Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HAIGNERÉ CLAUDIE (1957- )

La première Française à avoir effectué une mission spatiale naît le 13 mai 1957 au Creusot, dans la Saône-et-Loire. Titulaire du baccalauréat à l'âge de quinze ans, elle entame immédiatement des études de médecine à la faculté de Dijon. En 1981, à vingt-quatre ans, Claudie André-Deshays obtient, à la faculté de Cochin (Paris), son doctorat en médecine, ainsi qu'un certificat d'études spécialisées (C.É.S.) de biologie et de médecine du sport ; suivront, en 1982, un C.É.S. de médecine aéronautique et spatiale, en 1984 un C.É.S. de rhumatologie, en 1986 un diplôme d'études approfondies (D.E.A.) de biomécanique et physiologie du mouvement. En 1992, Claudie André-Deshays soutient une thèse de physiologie neurosensorielle. La longue durée de ses études lui vaudra le surnom de « Bac + 19 ».

Mais l'appel de l'espace était là : le 9 septembre 1985, Claudie André-Deshays avait été sélectionnée comme astronaute par le Centre national d'études spatiales (C.N.E.S.) : elle est la seule femme du groupe des sept astronautes retenus parmi un millier de postulants.

Parallèlement, Claudie André-Deshays exerce durant huit années, de 1984 à 1992, au sein de la clinique de rhumatologie et du service de réadaptation de l'hôpital Cochin. Elle travaille aussi pendant six ans, de 1985 à 1990, au laboratoire de physiologie neuro-sensorielle du C.N.R.S., à Paris, définissant et préparant notamment les expériences Physalie et Viminal, relatives à l'adaptation des systèmes moteur et sensoriels humains en ambiance de microgravité ; ces expériences seront menées en 1988 à bord de la station Mir par Jean-Loup Chrétien au cours de la mission franco-soviétique Aragatz.

En 1990, Claudie André-Deshays devient responsable des programmes de physiologie et de médecine spatiale au sein de la Division des sciences de la vie du C.N.E.S. De 1989 à 1992, elle assure la coordination scientifique de la mission franco-russe Antarès, à laquelle prend part l'astronaute français Michel Tognini pour les expériences de sciences de la vie. À cette époque, elle participe régulièrement aux campagnes de vols paraboliques à bord de la Caravelle Zéro g du C.N.E.S.

En octobre 1992, elle est désignée comme astronaute de réserve de Jean-Pierre Haigneré pour la mission Altaïr, qui se déroulera du 1er au 22 juillet 1993 ; durant cette mission, elle assurera le suivi des expériences biomédicales depuis le centre de contrôle de Kaliningrad. En novembre 1992, elle part s'entraîner à la Cité des étoiles, près de Moscou.

Claudie André-Deshays effectue son premier vol spatial du 17 août au 2 septembre 1996, dans le cadre de la mission franco-russe Cassiopée ; le 19 août, le vaisseau Soyouz TM-24 l'amène comme expérimentatrice à bord de Mir, en compagnie de Valeri Grigorievitch Korzoun, commandant, et d'Alexandre Iourievitch Kaleri, ingénieur de vol. Elle réalise à bord de la station de nombreuses expériences scientifiques et médicales. Le 2 septembre, le vaisseau Soyouz TM-23 atterrit à une centaine de kilomètres au sud-ouest d'Akmola (ex-Tselinograd, aujourd'hui Astana), au Kazakhstan, avec à son bord Claudie André-Deshays, Iouri Ivanovitch Onoufrienko, commandant, et Iouri Vladimirovitch Ousatchev, ingénieur de vol.

En mai 1998, Claudie André-Deshays est désignée comme astronaute de réserve de Jean-Pierre Haigneré pour la mission franco-russe Perseus (20 février-28 août 1999), dernière mission internationale vers la station Mir avant sa destruction. Jean-Pierre Haigneré restera dans l'espace 188 jours et 20 heures ; c'est le plus long séjour dans l'espace alors effectué par un astronaute français et le plus long par un non-Russe à bord de Mir. Claudie André-Deshays assure durant toute la mission la coordination avec l'équipage depuis le centre de contrôle de mission de Korolev. À l'issue d'une formation[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • STATIONS ORBITALES

    • Écrit par Jacques VILLAIN
    • 8 694 mots
    • 3 médias
    Trois spationautes français ont séjourné à bord de l'I.S.S. Claudie Haigneré, partie à bord de Soyouz TM-33 le 21 octobre 2001 au titre de la mission Andromède, conduira, pendant les huit jours passés à bord, douze expériences de géophysique, quatorze de médecine et cinq de technologie – notamment...

Voir aussi