CLERGÉ RÉFRACTAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ensemble des prêtres et évêques qui, sous la Révolution, refusèrent de prêter serment à la Constitution civile du clergé, votée par l'Assemblée constituante le 12 juillet 1790. Étant donné l'imbrication des professions de foi romaine et royaliste, et compte tenu de la vague des rétractations de serment à l'automne de 1791, la situation de prêtre réfractaire ne devient nette qu'après l'abolition de la royauté, le 10 août 1792 ; c'est un refus à la fois de déférer à une quelconque marque de civisme et de rompre avec le pouvoir monarchique, réputé « juste ». Ainsi en décident les clergés de l'Ouest, du Nord et de l'Est (Alsace et Franche-Comté). Il ne leur reste qu'une alternative : la clandestinité ou l'émigration, la première préparant quelquefois la seconde, sauf pour les évêques, qui choisissent l'exil volontaire, parfois dès 1789.

Ainsi s'explique le souci des cadres du clergé réfractaire : assurer l'administration du diocèse en fondant des réseaux autour d'hommes-relais, installés en des points névralgiques ; et, par là, établir une pastorale commune à tous les clandestins (mots d'ordre politiques, consultations canoniques, parades contre les constitutionnels, etc.). L'évêque émigré entretient une correspondance secrète avec son ou ses représentants désignés, chanoines ou vicaires généraux. Vient-il à mourir ? Dans le cas des diocèses frontaliers, Rome nomme un ancien suffragant étranger : le diocèse de Besançon est administré, de 1792 à 1795, par l'évêque de Lausanne, en résidence à Fribourg. Ailleurs, les évêques de la province ecclésiastique proposent à Rome un simple prêtre, connu par son ascendant sur ses confrères réfractaires : après la mort de l'archevêque à Amsterdam, en 1795, deux administrateurs nommés par Rome gouvernent successivement le diocèse de Tours.

Le pouvoir de décision revient donc au clergé émigré. Son importance numérique est, au minimum, de 22 000 à 25 000 prêtres et religieux sur les 120 000 ecclésiastiques de 1789. Ils se répartissent en cinq zones princip [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres et docteur en théologie, professeur à l'Institut catholique de Paris

Classification


Autres références

«  CLERGÉ RÉFRACTAIRE  » est également traité dans :

BERNIS FRANÇOIS JOACHIM DE PIERRE cardinal de (1715-1794)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 483 mots

Issu d'une famille noble et pauvre du Vivarais, François Joachim de Pierre de Bernis s'oriente vers la carrière ecclésiastique. Chanoine de Brioude, puis comte de Lyon, il se rend à Paris en 1735. Ecclésiastique sans bénéfice, homme de lettres galant (surnommé « Babet la bouquetière » par Voltaire), il ne peut rien obtenir de Fleury, mais il attend son heure. Remarqué par M me de Pompadour, il es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-joachim-de-bernis/#i_17354

CLERGÉ CONSTITUTIONNEL

  • Écrit par 
  • Bernard PLONGERON
  •  • 975 mots

Au sens strict, les « constitutionnels » ne comprennent que les fonctionnaires publics ecclésiastiques : évêques, curés et vicaires (décret du 27 nov. 1790) ; prédicateurs (27 mars 1791) ; chapelains et aumôniers d'hôpitaux et de prisons (15-17 avr.). Les « assermentés » englobent les religieux non astreints au serment de 1790 et les ralliés tardifs, y compris les jureurs de Liberté-Égalité (14 ao […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clerge-constitutionnel/#i_17354

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le catholicisme en question »  : […] Leur préoccupation majeure est d'ailleurs d'ordre religieux plus que politique. Sans vouloir nier la déchristianisation déjà poussée de certaines régions, il reste que le catholicisme demeure « la religion de la majorité des Français », comme le constatera le concordat de 1801. Or, après la destruction de l'ancienne Église de France en 1790, après les persécutions de 1791 à 1794, après la séparat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/#i_17354

ÉMIGRATION (1789-1814)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 1 258 mots

Mesure de sûreté pour quelques personnages voués à la vindicte populaire après les troubles de juillet 1789 qu'ils ont vainement tenté de réprimer, l'émigration apparaît vite comme une révolte contre la Révolution. Le comte d'Artois, frère cadet du roi, le prince de Condé et sa famille, ainsi que nombre de grands seigneurs hostiles au nouvel ordre des choses, dans lequel ils n'ont plus de place ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emigration-1789-1814/#i_17354

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 588 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Retour sur l'expérience française »  : […] Boniface VIII, le pape souffleté par l'envoyé du roi Philippe le Bel, ou « l'attentat d'Anagni » (1303) : cette image a traversé les siècles, et elle avait sa place dans tous les manuels d'histoire. Mais, si elle montre bien le choc des prétentions, elle ne dit rien sur le statut de la religion. Or ce que nous appelons laïcité est alors totalement impensable, à moins de parler d'une laïcité sacral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_17354

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'affirmation des oppositions (1791) »  : […] La remise en cause des fondements de la vie publique est générale, ce qui provoque de multiples reclassements lus selon la grille politique qui s'impose peu à peu à tout le pays, classant les groupes et les individus selon leur soutien ou leur résistance à la Révolution. Si les quatre-vingt-trois départements, nouvellement créés, respectent globalement les cadres provinciaux, la désignation des ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_17354

SEPTEMBRE MASSACRES DE (1792)

  • Écrit par 
  • Bernard PLONGERON
  •  • 912 mots

Rien de plus ambigu que le cri, lancé à Paris, au mois d'août 1792 : « La patrie en danger ! » Le péril est-il à l'intérieur, où de nombreuses perquisitions, chez les prêtres réfractaires, débusquent des agences royalistes et prouvent les complicités épistolaires avec les émigrés ? Est-il à l'extérieur, d'où parviennent de sinistres nouvelles : passage de la frontière du duc de Brunswick à la tête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/massacres-de-septembre/#i_17354

Pour citer l’article

Bernard PLONGERON, « CLERGÉ RÉFRACTAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clerge-refractaire/