DIONISII ou DIONYSOS (1440 env.-env. 1510)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la différence d'un grand nombre de peintres d'icônes, appartenant aux milieux ecclésiastiques ou monacaux, Dionisii (ou Dionysos) était un laïc ; il travaillait avec ses fils, Feodosii et Vladimir. D'après les mentions qui en sont faites dans les textes anciens, sa réputation était établie de son vivant déjà. Vers 1480-1481, il fut invité à travailler au Kremlin. Il fut en contact avec Iosif Volotski-Sanine (1439-1515), fondateur du monastère de Volokolamsk, où il peignit des icônes, presque toutes disparues aujourd'hui. À la fin du xve siècle, un retour à la tradition de Roublev s'instaure à Moscou après quelques décennies durant lesquelles d'autres courants avaient subsisté.

Les débuts de la carrière de Dionisii semblent liés à un séjour au monastère Paphnouti-Borovski. C'est là que, vers 1465-1470, l'artiste décora l'église de la Nativité de la Vierge. En 1481, ou au plus tard en 1482, il peignit avec ses compagnons la Deisis, les rangées des Fêtes et des Prophètes de la cathédrale de la Dormition à Moscou, mais ces icônes ne nous sont pas parvenues. Les superbes icônes représentant les métropolites moscovites Pierre et Alexis, provenant de la même église du Kremlin, peuvent être, par leur style, attribuées à son atelier. La Vierge Hodiguitria (galerie Tretiakov, Moscou) est l'une des premières icônes qui puissent être attribuées presque certainement à Dionisii ; elle est datée de 1482. Cette œuvre se distingue par son élégance, la tranquillité et la retenue d'expression, l'équilibre de la composition qui révèle la main d'un artiste ayant parfaitement assimilé la tradition aristocratique byzantine en même temps que celle de Roublev. Deux icônes provenant du monastère Pavlovo-Obnorski (galerie Tretiakov) sont caractéristiques de l'art de Dionisii. La première, le Sauveur en majesté, est presque identique à un Sauveur de l'école de Roublev, mais les proportions sont légèrement plus allongées. La seconde, une Crucifixion, est une des plus belles icônes de Dionisii. Datée de 1500, elle incarne, dans la grâce de ses courbes et le raffinement de sa composition, les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut de philologie et d'histoire orientales et slaves, Bruxelles

Classification


Autres références

«  DIONISII ou DIONYSOS (1440 env.-env. 1510)  » est également traité dans :

ICÔNE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY
  •  • 4 836 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les icônes russes »  : […] En Russie, dont l'art religieux, comme celui des Balkans, tire ses origines de Byzance, l'icône connut un exceptionnel essor. Là, mieux qu'ailleurs, s'affirmèrent les caractères distinctifs d'écoles locales, de nouveaux thèmes iconographiques furent créés (les saints Boris et Gleb, le Pokrov – voile – de la Vierge, par exemple) et des peintres de talent développèrent un style souvent original. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/icone/#i_6739

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 894 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La Moscovie à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle »  : […] Le fondateur du royaume de Moscovie, Ivan III, parvient à rassembler autour de son trône les petites principautés et à s'affranchir définitivement de la Horde d'Or (cf. russie  - Histoire). Cela se reflète dans l'art russe qui s'affirme alors sans être déjà un art officiel. Afin de faire honneur au prestige grandi de son État, Ivan III fait reconstruire le Kremlin de Mosc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/#i_6739

Pour citer l’article

Jean BLANKOFF, « DIONISII ou DIONYSOS (1440 env.-env. 1510) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dionisii-dionysos/