COMPORTEMENT ANIMALFondements du comportement

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Motivation

La motivation peut être définie comme la propension d'un animal à réaliser un certain comportement à un moment donné. Elle est la résultante de phénomènes physiologiques internes (signaux internes comme la faim et la soif, hormones, rythmes endogènes, état de maturation, expérience passée de l'animal) et de signaux extérieurs (stimuli). Les animaux sont bien sûr motivés pour accomplir les actes qui leur permettent de survivre et de se reproduire. Konrad Lorenz comparait les phénomènes de motivation à un réservoir dans lequel un liquide s'accumule continuellement (fig. 3). La sortie du réservoir est bloquée par une valve à ressort reliée à un plateau sur lequel un poids peut être posé. Les motivations internes seraient représentées par le liquide remplissant progressivement le réservoir, tandis que les stimuli externes seraient matérialisés par le poids agissant sur la valve. Lorsque la valve est ouverte, à la fois sous l'effet du poids et de la pression du liquide, le contenu du réservoir s'écoule : l'animal réalise le comportement avec une intensité pouvant être lue sur la gradation du collecteur. Si aucun stimulus correspondant au comportement n'est disponible (aucun effet du poids sur la valve), la valve finit toutefois par s'ouvrir sous le seul effet de la pression du liquide : l'animal effectue des comportements à vide ou sur des stimuli non spécifiques. Ce modèle, bien que naturellement trop simpliste, appelé par Lorenz « modèle hydromécanique », peut aider à la compréhension des phénomènes de motivation. Généralement, un animal trouve dans le monde extérieur les stimuli correspondant à la fois à ses besoins et à son état de motivation : un loup qui a faim se met en chasse puis, quand il a capturé une proie et mangé à sa faim, sa motivation face à la viande n'est plus de la manger mais de l'enterrer. La rate après la parturition ramène au nid les petits qui s'en sont échappés. Mais la motivation peut être si forte que l'animal accomplira même sans but, ou encore sur des objets de substitution, le comportement pour lequel il est motivé : le chat bi [...]

Modèle hydrodynamique de Lorenz

Dessin : Modèle hydrodynamique de Lorenz

Dessin

Modèle hydromécanique de Lorenz. Le robinet supérieur représente la source endogène d'énergie spécifique d'action. Le liquide accumulé dans le réservoir (R) figure la quantité d'énergie disponible pour l'organisme à un moment donné ; le niveau du liquide détermine le seuil de la... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Mouflon du Canada dans le parc national de Jasper, Canada

Mouflon du Canada dans le parc national de Jasper, Canada
Crédits : Arterra/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Écureuil

Écureuil
Crédits : Darrell Gulin/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Comportement animal : exemple d'utilisation de leurres

Comportement animal : exemple d'utilisation de leurres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Comportement animal : agressivité sexuelle de l'épinoche

Comportement animal : agressivité sexuelle de l'épinoche
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COMPORTEMENT ANIMAL  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 860 mots

Le comportement animal peut être défini comme l'ensemble des mouvements, postures, vocalisations et autres manifestations corporelles (telles que changements de couleur ou émission de phéromones) que l'on observe chez les animaux. La gamme de leurs activités comportementales dépend au premier chef de leur degré d'organisation, que ce soit leur anatomie généra […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Développement du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 913 mots
  •  • 2 médias

Chez les insectes, les individus passent par un stade larvaire au cours duquel leur morphologie et, donc, leur comportement peuvent être totalement différents. Quoi de commun entre une chenille rampant et se nourrissant de feuilles et le papillon qu'elle deviendra, qui vole et se nourrit de nectar ? Le stade larvaire peut d'ailleurs durer beaucoup plus long […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 992 mots
  •  • 7 médias

En éthologie, la communication peut être définie comme la transmission d'un signal (chimique, visuel, auditif...) d'un individu à un ou plusieurs autres, ce signal étant sélectionné par l'évolution pour sa valeur informative ; cette dernière précision permet de ne pas parler de communication lorsque des informations sont émises de façon purement contingent […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 591 mots
  •  • 8 médias

La majorité des animaux vivent, au moins durant certaines périodes, avec leurs congénères. En effet, la vie en groupe leur apporte divers avantages. Cependant, elle est aussi source de contraintes et de compétition. Au cours de l'évolution, différents mécanismes ont été mis en place pour limiter les effets négatifs de l'agression entre les animaux d'une même espèce. Chez les […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur

  • Écrit par 
  • Marc THÉRY
  •  • 3 827 mots
  •  • 4 médias

Les animaux déploient une multitude d'ornements et de comportements pour séduire un partenaire sexuel et se reproduire. Les danses nuptiales, les sons et les odeurs sexuelles sont des signaux très utilisés, et c'est souvent le mâle qui déploie ses meilleurs atours pour séduire la femelle. Les arguments de séduction, ainsi que la préférence pour ces arguments chez l'autre sexe, passionnent depuis l […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Les facteurs exogènes »  : […] Les choses se compliquent singulièrement lorsqu'on s'intéresse aux facteurs de l'environnement qui suscitent ou contrôlent les comportements d'agression. Chez l'animal, il est banal de faire apparaître le rôle de l'espace disponible, de la frustration, de la privation alimentaire, de la concurrence, de la structure sociale du groupe, dans l'expression de l'agression. Il est également certain que, […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement du behaviorisme »  : […] Après Watson, la psychologie expérimentale se développe, aux États-Unis, de façon extrêmement rapide ; elle se caractérise, pour l'essentiel, par son inspiration behavioriste. Toutefois il subsiste aussi, parallèlement, une pratique assez étendue de la psychologie non expérimentale, surtout dans le domaine clinique, où le behaviorisme ne pénètre que très lentement et où les courants psychanalytiqu […] Lire la suite

BUYTENDIJK FREDERIK (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 1 277 mots

Occupant une place particulière parmi les meilleurs psychologues contemporains, le savant hollandais F. J. J. Buytendijk, qui fut pendant de longues années professeur aux universités de Nimègue et d'Utrecht, peut difficilement être rangé dans une école. On ne peut pas non plus le considérer comme un éclectique préoccupé de psychologie générale. Ce qui domine son œuvre est avant tout le souci de ré […] Lire la suite

CHARLES SHERRINGTON : CONCEPT D'INTÉGRATION NERVEUSE

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET, 
  • Yves LAPORTE
  •  • 303 mots

La parution en 1906 d'un important ouvrage de sir Charles Scott Sherrington fait date en neurophysiologie. Dans Integrative Action of the Nervous System , il interprète l'unification du comportement d'un organisme comme l'expression ultime d'un processus d'intégration nerveuse. Sous sa forme la plus élémentaire, celui-ci consiste, pour un neurone sur lequel convergent de multiples terminaisons ex […] Lire la suite

COMMENSALISME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 153 mots

En biologie, on désigne par commensalisme une interaction durable entre des individus d'espèces différentes où l'un des partenaires retire un bénéfice de l'association tandis que l'autre n'y trouve ni avantage ni véritable inconvénient. Par exemple, les poissons-clowns des récifs coralliens s'associent avec des anémones de mer ; grâce à leur immunité vis-à-vis des poisons urticants de l'anémone […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dalila BOVET, « COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-fondements-du-comportement/