CLITIAS & ERGOTIMOS (2e quart VIe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artistes attiques, Clitias est un peintre céramiste et Ergotimos, un potier, dont les grands vases et les grandes compositions constituent les œuvres les plus importantes des années ~ 570-~ 560. Leur plus belle réalisation est sans conteste le Vase François. Ce grand cratère, à volutes et à figures noires, fut retrouvé dans une tombe étrusque de la région de Chiusi par le peintre Alexandre François en 1884. Il est aujourd'hui conservé au musée archéologique de Florence. Le décor du vase est réparti en sept frises superposées : quatre représentent des thèmes figurés, deux sur le col et deux sur la partie supérieure de la panse, tandis qu'à l'étranglement de la région du pied correspond une ligne d'animaux combattants et de sphinx, une autre est occupée par un motif continu de dents de loup ; enfin le pied lui-même représente le combat des Pygmées contre les grues. Sur une face entière du vase et sur un bandeau de l'autre, plusieurs registres illustrent le cycle d'Achille dans un style épique qui rappelle le grand intérêt porté par Pisistrate et ses contemporains aux récits homériques : Achille et son père, Pélée, combattant le sanglier qui ravage la contrée de Calydon ; un cortège divin précède l'épisode des noces de Thétis et de Pélée, des jeux funèbres sont donnés en l'honneur de Patrocle tandis que sur les anses apparaît Ajax emportant le corps d'Achille. Sur l'autre face sont contés les exploits de Thésée débarquant avec ses compagnons pour tuer le Minotaure ou luttant aux côtés des Lapithes contre les Centaures. À ces récits épiques vient curieusement s'ajouter une représentation du retour à l'Olympe d'Héphaïstos précédé de Dionysos et de son thiase.

Le Vase François réunit les légendes des dieux, celles des héros et d'un demi-dieu qui détruisent définitivement les monstres et établissent l'ordre dans le « monde » grec. Il les dépeint dans un style animé et miniaturiste qui influencera les peintres du dernier quart du ~ vie siècle. Il constitue également l'un des premiers documents où, après une période pendant laquelle les peintres de vases se référaient encore à un cycle primitif, va se dégager de façon indéniable la conception homérique de la narration épique.

—  Martine Hélène FOURMONT

Écrit par :

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

Classification


Autres références

«  CLITIAS & ERGOTIMOS (2 e quart VI e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  L'archaïsme »  : […] Le vii e  siècle avait été période de recherches, il avait créé des formes qui traduisaient pour l'essentiel la nature même de l'hellénisme. Il restait à classer toutes ces inventions, à perfectionner des moyens d'expression encore rudimentaires, à préciser un idéal, une conception de la vie qui n'étaient encore qu'esquissés. En une centaine d'ann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/#i_16095

Pour citer l’article

Martine Hélène FOURMONT, « CLITIAS & ERGOTIMOS (2e quart VIe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clitias-ergotimos/