DJINNS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce sont, pour le Coran, des êtres corporels, formés de feu, invisibles pour nous, créés par Dieu comme les anges et les hommes. Les djinns constituent avec ces derniers les deux charges (al-thaqalān) de la Terre. Ils ont leurs prophètes pris parmi eux (Coran, vi, 130). Mais ils doivent obéir à la Loi révélée à Mahomet : en ce sens, ils sont musulmans ou non, croyants ou incroyants. Ils sont capables d'œuvres considérables : ils ont été enrégimentés dans les troupes de Salomon (ibid., xxvii, 17) et ils ont travaillé pour lui (ibid., xxxiv, 12). Mais ils ignorent les ghayb ou mystères de l'avenir (ibid., xxxiv, 14).

La croyance aux djinns vient de l'antéislam. Ils font partie d'un ensemble de génies plus ou moins redoutables et sont à rapprocher des ghūl et des ‘ifrit. Puis ils ont dû être les objets d'un culte et traités comme des dieux. Le Coran en est témoin (ibid., xxxiv, 41) ; quand Dieu demande aux anges si les hommes les ont adorés, ils répondent : « Non ! Ils adoraient les djinns en qui la plupart d'entre eux croyaient. »

En ce qui concerne Iblīs, il est appelé « djinn » dans un verset (ibid., xviii, 50), mais il est compté parmi les anges (ibid., ii, 34). La question des rapports entre djinns et satans (shayātīn) est obscure. La tendance à considérer les djinns comme plutôt malfaisants est celle de beaucoup de commentateurs : à propos de l'installation de l'homme sur la Terre comme vicaire de Dieu, ils expliquent qu'il aurait été précédé en cela par les djinns, qui, à cause de leurs crimes, auraient été destitués de cette fonction.

—  Roger ARNALDEZ

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DJINNS  » est également traité dans :

DEUX ANS, HUIT MOIS ET VINGT-HUIT NUITS (S. Rushdie) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine PESSO-MIQUEL
  •  • 1 041 mots

Dans le chapitre « Une guerre philosophique »  : […] En préambule, il faut remonter à 1195, quand le philosophe Ibn Rushd, connu en Occident sous le nom d’Averroès, tomba en disgrâce et vit ses livres brûlés. Averroès fut séduit par la jeune Dunia, sans se douter qu’il s’agissait d’une djinnia attirée hors du Peristan, le monde des fées, par sa curiosité pour les humains. En l’espace de mille et une nuits, Dunia accoucha d’une vingtaine d’enfants, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deux-ans-huit-mois-et-vingt-huit-nuits/#i_9240

MARABOUTISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 140 mots

Dans le chapitre « Islamisation des anciens cultes »  : […] Dans l'évolution du maraboutisme, l'influence des vieilles croyances et pratiques berbères est considérable. Fondamentalement, il faut noter la croyance aux génies : ils se tiennent près des sources, dans les arbres et les grottes, prennent la forme d'animaux, s'attachent aux pierres. Nombreux sont, au Maghreb, les tas de pierres ( kerkour ) qui inspirent encore des sentiment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maraboutisme/#i_9240

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « DJINNS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/djinns/