DAKHMĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom donné aux édifices ou « tours du silence » dans lesquels les adeptes du mazdéisme exposent leurs morts. Selon la religion prêchée par Zarathoushtra (Zoroastre) au ~ viie siècle, en effet, les quatre éléments constitutifs de l'univers (terre, eau, air, feu) étaient tenus pour sacrés et ne devaient en aucune façon être souillés par l'homme. Or, la mort physique représentait l'impureté rituelle par excellence ; il fallait donc trouver un moyen de se débarrasser des cadavres sans les enterrer ni les brûler, ni les jeter à l'eau. Ainsi naquit la coutume de les exposer hors des villes sur des pierres où les vautours venaient les dévorer.

Dans les communautés zoroastriennes modernes (les guèbres en Iran, les parsis en Inde), on construit des tours aveugles (seule une petite porte permet aux croque-morts — les nasāsālar — d'y pénétrer), dont l'intérieur est fait de gradins concentriques. Immédiatement après le décès, le corps du défunt est conduit jusqu'au dakhmā (tel est le nom de ces édifices) et des employés le déposent sur l'un des gradins. Les nombreux vautours qui gîtent aux alentours des dakhmās se précipitent alors et, en très peu de temps, il ne reste plus que quelques ossements que les employés font tomber dans un puits de pierre aménagé au centre de la tour. Les proches n'ont pas eu à souffrir du spectacle puisque les dakhmās sont clos ; de plus, il est d'usage que la famille se recueille pendant quelques instants dans une chapelle située à l'entrée du terrain où sont édifiées les tours (c'est du moins l'usage à Bombay, où ont été construits les plus importants dakhmās).

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  DAKHMA  » est également traité dans :

PARSIS

  • Écrit par 
  • Guy BUGAULT
  •  • 2 305 mots

Dans le chapitre « La religion »  : […] La religion des Parsis est la religion mazdéenne, réformée et partiellement démythisée par Zarathushtra dans un sens éthique et monothéiste. À première vue, la caractéristique principale en est le culte du feu et les temples du feu. Pourtant, le dieu des mazdéens n'est pas le feu ( atar ), mais le Seigneur sage ( Ahura Mazdā), homologue de l'Asura Varuṇa védique. C'est parfo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parsis/#i_35354

ZOROASTRISME

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE
  •  • 5 869 mots

Dans le chapitre « Le culte »  : […] La persistance du culte zoroastrien offre des données plus sûres. Le Yasna est tout entier consacré au sacrifice du haoma et les rubriques, notées en pehlevi, sont, dans l'ensemble et avec des variantes assez légères, encore en vigueur aujourd'hui. Le pressurage de tiges de haoma (sanskrit : soma ) fournit une liqueur qui est consommée dans un mélange de lait et d'eau en offr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoroastrisme/#i_35354

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « DAKHMĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dakhma/