MERULO CLAUDIO (1533-1604)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur italien, versé dans la facture d'orgue, et le plus célèbre organiste de son temps. Merulo fut l'élève de Tuttovale Menon et de Girolamo Donati. Ses œuvres vocales (messes, madrigaux, motets) et ses pièces pour orgue sont très représentatives de l'école vénitienne de la seconde moitié du xvie siècle. Il fut organiste à la cathédrale de Brescia (1556) ; nommé pour cinq ans, il abandonna ce poste au bout d'un an pour devenir second organiste de la prestigieuse basilique Saint-Marc de Venise (1557) ; il en devint le premier en 1566, succédant à Annibale Padovano, tandis qu'Andrea Gabrieli prenait sa tribune. Il quitta Venise en 1584 pour, peut-être, se fixer à Mantoue ; en 1586, le duc de Parme, Ranuccio Farnese, le prit comme organiste de la cour, et Merulo assura aussi la même fonction à la cathédrale de Parme (1587) ; enfin, en 1591, il cumula ces deux charges avec celle d'organiste de la cour ducale de la Steccata. On possède, au conservatoire de Parme, un orgue positif sorti de ses mains. Ses compositions pour orgue (Ricercari, Canzoni fatte alla francese, Toccate, Messe d'intavolatura d'organo) ouvrent la voie à celles de Frescobaldi, à travers les très nombreux élèves qu'il forma, notamment Girolamo Diruta, Florentio Maschera (1540 env.-apr. 1584), Giovanni Luca Conforti, Giovanni Battista Mosto (mort en 1596), Guglielmo Arnone (1557 env.-1630), Vincenzo Bonizzi (mort en 1630), Camillo Angleria (1580 env.-env. 1630), l'Espagnol Ivo de Vento (1540-1575), son arrière-neveu Giacinto Merulo (1595-env. 1650). Son écriture en imitation se rapproche de celle du ricercare, tout en contenant des éléments « improvisés ». La toccata de Merulo, caractéristique du style vénitien aux couleurs rutilantes est somptueuse ; elle contient en germe le futur binôme : toccata et fugue.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  MERULO CLAUDIO (1533-1604)  » est également traité dans :

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En Italie : les Scarlatti »  : […] En Italie, les deux Gabrieli, Andrea et Giovanni, l'oncle et le neveu, sont, sous l'impulsion du Flamand Willaert, spécialiste du madrigal, les chefs de l'école vénitienne du xvi e  siècle. C'est surtout le second, Giovanni (1557-1612), qui se distingua. Ses œuvres religieuses et instrumentales sont considérables et ont eu une grande répercussion i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin/#i_9718

TOCCATA

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 530 mots

Terme utilisé en musique, à partir de la fin du xvi e  siècle, pour désigner une pièce destinée à être touchée ( toccare  ; de même cantare a donné cantata et sonare , sonata) sur instrument à clavier. Auparavant, toccata s'entend parfois de pages instrumentales pour les cuivres. Les grands ricercari pour luth de Vincenzo Capirola (vers 1517) s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toccata/#i_9718

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « MERULO CLAUDIO - (1533-1604) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudio-merulo/