MEDVEDEV DMITRI (1965- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la Fédération de Russie (2008-2012) et Premier ministre de la Fédération de Russie de 2012 à 2020.

Alors que l'Occident avait voulu voir dans la désignation de Dmitri Medvedev comme dauphin par Vladimir Poutine, en décembre 2007, une manœuvre permettant à celui-ci de sauvegarder à la fois les apparences démocratiques et son pouvoir, son arrivée à la présidence de la Fédération russe aura néanmoins réanimé quelque espoir, notamment chez ceux qui, persuadés du caractère cyclique de l'histoire politique russe, en attendaient un nouveau dégel.

Dmitri Medvedev, né à Leningrad le 14 septembre 1965, incarne une génération nouvelle : il est issu d'une famille d'intellectuels qui n'a pas été marquée par l'histoire russo-soviétique tourmentée ; il n'est pas passé par le Parti communiste.

Juriste de formation (il a obtenu un doctorat de droit en 1990), comme Mikhaïl Gorbatchev et Vladimir Poutine, il est cependant le premier des trois à avoir une pratique concrète du droit : il a travaillé comme expert juridique à la mairie de Leningrad/Saint-Pétersbourg (au sein du comité des relations extérieures piloté par Poutine), ainsi que dans une entreprise mixte russo-suisse et dans un cabinet de consultants, créé avec des condisciples. Il a également enseigné le droit entre 1990 et 1999.

Ce praticien entame une carrière politique à la fin de 1999, quand Vladimir Poutine, devenu Premier ministre, l'appelle à Moscou. Directeur de la campagne présidentielle de mars 2000, « le Vizir » prend peu à peu pied dans diverses instances centrales : l'appareil du gouvernement, l'administration présidentielle, dont il prend la tête en octobre 2003, consacrant l'éviction d'Alexandre Volochine, proche de Boris Eltsine, le conseil d'administration de Gazprom (juin 2000), le Conseil de sécurité (novembre 2003).

Mais ce n'est qu'en octobre 2005 qu'il est propulsé sur le devant de la scène publique, quand il est nommé vice-Premier ministre en charge des « Projets nationaux » destinés à améliorer le quotidien des Russes : on le voit dès lors visitant étables et maternités modèles. Cette image tutélaire le fait apparaître comme une colombe face au faucon, le ministre de la Défense Sergueï Ivanov, quand se pose la question de la succession de Vladimir Poutine, la Constitution interdisant à ce dernier de briguer un troisième mandat.

Poutine entretient le suspense et le scénario final n'est connu qu'à l'issue des élections législatives de décembre 2007. Formellement, ce sont les dirigeants de quatre partis proches du Kremlin qui, le 10 décembre, proposent la candidature de Dmitri Medvedev à l'élection présidentielle, lequel exprime aussitôt son désir de travailler avec Poutine comme Premier ministre. Les jeux sont faits et le candidat, alléguant sa charge de travail, ne participe pas aux « débats » électoraux. Il ne reste plus qu'à assurer la participation à des élections sans surprise : le 2 mars 2008, il est élu président de la Fédération de Russie, avec 70,22 % des suffrages, pour un taux de participation de 69 %.

Le poids politique du Premier ministre crée de facto un bicéphalisme diversement perçu. Des optimistes parlent d'une « tandemocratie » ouvrant enfin la porte à la concurrence politique, quand d'autres soulignent que le dispositif, qui n'est pas le fruit d'un vrai compromis entre élites, introduit un flou dommageable, dont pourrait profiter une bureaucratie toujours suspecte.

Beaucoup s'interrogent également sur le degré de confiance existant entre les deux hommes (la décision de Vladimir Poutine de prendre la tête de Russie unie accréditant l'idée qu'il cherche à verrouiller le système) et sur la marge de manœuvre du nouveau président.

Vladimir Poutine semble avoir reproduit ce qu'avait fait Boris Eltsine en choisissant un successeur dont le profil est l'opposé du sien et les analystes se demandent dans quelle mesure la différence stylistique entre les deux hommes peut se traduire en inflexions nouvelles dans la politique.

Certes, les tribunes choisies par Dmitri Medvedev pour prononcer les discours programmatiques de sa campagne électorale sont emblématiques : le Forum civique, qui met en scène le dialogue avec la société civile, et le congrès de l'Union des juristes. Faisant écho au slogan de « dictature de la loi » brandi par Poutine lors de son arrivée au pouvoir, Medvedev entame une croisade contre le « nih [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur en civilisation russe à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MEDVEDEV DMITRI (1965- )  » est également traité dans :

POUTINE VLADIMIR (1952- )

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 2 071 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Restauration de l’État et du consensus national »  : […] Dès son arrivée au pouvoir, Vladimir Poutine affirme son intention de mettre fin au chaos auquel les Russes associent alors la démocratie. Les slogans de « verticale du pouvoir » et de « dictature de la loi » traduisent sa volonté de mettre au pas tant les chefs de région, dont les revendications séparatistes menacent l'intégrité du pays, que les oligarques qui ont acquis une trop grande influenc […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 14 323 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Continuités et évolutions »  : […] La Russie est entrée dans le xxi e  siècle avec un dirigeant qui, solidement installé au pouvoir, semble répondre au besoin de stabilité qu'exprime la société russe au sortir de ce qu'elle nomme désormais « les années folles » de Boris Eltsine. En 2008, après deux mandats successifs de président, terme qui, dans la Constitution, interdit une nouvelle candidature, Vladimir Poutine prend les rênes […] Lire la suite

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 641 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Ianoukovitch, président pro-russe ou pro-ukrainien ? »  : […] Depuis qu’il est entré en politique, Victor Ianoukovitch a fait plusieurs passages à la tête du gouvernement. Il devient Premier ministre en 2002 sous la présidence Koutchma, voit la fonction « suprême » lui échapper en 2004, redevient Premier ministre pour quelques mois en 2006 ; avec la présidentielle de 2010, il tient enfin sa revanche. Il arrive en tête du second tour avec une faible avance su […] Lire la suite

Pour citer l’article

Myriam DÉSERT, « MEDVEDEV DMITRI (1965- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dmitri-medvedev/