GROSS DAVID (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

à Washington le 19 février 1941, le physicien américain David Gross est petit-fils d'immigrants juifs d'Europe orientale établis sur la côte est des États-Unis au début du xxe siècle. Fils d'un juriste, il passe son enfance à Arlington (Virginie), dans la banlieue de Washington. En 1953, son père est envoyé par l'administration Eisenhower à Jérusalem pour jouer le rôle de conseiller auprès du gouvernement israélien ; il s'y installe en 1955 et fonde une école de commerce dans l'université hébraïque de la ville. Après de brillantes études scientifiques à Jérusalem, David Gross est accepté à l'université de Californie à Berkeley où il écrit sa thèse de doctorat en physique théorique en 1966 sous la direction de Geoffrey Chew. Il bénéficie alors d'une bourse de l'université Harvard où il travaille sur la description théorique de l'interaction nucléaire forte dans le cadre de la théorie des champs de jauge. Nommé professeur assistant à l'université de Princeton en 1969, il y enseigne pendant 27 ans et encadre la thèse de brillants étudiants comme Frank Wilczek et Edward Witten. Des travaux remarquables l'amènent à démontrer avec Wilczek la propriété fondamentale de liberté asymptotique de la chromodynamique quantique, propriété qui permet de comprendre les forces nucléaires en termes d'interactions entre des quarks et des gluons, constituants fondamentaux de la matière. Le prix Nobel de physique 2004, partagé avec David Politzer et Frank Wilczek, distinguera ce résultat. Gross approfondit la compréhension théorique des interactions nucléaires par de nombreuses contributions. En 1980, comme beaucoup d'autres théoriciens, il tourne son attention vers des théories plus spéculatives, tentant d'unifier les interactions fondamentales et de formuler une théorie quantique de la gravitation. Le cadre nouveau dans lequel ces physiciens travaillent est celui de la « théorie des cordes » qui, à la différence des théories quantiques des champs, ne considère pas comme ponctuels les objets fondamentaux de la physique, et se permet l'introduction de dimensions supplémentaires (invisibles) de l'espace-temps. En 1996, Gross devient directeur de l'Institut de physique théorique de Santa Barbara (Californie).

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  GROSS DAVID (1941- )  » est également traité dans :

JAUGE THÉORIE DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 476 mots

Les expériences de diffusion d'électrons sur les protons posaient depuis 1968 une énigme aux physiciens des particules élémentaires. Le physicien américain James D. Bjorken avait en effet démontré qu'elles étaient très difficilement interprétables à moins d'admettre que les électrons étaient diffusés sur des sous-constituants des nucléons et que ceux-ci – qu'il appelait « partons » – étaient qua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-jauge/#i_50273

WILCZEK FRANK (1951- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 431 mots

Petit-fils d'émigrés polonais et italiens s'étant établis comme artisans dans l'île de Long Island près de New York, le physicien américain Frank Wilczek est né le 15 mai 1951 à New York où il passe toute sa jeunesse. Après des études élémentaires dans les écoles publiques du quartier de Queens, il rejoint l'université de Chicago où il obtient son diplôme de bachelor of science […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-wilczek/#i_50273

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « GROSS DAVID (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-gross/