Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHRÉTIEN JEAN-LOUP (1938- )

Premier Français à aller dans l'espace, Jean-Loup Jacques Marie Chrétien naît le 28 août 1938 à La Rochelle (Charente-Maritime). Après des études au collège Saint-Charles de Saint-Brieuc puis au lycée de Morlaix, il entre en 1959 à l'École de l'air de Salon-de-Provence, où il obtient en 1961 le titre d'ingénieur, ainsi qu'une maîtrise en génie aéronautique. Il est alors affecté comme lieutenant à la cinquième escadrille de chasse, à Orange, où il est breveté pilote en 1962 après une année d'entraînement sur Mystère IV. Pendant sept ans, il vole sur des Super Mystère B2 et des Mirage III. En 1970, il est affecté à l'E.P.N.E.R. (École du personnel navigant d'essais et de réception) d'Istres, où il est pilote d'essai pendant sept ans ; il supervise notamment le programme d'essais en vol du Mirage F1. En 1977, il est promu adjoint au commandant de la région aérienne du sud-est de la France, dont le quartier général est à Aix-en-Provence. Il occupe cette fonction jusqu'au 12 juin 1980, date à laquelle il est sélectionné comme astronaute par le C.N.E.S.

En septembre 1980, Jean-Loup Chrétien commence l'entraînement à la Cité des étoiles, près de Moscou, dans le cadre de l'accord de coopération concernant les vols habités signé en 1979 entre les gouvernements français et soviétique. Le 24 juin 1982, il décolle de Baïkonour à bord du vaisseau Soyouz T-6 pour accomplir la mission P.V.H. (premier vol habité) ; spationaute expérimentateur, il a pour compagnons de vol les Soviétiques Vladimir Alexandrovitch Djanibekov et Alexandre Sergeïevitch Ivantchenkov. L'amarrage à la station orbitale Saliout-7, à l'intérieur de laquelle se trouvent déjà Valentin Vitalievitch Lebedev et Anatoli Nicolaïevitch Berezovoï, est réalisé le 25 juin. Pendant sept jours, Jean-Loup Chrétien réalise de nombreuses expériences, essentiellement dans le domaine de la physiologie spatiale : mesure du débit sanguin en microgravité, étude des modifications du mouvement dans cet environnement (expérience Posture) et échographie cardio-vasculaire. Il rentre sur Terre le 2 juillet, après 7 jours et 22 heures dans l'espace. À l'issue de cette mission, le premier Français à être allé dans l'espace est nommé chef de la division des astronautes du C.N.E.S.

En 1984 et 1985, il participe à l'entraînement des astronautes au Johnson Space Center de la N.A.S.A. à Houston (Texas) et est retenu comme astronaute expérimentateur de réserve de Patrick Baudry, d'abord pour le vol STS-51E de la navette spatiale américaine Challenger, puis pour la mission STS-51-G de Discovery en 1985. Il effectue un deuxième vol dans l'espace à bord de Soyouz TM-7 (mission franco-russe Aragatz), qui est lancé vers la station Mir le 26 novembre 1988 : il rejoint, avec Alexandre Alexandrovitch Volkov et Sergueï Constantinovitch Krikalev, les Soviétiques Vladimir Georgievitch Titov, Moussa Khiramanovitch Manarov et Valeri Vladimirovitch Poliakov. La durée de son séjour sera de 22 jours ; le 9 décembre, il effectue une sortie extravéhiculaire de 5 heures et 57 minutes en compagnie de Volkov afin de déployer une antenne expérimentale, ERA. Jean-Loup Chrétien devient ainsi le premier non-Américain et non-Soviétique à « marcher » dans l'espace ; il est aussi le premier non-Soviétique à avoir effectué deux vols à bord d'un vaisseau Soyouz.

De 1990 à 1999, il est directeur des astronautes du C.N.E.S. Entre 1990 et 1993, il participe à l'entraînement au pilotage de la navette spatiale soviétique Bourane à l'Académie de l'air Joukovski, près de Moscou. Il vole sur le Tupolev-154 et le MiG-25 qui jouent le rôle de simulateurs de vol de Bourane. En 1995, il reprend l'entraînement au Johnson Space Center et intègre le corps des astronautes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CNES (Centre national d'études spatiales)

    • Écrit par Jacques VILLAIN
    • 4 273 mots
    • 4 médias
    ...C.N.E.S. demeure toutefois l'envoi de spationautes français à bord des stations soviétiques (puis russes) Saliout et Mir. Le premier d'entre eux sera Jean-Loup Chrétien, qui, le 24 juin 1982, décolle de Baïkonour à bord du vaisseau Soyouz T-6 afin de rejoindre la station Saliout-7. Par la suite, ...
  • ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

    • Écrit par Jacques VILLAIN
    • 14 714 mots
    • 37 médias
    ...américains et russes – ont pris la route des étoiles ; parmi ceux-ci, seulement 10 p. 100 de femmes. De 1982, année du premier vol d'un spationaute français, Jean-Loup Chrétien, à 2007, la France a participé à seize missions habitées avec les Soviétiques – puis les Russes – et les Américains. Ces astronautes...
  • STATIONS ORBITALES

    • Écrit par Jacques VILLAIN
    • 8 694 mots
    • 3 médias
    ...deuxième équipage à l'habiter sera franco-russe : Soyouz T-6, lancé le 24 juin 1982, emporte en effet Djanibekov, Alexandre Sergeïevitch Ivantchenkov et Jean-Loup Chrétien, le premier spationaute français. Il s'agit de la première mission habitée du Centre national d'études spatiales (C.N.E.S.), la mission...

Voir aussi