DOUCHANBÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Douchanbé est la capitale du Tadjikistan, république d'Asie centrale indépendante depuis 1991. Localisée sur le piémont de la chaîne de Hissar, la ville est située dans le centre-ouest du pays, à proximité de la frontière de l'Ouzbékistan. Douchanbé a été fondée par les autorités soviétiques sur l'emplacement d'un village, au moment de la formation du territoire national tadjik en 1924, alors même que les principales villes tadjikes – Boukhara et Samarcande – étaient intégrées dans l'Ouzbékistan. Elle est restée la capitale après la création de la République socialiste soviétique du Tadjikistan en 1929 mais fut renommée Stalinabad, appellation qu'elle conserva jusqu'en 1960. Le centre-ville, qui occupe la rive gauche du Varzob, a largement été construit à cette période, selon un plan linéaire établi à partir de l'avenue Rudaki (ex-Lénine) qui traverse la ville du nord au sud. Il concentre les bâtiments officiels dévolus au pouvoir, à l'administration, à la culture et à l'éducation. Les quartiers situés sur la rive droite de la rivière torrentielle sont des grands ensembles soviétiques qui abritent désormais la moitié de la population. Entamée pendant les années 1960, leur édification correspond à une seconde séquence d'urbanisation qui était liée à la forte croissance démographique de la ville. Douchanbé comptait en effet 83 000 habitants en 1939, 227 000 habitants en 1959 et 594 000 habitants au recensement de 1989.

Tadjikistan : carte administrative

Carte : Tadjikistan : carte administrative

Carte administrative du Tadjikistan. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La période post-soviétique constitue une rupture, car la crise économique et sociale ainsi que la guerre civile (1992-1997) ont sérieusement entravé le développement de la ville. La désintégration de l'U.R.S.S. a affaibli le tissu industriel et la déliquescence de l'État a affecté les fonctions politique et administrative de la capitale, tandis que la structuration du champ politique sur des bases idéologiques recouvrant des formes de mobilisation régionales a provoqué d'importants mouvements de population entre Douchanbé et les régions touchées par la guerre. Par ailleurs, les Russes, qui représentaient 33 p. 100 de la population en 1989, et les populations allochtones ont pour leur grande majorité définitivement quitté la capitale du Tadjikistan. Au recensement de 2010, Douchanbé comptait cependant 724 800 habitants. Par ailleurs, la normalisation de la situation politique et l'amélioration de la situation économique redonnent un dynamisme certain à la ville. Mais malgré l'essor du commerce et les retombées des migrations de travail, Douchanbé reste une capitale assez pauvre. Des nouveaux immeubles sont néanmoins érigés dans le centre-ville et des quartiers de maisons individuelles se développent sur les premiers contreforts des montagnes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en géographie, chargé de recherche au C.N.R.S., membre de l'U.M.R. 7528 Monde iranien et indien (C.N.R.S., Sorbonne nouvelle, EPHE, INALCO)

Classification

Autres références

«  DOUCHANBÉ  » est également traité dans :

TADJIKISTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 829 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un pays de montagnes, cloisonné et enclavé »  : […] Situé au nord de l'Afghanistan, à l'ouest de la Chine, au sud du Kirghizstan et à l'est de l'Ouzbékistan, le Tadjikistan est un pays enclavé au cœur de l'Asie centrale. Cette république a été fondée dans le cadre de la construction de l'État soviétique, dans les années 1920. Ses frontières indentées dessinent un territoire appendiculaire, dont la superficie atteint 143 000 kilomètres carrés. La c […] Lire la suite

Les derniers événements

18-30 novembre 1997 Tadjikistan – France. Mort d'un otage français au Tadjikistan

Le 18, le Français Franck Janier-Dubry et sa compagne Karine Mane, tous deux membres d'associations humanitaires, sont enlevés près de Douchanbé. Des Tadjiks et des étrangers sont régulièrement enlevés dans le pays par des chefs de guerre ou des bandes armées incontrôlées. Le 30, Karine Mane est mortellement blessée lors de l'assaut donné par les forces de l'ordre tadjikes à la maison où les ravisseurs la retenaient. […] Lire la suite

27 juin 1997 Tadjikistan. Nouvel accord de paix entre le gouvernement et l'opposition islamiste

Leur reconquête progressive de l'est du pays menaçait, à terme, le régime de Douchanbe et les positions russes dans la région.  […] Lire la suite

19-26 août 1994 Tadjikistan. Pression de Moscou sur Douchanbé

Le 26, Douchanbé accepte de reporter à la fin de l'année l'élection présidentielle, initialement prévue pour septembre, afin de permettre la participation de l'opposition.  […] Lire la suite

13-31 juillet 1993 Tadjikistan. Aide de Moscou dans la lutte contre les rebelles tadjiks réfugiés en Afghanistan

Au pouvoir à Douchanbé, le clan des Kouliabis est soutenu par la Russie, qui assure notamment la protection des frontières du pays, en application du pacte de sécurité conclu avec le Tadjikistan. Accusé de soutenir militairement les rebelles, Kaboul est menacé de « représailles immédiates » par Moscou. Le 31, les autorités afghanes font état de bombardements aériens russes en territoire afghan, que Moscou qualifie d'« attaques préventives ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Julien THOREZ, « DOUCHANBÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/douchanbe/