COLUMELLE, lat. LUCIUS JUNIUS MODERATUS CAIUS (Ier s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain latin, Columelle fut contemporain des règnes de Claude et de Néron. Après avoir été tribun militaire dans la VIe légion, la « légion de fer », cet Espagnol se retire dans son pays, non loin de Gadès (Cadix), sur un vaste domaine où il se consacre à sa passion pour l'agronomie. Son œuvre littéraire est étroitement liée à cet amour pour la terre. Il écrit, en effet, un abrégé sur l'agriculture (dont il nous reste le livre II, sur les arbres) mais surtout un traité complet, De l'économie rurale (De re rustica), en douze livres, à la fois technique et poétique. Ce traité développe les sujets suivants : l'utilité et l'agrément de l'économie rurale (liv. I) ; la culture des champs (II) ; la viticulture (III, IV, V) ; le gros bétail (VI) ; le petit bétail (VII) ; la basse-cour (VIII) ; les abeilles (IX) ; le jardinage (X) ; les devoirs de l'intendant et de sa femme (XI et XII). Le livre X est particulièrement intéressant : écrit en vers, il répond au vœu de Virgile de voir un jour comblée par un chapitre sur le jardinage la lacune des Géorgiques. Mais Columelle ne perd pas de vue l'aspect pratique du sujet ; dans sa préface en prose, il explique qu'à une époque où le luxe fait monter le coût de la vie et interdit à la plèbe une nourriture trop chère la culture d'un jardin s'impose. Son jardin est donc rustique et productif. On retrouve ici le dessein des Géorgiques : réagir contre l'extension des grandes exploitations. L'agriculture ne s'improvise pas, Columelle en est conscient : de ce fait il faudrait que soient créées des écoles qui formeraient des spécialistes. La « poésie scientifique » de Columelle est d'une richesse et d'une précision techniques uniques dans l'Antiquité, et c'est pourquoi son traité a été lu avec tant d'intérêt jusqu'à la Renaissance.

—  Élizabeth BINE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COLUMELLE, lat. LUCIUS JUNIUS MODERATUS CAIUS ( I er s.)  » est également traité dans :

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Traces libyques, puniques et grecques »  : […] L' ignorance et les préjugés ont fait que les débuts de la culture maghrébine ont été longtemps, sinon passés entièrement sous silence, du moins abusivement « retardés ». Stéphane Gsell a fait justice de cette partialité en montrant que, si le passé libyco-berbère est rebelle à toute reconstitution historique, il n'en est pas moins indéniable. Inst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_5723

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_5723

Pour citer l’article

Élizabeth BINE, « COLUMELLE, lat. LUCIUS JUNIUS MODERATUS CAIUS (Ier s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/columelle-lat-lucius-junius-moderatus-caius/