CORRUPTION ET TRAFIC D'INFLUENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Incriminés par les articles 432-11 et 433-1 du nouveau Code pénal français, les délits de corruption et de trafic d'influence désignent « le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique, chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public, de solliciter ou d'agréer » et, en particulier, « le fait de proposer » à cette personne « directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques » pour qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir un acte de sa fonction ou pour qu'elle fasse obtenir par son influence « des distinctions, des emplois, des marchés — ou toute autre décision favorable ». Les dispositions de l'ancien Code ne distinguaient pas si nettement entre la corruption passive (commise par un représentant de l'autorité) et la corruption active (commise par le particulier).

Les éléments constitutifs sont la réunion de moyens susceptibles de déterminer le trafic, l'existence d'un but déterminé des offres ou des promesses, enfin, celle d'une intention frauduleuse. En premier lieu et quant aux moyens, il faut que l'auteur ait agréé ou sollicité des offres ou promesses, ou bien qu'il ait proposé des biens ou des présents. En second lieu, les offres et les promesses doivent avoir un certain but : faire obtenir ou tenter de faire obtenir de l'autorité publique ou d'administrations contrôlées par l'autorité publique des distinctions, récompenses, décorations, médailles, et plus généralement selon la jurisprudence, « toute décision favorable de l'autorité publique qui, au lieu d'être obtenue par des moyens légitimes, a été obtenue et poursuivie par des moyens d'influence coupables » ; ce sont le plus souvent des faveurs individuelles que tentent de se faire accorder certaines personnes : une naturalisation théoriquement impossible, un passeport, une exemption non justifiée du service militaire... Les autorités visées par le texte et susceptibles d'exercer une influence sont les autorités françaises de l'ordre législatif, administratif ou judiciaire, et les administrations placées sous le contrôle de la puissance publique, les autorités ou administrations placées sous le contrôle d'une puissance politique étrangère étant exclues. Enfin, le dernier élément constitutif de l'infraction est l'intention frauduleuse ; mais la preuve doit en être rapportée.

La loi punit le trafic d'influence d'une peine d'emprisonnement de dix ans ainsi que d'une amende de 150 000 euros. La tentative de trafic d'influence est réprimée ; elle est même incluse dans le terme « sollicitation », c'est-à-dire finalement dans le délit lui-même.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CORRUPTION ET TRAFIC D'INFLUENCE  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La mafia »  : […] Au milieu des années quatre-vingt, le pool de jeunes magistrats palermitains, autour de Giovanni Falcone, avait obtenu d'importants succès, grâce en particulier aux « repentis ». Le plus important d'entre eux, Tommaso Buscetta, avait ainsi permis non seulement l'arrestation de nombreux mafiosi et la tenue du maxi-procès de Palerme en 1986, mais une connaissance beaucoup plus précise des mécanisme […] Lire la suite

ITALIE, économie

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX, 
  • Siro LOMBARDINI, 
  • Janine MENET-GENTY
  •  • 13 163 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'État et l'économie »  : […] Le secteur à participation d'État s'était étendu au-delà de toute mesure et selon des critères qui répondaient à des besoins conjoncturels immédiats et non à une programmation d'ensemble. Il devait contribuer à la paix sociale par le développement du Midi et limiter les risques de chômage. Mais l'accumulation hétéroclite, au sein de l'IRI, de l'ENI et de l'EFIM, d'entreprises en difficulté ou cons […] Lire la suite

Les derniers événements

6-9 octobre 2021 Autriche. Démission du chancelier Sebastian Kurz.

Le 6, le parquet anticorruption mène une série de perquisitions visant plusieurs hauts responsables politiques, dont le chancelier Sebastian Kurz, dans le cadre d’une enquête pour « détournement de fonds, corruption et trafic d’influence ». Sebastian Kurz et neuf de ses proches sont soupçonnés d’avoir financé sur fonds publics, « entre 2016 et au moins 2018 », une campagne de « sondages manipulés » favorable au chancelier. […] Lire la suite

1er mars 2021 France. Condamnation de l'ancien président Nicolas Sarkozy.

Le tribunal correctionnel de Paris condamne l’ancien président Nicolas Sarkozy à trois ans de prison, dont deux avec sursis, pour « corruption active » et « trafic d’influence ». Celui-ci est reconnu coupable d’avoir tenté d’influer sur une décision de la Cour de cassation relative à l’affaire Bettencourt, par l’intermédiaire d’un magistrat de cette juridiction, en échange de la promesse de lui obtenir un poste à Monaco. […] Lire la suite

23 juin 2020 France. Information judiciaire contre Alexis Kohler.

La justice ouvre une information judiciaire pour prise illégale d’intérêts, trafic d’influence et défaut de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, contre le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler. Celui-ci est soupçonné de conflit d’intérêts dans l’opération de rachat du chantier naval STX France par l’opérateur de fret italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC), qu’il avait eu à traiter au nom de l’État dans le cadre de ses précédentes fonctions. […] Lire la suite

7-27 février 2019 Canada. Accusation d'ingérence portée contre le cabinet de Justin Trudeau.

Le 11, le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique Mario Dion annonce l’ouverture d’une enquête pour trafic d’influence visant le cabinet du Premier ministre. Le 12, Jody Wilson Raybould, nommée ministre des Anciens Combattants en janvier, annonce sa démission. Le 18, Gerald Butts, le secrétaire principal de Justin Trudeau, qui est soupçonné d’avoir exercé des pressions sur Jody Wilson-Raybould, annonce sa démission. […] Lire la suite

11-18 juillet 2018 France. Placement en garde à vue du député Thierry Solère.

Celui-ci souhaite l’entendre dans le cadre de l’enquête ouverte à son encontre en septembre 2016 sur des soupçons de fraude fiscale, et élargie depuis lors aux chefs de trafic d’influence, corruption, abus de biens sociaux, financement illicite de dépenses électorales et manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « CORRUPTION ET TRAFIC D'INFLUENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/corruption-et-trafic-d-influence/