?). Ces souvenirs, qui participent déjà à son œuvre, sont aussi précis qu'extravagants.

Douglas Gordon est né en septembre 1966 à Glasgow, au terme d'un accouchement, lit-on, qui dura environ vingt-quatre heures, sa mère mourant en couches avant de revenir à la vie. Le récit de son enfance mêle l'errance spirituelle à la violence urbaine des faubourgs de Glasgow à la fin des années 1970. Adolescent, ses ambitions artistiques lui valent de découvrir rapidement Duchamp et Warhol. Après un passage à la Slade School of Art de Londres entre 1988 et 1990, Gordon vit à Hanovre puis à Berlin. Depuis lors, l'artiste se complaît, semble-t-il, dans une existence nomade dont il est difficile de suivre la trace. Et l'auteur dépité de cette biographie la conclut ainsi : « Je ne sais plus que croire. » Cette incertitude finale, tel le dénouement des romans ou des films noirs qu'affectionne Gordon, n'est que l'amorce du sentiment de panique grandissante que propage son art. Il est premier vidéaste à avoir été récompensé du Turner Prize en 1996.

L'une des premières œuvres marquantes de Gordon est, en 1993, la projection hypnotique du film d'Alfred Hitchcock Psychose, étendue à vingt-quatre heures. Au-delà de l'étrangeté produite par le quasi-statisme de l'image ralentie, cette double manipulation technique et psychologique enchaîne le spectateur à un temps dilaté où le suspens ne débouche plus sur rien. Connu pour ses détournements du médium cinématographique, Gordon donne souvent le sentiment qu'une réalité décalée gît au cœur de la fiction.

En référence explicite aux aventures d'Alice de Lewis Carroll, Through a Looking Glass (À travers un miroir, 1999) manipule encore un court extrait de Taxi Driver de Martin [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Brown, Rhode Island (États-Unis)

Classification


Autres références

«  GORDON DOUGLAS (1966- )  » est également traité dans :

PARRENO PHILIPPE (1964- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 643 mots

Depuis le début des années 1990, Philippe Parreno, né à Oran en 1964, a distillé une action artistique parfois sibylline. Installations, vidéos, écrits, collaborations artistiques, le terrain de jeu de cet artiste est vaste et multiple. Qu'il travaille avec Pierre Huyghe, Dominique Gonzalez-Foerster ou Jorge Pardo, Philippe Parreno reste fasciné par le passage de la réalité à la fiction, et par l […] Lire la suite

VIDÉO ART

  • Écrit par 
  • Rosalind KRAUSS, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 5 798 mots

Dans le chapitre « Tendances actuelles »  : […] Le documentaire a dominé la décennie (1997-2008) : comme pour répondre à la globalisation, l'artiste, le cinéaste et le regardeur ont cherché un regard macroscopique en dehors de l'événement. Le retour de ce genre s'inscrit également en réaction au flot d'images véhiculé par Internet, brutes et sans analyse, et pour lesquelles l'authenticité des sources à l'heure de la retouche numérique peut être […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-16 mai 1997 • Royaume-Uni • Victoire travailliste aux élections législatives et nomination de Tony Blair comme Premier ministre.

, Gordon Brown comme chancelier de l'Échiquier et Robin Cook comme secrétaire au Foreign Office. Le 5, lors d'une réunion de travail de la Conférence intergouvernementale, le nouveau secrétaire d'État chargé des questions européennes, Douglas Henderson, annonce un « nouveau départ » dans les relations [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé VANEL, « GORDON DOUGLAS (1966- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/douglas-gordon/