CONSOMMATIONVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien que la consommation soit une notion qui s'applique à une expérience quotidienne, sa définition précise est complexe. Les conventions de la comptabilité nationale distinguent les consommations selon leur destination (consommations intermédiaires et consommations finales) et selon les agents économiques qui en sont responsables (consommation des ménages, qui correspond à la notion intuitive de la consommation, consommation des administrations, etc.). Selon les pays, une part plus ou moins grande de la consommation (en services de santé et d'éducation notamment) est socialisée, c'est-à-dire pris en charge par l'État et les collectivités publiques. Pour éviter que ces différences ne biaisent les comparaisons internationales, les comptables nationaux définissent deux notions de consommation finale. D'une part, la consommation effective des ménages, qui recouvre l'ensemble des biens et services que les ménages consomment effectivement, qu'ils en assument ou non la dépense. D'autre part, la dépense de consommation finale des ménages, qui se limite aux seules dépenses que les ménages supportent directement. La consommation effective des ménages, qui comprend ainsi la consommation en biens et services non marchands fournis gratuitement aux ménages, est la notion utilisée pour effectuer des comparaisons internationales.

Au niveau macroéconomique, les économistes s'intéressent à l'étude de la répartition des ressources totales d'un pays entre la consommation et les autres utilisations ou, ce qui est symétrique, entre la consommation etl'épargne, puisque l'épargne sert à financer les autres utilisations finales de la production nationale. Depuis les travaux de John Maynard Keynes, l'arbitrage entre la consommation et l'épargne est au cœur des polémiques théoriques de la science économique. Pour les économistes classiques comme Adam Smith ou Jean-Baptiste Say, la consommation utilise les ressources dans le présent, tandis que l'épargne permet de financer l'investissement qui assure la croissance économique, et augmente donc le potentiel de consommation future. Pour les keynésiens, au contraire, l'épargne est un résidu dans l'affectation des revenus. En tant que renonciation à la consommation, l'épargne vient amputer d'autant la demande globale qui s'adresse aux entreprises, et ne saurait dans ce cas susciter un investissement. Le rôle central assigné par la théorie keynésienne à la consommation conduira à la crainte d'un « excès d'épargne », découlant de l'incapacité chronique du système économique à utiliser toute l'épargne des ménages, et plongeant périodiquement l'économie dans les récessions et le chômage. En dépit des tentatives de synthèse, la controverse entre keynésiens et classiques resurgit périodiquement dans l'orientation de la politique économique. Dans un mouvement de balancier, l'intervention publique oscille entre les mesures d'encouragement à la consommation pour soutenir la demande à court terme et de soutien à l'épargne pour stimuler la croissance à long terme.

Si le revenu est le principal déterminant de la consommation agrégée, plus on entre dans le détail des biens et services consommés, plus on voit apparaître les comportements des consommateurs, sous l'influence d'autres facteurs de nature socio-démographique, au premier rang desquels l'âge, le type d'habitat ou encore la composition familiale. Les réflexions sur la façon dont émergent les goûts et dont se façonnent les préférences, hors de propos pour les macro-économistes, reprennent toute leur pertinence dans les approches des micro-économistes et dans celles des sociologues. C'est d'ailleurs à des approches issues de la sociologie et de la psychologie que les spécialistes du marketing empruntent pour mieux exploiter les comportements variés et changeants des consommateurs auxquels ils destinent leurs produits.

Du point de vue sociopolitique, il importe de voir que les différents phénomènes (gratuité, rareté, abondance, prestige, nouveauté, dangerosité) liés à la consommation de biens à travers l'histoire ont produit toute une série de discours contestataires, pour aboutir aux critiques contemporaines plus ou moins radicales de la société de consommation et du consumérisme. L'essor du droit de la consommation, qui s'est construit d'abord comme un droit protecteur du consommateur, à l'instar du droit du travail né dans un souci de protection du salarié, est lui aussi à sa manière une conséquence de cette approche nettement plus politique de la consommation.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  CONSOMMATION  » est également traité dans :

CONSOMMATION - Dépenses de consommation

  • Écrit par 
  • Nicolas HERPIN, 
  • Daniel VERGER
  •  • 5 716 mots

La consommation des ménages représente, pour la France, environ 60 p. 100 du produit intérieur brut, près du double des exportations et plus de trois fois le montant des investissements. C'est donc essentiellement elle qui contribue à la croissance de moyen terme. Elle sert, en outre, d'assiette à la plus grande partie des ressources fiscales alimentant les budgets publics. La consommation des mén […] Lire la suite

CONSOMMATION - Comportement du consommateur

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Marc VANHUELE
  •  • 8 995 mots
  •  • 1 média

Par « comportement du consommateur », on entend l'ensemble des comportements qui se rapportent à l'acquisition de biens et services. On y inclut l’exposition à des messages commerciaux et à d’autres types d’information, l'expérience de l’utilisation des biens et services achetés et l'abandon éventuel de ces produits. La consommation occupe une place importante dans les activités des individus, en […] Lire la suite

CONSOMMATION - Critiques de la consommation

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 2 358 mots
  •  • 1 média

Les critiques de la consommation peuvent être classées d'après différents principes. Selon que l'on prête, ou non, un sens historique précis à la notion de consommation, on distinguera entre des critiques intemporelles et celles qui ont été engendrées par le développement du capitalisme. Selon la portée que l'on attache au mot de critique, on distinguera des critiques plutôt pratiques, liées à l'u […] Lire la suite

CONSOMMATION - Droit de la consommation

  • Écrit par 
  • Gaëlle PATETTA
  •  • 5 466 mots

Selon une acception commune, le droit de la consommation désigne l'ensemble des normes, règles et instruments visant à assurer la protection et à accroître le rôle du citoyen dans tous les actes où il exerce sa faculté d'acquérir et de consommer des biens. La prise de conscience, dans le monde développé, de la nécessité de protéger les consommateurs contre la puissance de leurs partenaires économi […] Lire la suite

ACHAT POUVOIR D'

  • Écrit par 
  • Stéfan LOLLIVIER
  •  • 5 611 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'indice des prix à la consommation »  : […] La mesure du pouvoir d'achat fait intervenir les ressources, objet de la discussion précédente, mais également au dénominateur les prix des dépenses de consommation. L'outil de référence pour mesurer l'augmentation de ceux-ci est l'indice des prix à la consommation (I.P.C.). Depuis le début des années 2000 (et notamment depuis le passage à l'euro en 2002), celui-ci est suspecté de sous-estimer […] Lire la suite

ACIER - Économie

  • Écrit par 
  • Franco MANNATO
  •  • 10 109 mots

Dans le chapitre « La consommation apparente d'acier »  : […] La consommation d'acier recouvre différentes notions plus ou moins aisées à traduire en chiffres. La consommation apparente d'acier est la somme de la production d'acier et des échanges nets d'acier (importations moins exportations). Les données exploitables sont, pour la production, les volumes de production d'acier brut et, pour les échanges, les volumes de produits sidérurgiques importés et ex […] Lire la suite

LES ANNÉES POP 1956-1968 (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 1 140 mots

En 1962, la Boutique de Ben ou The Store de Claes Oldenburg troublaient à leur manière la mince frontière qui séparait encore galerie et commerce, commerçant et artiste et, finalement, objet d'art et produit de consommation. Depuis lors, ce nouvel évangile de la consommation de masse s'est propagé jusqu'à nous pour imprégner l'exposition Les Années pop 1956-1968 , qui s'est tenue du 15 mars au 2  […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Le retour du beau »  : […] Par rapport à cette situation pas si lointaine, il est d'autant plus surprenant que nous assistions depuis la fin de l'époque moderne, et plus exactement durant le dernier quart du xx e  siècle (le terme « post-moderniste » fut utilisé pour la première fois en 1968, celui de « postmoderne » en 1974), à une réhabilitation de la beauté. Pour mesurer l'ampleur de ce retour, il importe de ne pas se li […] Lire la suite

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Le bien-fondé de l'autofinancement »  : […] Par référence explicite ou implicite au modèle de financement traditionnel selon lequel tous les fonds investis ont été épargnés préalablement, et où le financement des investissements n'interfère pas avec la distribution des revenus, on a pu dire que l'autofinancement, épargne forcée, affectait sensiblement la distribution et pesait notamment sur les consommateurs et sur les salariés des entrepr […] Lire la suite

BESOIN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 635 mots

Tout comme les plantes et les animaux, les hommes ont des besoins. Pour en rendre raison, de nombreuses typologies ont été proposées. Le plus souvent, elles hiérarchisent les besoins en partant des plus élémentaires (nourriture, abri, pulsions sexuelles…) jusqu’aux moins « naturels » (recherche de pouvoir, sociabilité, réalisation de soi, etc.). Déjà ancienne, puisqu’elle date des années 1940, la […] Lire la suite

Pour citer l’article

« CONSOMMATION - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/consommation-vue-d-ensemble/