HELVÉTIUS CLAUDE ADRIEN (1715-1771)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris et fils du premier médecin de la reine Marie Leszczyńska, femme de Louis XV, Helvétius achète en 1738 une charge de fermier général qui lui rapporte bientôt 300 000 livres de revenus par an. Fortuné, il se consacre à l'étude, soutient matériellement ses amis philosophes et fréquente en particulier Montesquieu, Buffon et Voltaire. Renonçant à sa charge en 1750, il épouse l'année suivante Mme de Ligniville d'Autricourt, femme d'esprit dont le salon parisien attire les esprits éclairés de l'époque. Helvétius se retire progressivement dans sa propriété de Voré (Perche) et partage son activité entre l'étude, la création d'une manufacture, la rédaction d'écrits et ses séjours parisiens.

Ses premiers écrits de poésie et de mathématiques n'ayant eu aucun succès, il s'était dès 1749 tourné vers la philosophie. En relation avec les auteurs de l'Encyclopédie — dont les travaux débutent, tout comme l'activité « philosophique » d'Helvétius, à partir de 1751 —, il se fait connaître en 1758 avec la publication de son ouvrage intitulé De l'esprit. Influencé par Condillac et plus encore par Locke, il définit l'esprit de l'homme par l'ensemble des idées produites en celui-ci à partir des sens, et attribue une partie de nos idées et, par voie de conséquence, de nos jugements à la mémoire et à l'expérience. Ce sensualisme matérialiste — car toute idée provient des objets matériels qui ont produit en nous des sensations — le conduit à concevoir le caractère de l'homme comme une pure résultante des composantes dues à l'expérience, à l'éducation et au milieu social. Il tire les conséquences de telles prémisses : pour lui, les vertus ont pour uniques sources « la sensibilité à la douleur et au plaisir physique », donc un intérêt personnel défini par les réactions des sens en chaque homme ; de même « sans l'intérêt personnel, les hommes, affirme-t-il, ne se fussent point assemblés en société » (De l'esprit, disc. III, chap. iv). Par une telle conception du ciment de toute [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HELVÉTIUS CLAUDE ADRIEN (1715-1771)  » est également traité dans :

FERMIERS GÉNÉRAUX

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « La Ferme générale au XVIIIe siècle (1726-1789) »  : […] Après 1726, la Ferme générale a acquis ses caractéristiques quasi définitives. La réforme de 1780 n'apporte que des transformations de second plan. La Ferme est devenue une organisation gigantesque de 20 000 à 25 000 agents réguliers. Ce corps se recrute essentiellement parmi les anciens soldats : vers 1770, un cinquième des gardes provient de l'armée. En 1789, les Fermes rapporteraient environ 25 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fermiers-generaux/#i_30298

MATÉRIALISME

  • Écrit par 
  • Georges GUSDORF
  •  • 3 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Matérialisme et philosophie de la nature au XVIIIe siècle »  : […] Le mot matérialiste apparaît, semble-t-il, pour la première fois en 1675, sous la plume de Boyle (1627-1691). Savant, physicien et chimiste, celui-ci est un des créateurs de la science expérimentale ; les Anglais appellent loi de Boyle ce qu'en France on nomme loi de Mariotte, découverte simultanément par les deux hommes de science. En même temps qu'un savant, Boyle est aussi un croyant qui insti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materialisme/#i_30298

Pour citer l’article

Yves SUAUDEAU, « HELVÉTIUS CLAUDE ADRIEN - (1715-1771) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-adrien-helvetius/