CORRUPTION ET TRAFIC D'INFLUENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Incriminés par les articles 432-11 et 433-1 du nouveau Code pénal français, les délits de corruption et de trafic d'influence désignent « le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique, chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public, de solliciter ou d'agréer » et, en particulier, « le fait de proposer » à cette personne « directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques » pour qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir un acte de sa fonction ou pour qu'elle fasse obtenir par son influence « des distinctions, des emplois, des marchés — ou toute autre décision favorable ». Les dispositions de l'ancien Code ne distinguaient pas si nettement entre la corruption passive (commise par un représentant de l'autorité) et la corruption active (commise par le particulier).

Les éléments constitutifs sont la réunion de moyens susceptibles de déterminer le trafic, l'existence d'un but déterminé des offres ou des promesses, enfin, celle d'une intention frauduleuse. En premier lieu et quant aux moyens, il faut que l'auteur ait agréé ou sollicité des offres ou promesses, ou bien qu'il ait proposé des biens ou des présents. En second lieu, les offres et les promesses doivent avoir un certain but : faire obtenir ou tenter de faire obtenir de l'autorité publique ou d'administrations contrôlées par l'autorité publique des distinctions, récompenses, décorations, médailles, et plus généralement selon la jurisprudence, « toute décision favorable de l'autorité publique qui, au lieu d'être obtenue par des moyens légitimes, a été obtenue et poursuivie par des moyens d'influence coupables » ; ce sont le plus souvent des faveurs individuelles que tentent de se faire accorder certaines personnes : une naturalisation théoriquement impossible, un passeport, une exemption non justifiée du service militaire... Les autorités visées par le texte et susceptibles d'exercer une influence sont les autorités françaises de l'ordre législatif, admini [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CORRUPTION ET TRAFIC D'INFLUENCE  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La mafia »  : […] Au milieu des années quatre-vingt, le pool de jeunes magistrats palermitains, autour de Giovanni Falcone, avait obtenu d'importants succès, grâce en particulier aux « repentis ». Le plus important d'entre eux, Tommaso Buscetta, avait ainsi permis non seulement l'arrestation de nombreux mafiosi et la tenue du maxi-procès de Palerme en 1986, mais une connaissance beaucoup plus précise des mécanisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-la-vie-politique-depuis-1945/#i_42652

ITALIE, économie

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX, 
  • Siro LOMBARDINI, 
  • Janine MENET-GENTY
  •  • 13 162 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'État et l'économie »  : […] Le secteur à participation d'État s'était étendu au-delà de toute mesure et selon des critères qui répondaient à des besoins conjoncturels immédiats et non à une programmation d'ensemble. Il devait contribuer à la paix sociale par le développement du Midi et limiter les risques de chômage. Mais l'accumulation hétéroclite, au sein de l'IRI, de l'ENI et de l'EFIM, d'entreprises en difficulté ou cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-economie/#i_42652

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « CORRUPTION ET TRAFIC D'INFLUENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/corruption-et-trafic-d-influence/