CONTRAT ADMINISTRATIF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'administration peut conclure des contrats qui se distinguent des contrats de droit commun par les règles spéciales qui les régissent et par le fait que leur contentieux relève des juridictions administratives. Ces contrats sont des contrats administratifs. Leur régime juridique autonome s'explique par la mise en présence d'intérêts inégaux et la nécessité de subordonner les intérêts particuliers à l'intérêt général. Certains types de contrats sont toujours administratifs, soit par détermination de la loi (c'est le cas des marchés de travaux publics ou des contrats portant occupation du domaine public), soit à raison de leur objet (c'est le cas de la concession de service public). D'autres types de contrats peuvent être, selon le choix de l'administration, administratifs ou de droit commun, c'est-à-dire soumis aux règles du Code civil. C'est ainsi que les fournitures ou les transports peuvent être stipulés par des contrats de droit privé ou par des marchés publics. La jurisprudence a dû déterminer un critère, et, aujourd'hui, au terme d'une évolution, le contrat administratif peut se définir comme un contrat conclu par une personne publique et identifié au moyen d'un critère alternatif : à savoir la présence dans le contrat de clauses exorbitantes du droit commun, ou la participation du cocontractant à l'exécution même du service public.

La clause exorbitante est celle que l'on ne saurait rencontrer dans les contrats conclus entre particuliers, soit qu'elle comporte des obligations qui ne sont pas susceptibles d'être librement consenties dans le cadre des lois civiles et commerciales, soit qu'elle implique l'exercice de prérogatives de puissance publique, au profit de l'administration vis-à-vis de son cocontractant, sous la forme de pouvoirs d'action d'office, de résiliation discrétionnaire, de contrôle exorbitant, ou bien au profit du cocontractant vis-à-vis des tiers, sous la forme de droits de percevoir des taxes, ou d'un privilège d'exclusivité. Toutes ces clauses portent la « marque administrative » en ce sens qu'elles n'ont pu être inspirées que par des considérations d'intérêt général non susceptibles de se manifester dans des contrats entre particuliers. En revanche, certains contrats de l'administration sont toujours de droit privé au regard de la jurisprudence, qui a voulu créer un « bloc de compétence judiciaire », malgré la présence de clauses exorbitantes. C'est le cas des contrats conclus par les services publics industriels et commerciaux avec leurs usagers.

Le particularisme du régime juridique des contrats administratifs s'applique à leur formation et à leur exécution. En ce qui concerne le régime de formation des contrats administratifs, il est marqué par un certain nombre de restrictions à la liberté contractuelle. Les collectivités publiques, en effet, n'ont le libre choix de leur cocontractant que lorsque la personne de celui-ci est un élément essentiel du contrat. L'intuitus personae joue ainsi pour la concession de service public. Le principe général est celui de la mise en concurrence des éventuels cocontractants, plus propice à assurer la protection des intérêts de l'administration ; il domine la matière importante des marchés publics ; c'est ainsi que, dans une adjudication, l'attribution se fait automatiquement au plus fort rabais. Et, si les marchés sur appels d'offre et, plus encore, les marchés de gré à gré laissent plus de liberté à l'administration, encore faut-il qu'elle se détermine en fonction du seul intérêt général, à l'exclusion de tout favoritisme.

Les contrats administratifs peuvent être seulement verbaux, mais la plupart voient leurs conditions déterminées par écrit dans des cahiers des charges ou des clauses et conditions générales.

Le régime de l'exécution des contrats administratifs échappe à la règle de l'égalité des parties fixée par l'article 1134 du Code civil, par le fait que l'administration détient, dans l'intérêt du service public, des prérogatives exorbitantes du droit commun. Elle exerce un large pouvoir de contrôle et de direction de l'exécution dont elle peut modifier les conditions de façon substantielle. Elle peut aussi, dans certains cas, se délier de ses obligations et résilier unilatéralement le contrat à titre de sanction, voire sans faute du cocontractant. Celui-ci, en revanche, profite d'une garantie des intérêts financiers en vue desquels il avait contracté, caractérisée par un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : assistante en sciences juridiques à l'université de Paris-V-René-Descartes

Classification

Autres références

«  CONTRAT ADMINISTRATIF  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - Le droit administratif

  • Écrit par 
  • Jean RIVERO
  •  • 11 856 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les actes administratifs »  : […] Les personnes administratives ainsi recensées et décrites, il faut analyser les moyens juridiques par lesquels leur action peut s'exercer. C'est la théorie des actes administratifs , qui repose sur la distinction fondamentale des actes unilatéraux et des contrats . Aucune théorie ne reflète mieux que celle de l' acte administratif unilatéral l'essentielle originalité du droit administratif par ra […] Lire la suite

CONCESSION ADMINISTRATIVE

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 375 mots

En droit administratif, le terme de concession est employé pour désigner des opérations très différentes de par leur nature. C'est ainsi qu'on parle des concessions dans les cimetières, variables en durée, ou des concessions de terre dans les territoires d'outre-mer. Le terme prend place également dans l'expression complexe de concessions d'endigage ou de « créments futurs » qui recouvre tout simp […] Lire la suite

MARCHÉ PUBLIC

  • Écrit par 
  • Louis-Jérôme CHAPUISAT
  •  • 641 mots

Procédure contractuelle à laquelle l'administration peut avoir recours et qui diffère de la décision exécutoire. Il existe une grande variété de marchés publics : les marchés de fournitures ou de services, les marchés de travaux publics, les contrats de louage de services ou la concession de service public. Certains marchés publics sont, de par la loi ou par leur objet, des contrats de droit publi […] Lire la suite

Les derniers événements

6-24 avril 1994 France. Polémique entre le ministère de l'Intérieur et la Chancellerie au sujet de l'expulsion de deux jeunes Algériens

Le 6, le tribunal administratif de Lyon prononce a posteriori le sursis à exécution des arrêtés d'expulsion pris en mars par le préfet du Rhône à l'encontre de deux jeunes Algériens interpellés lors d'une manifestation contre le contrat d'insertion professionnelle. Il conteste la « nécessité impérieuse pour la sécurité publique » relevée par le préfet, qui avait justifié la procédure d'expulsion « en urgence absolue » suivie par le ministère de l'Intérieur. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie GRUBER, « CONTRAT ADMINISTRATIF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/contrat-administratif/