CHRISTINE (1626-1689) reine de Suède (1632-1654)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille unique de Gustave II Adolphe, Christine lui succède, après sa mort à Lützen ; elle est « élue » reine, à six ans, le 14 mars 1633. Elle est élevée par le théologien Johannes Matthiae pendant la régence d'Axel Oxenstierna, et une formation trop virile déséquilibre cette Vasa exceptionnellement douée.

Siégeant au Conseil dès 1640, elle régnera personnellement de 1644 à 1654, prenant ses distances à l'égard du chancelier Oxenstierna soupçonné de vouloir limiter la monarchie par la Constitution aristocratique de 1634. Avec l'aide d'Adler Salvius, elle hâte la conclusion de la paix de Westphalie (1648) assurant à la Suède la maîtrise de la Baltique.

Développant l'enseignement, elle entend faire de Stockholm l'Athènes du Nord en y attirant l'élite intellectuelle de l'Europe : historiographes et juristes strasbourgeois et hollandais tels Beoclerus, Schefferus, Freinsheim, Grotius, Heinsius, Vossius, libertins érudits comme Saumaise, Naudé, enfin Huet, Descartes et des artistes. Le baroque importé, le faste des fêtes s'accordent mal au luthéranisme austère du Nord. Ses collections, sa cour absorbent, en 1653, 12,3 p. 100 des revenus publics, l'entraînant à multiplier les aliénations de terres de la Couronne. Elle vend ou engage des domaines royaux. Par cessions, donations, hypothèques, les ressources du royaume sont réduites de 32 p. 100, et 433 nouvelles maisons nobles sont créées pour lutter contre la haute noblesse, création qui de plus lui assure une clientèle politique et sociale. Cependant, l'amoindrissement de la paysannerie libre accentue le mécontentement des ordres inférieurs contre l'aristocratie accapareuse de biens, privilèges et monopoles. La réduction que propose Christine au Riksdag de juillet 1650 lui rallie les non-privilégiés et exaspère la noblesse. Cet antagonisme lui permet de faire reconnaître comme successeur au trône son cousin le Palatin Charles-Gustave des Deux-Ponts. Christine se convertit au catholicisme. Face au malaise économique et social, elle abdique le 16 juin 1654. Elle fait sensation dans Rome, et scandalise Fontainebleau (1657). Protectrice de Scarlatti et de Corelli, elle s'éteint à Rome, abîmée dans le mysticisme.

—  Claude NORDMANN

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHRISTINE (1626-1689) reine de Suède (1632-1654)  » est également traité dans :

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perspectives du moraliste »  : […] En 1647, Descartes avait publié, après les avoir revues, une traduction française des Meditationes , due au duc de Luynes et à Clerselier, et une traduction des Principia, due à l'abbé Picot, traduction qu'il avait augmentée d'une importante lettre-préface. Mais, depuis 1645, sa correspondance avec Elisabeth, princesse de Bohême, l'avait conduit à écrire sur la morale. C'est de là qu'est né le tr […] Lire la suite

OXENSTIERNA AXEL GUSTAVSSON comte (1583-1654)

  • Écrit par 
  • Jean Maurice BIZIÈRE
  •  • 483 mots

Descendant d'une des plus anciennes familles de Suède qui avait, dès le xiii e siècle, occupé les plus hautes fonctions tant civiles que religieuses, Axel Gustavsson Oxenstierna tient une place éminente dans la pléiade des grands hommes d'État qui menèrent les affaires de l'Europe durant la première moitié du xvii e  siècle. Son nom en effet reste indissolublement attaché, au même titre que celui […] Lire la suite

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 817 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'accession à la puissance »  : […] Le Danemark, exploitant le monopole du Sund, a voulu interdire à la Suède un accès à la mer libre par Gefle et Göteborg. Christian IV doit abandonner ses projets contre la Suède (1613). À la Russie en proie aux Troubles, Gustave II Adolphe (1611-1632) impose la paix de Stolbova (1617), qui fait du golfe de Finlande une mer suédoise, privant les Moscovites de leur débouché sur la Baltique. À la Po […] Lire la suite

Les derniers événements

11-23 mars 2020 Union européenne. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

« Il n’y a pas de limites à notre soutien à l’euro », indique Christine Lagarde. Le 23, les ministres des Finances de l’Union européenne décident d’activer la « clause de suspension générale » du pacte de croissance et de stabilité, qui dégage les États membres de toute contrainte budgétaire en cas de récession grave et généralisée, notamment du taux maximal de déficit public fixé à 3 p. […] Lire la suite

2-16 juillet 2019 Union européenne. Nomination aux postes-clés des institutions européennes.

La ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen (Union chrétienne-démocrate, CDU) est proposée au poste de présidente de la Commission, le Premier ministre belge sortant Charles Michel (Mouvement réformateur, MR) à celui de président du Conseil, le ministre espagnol des Affaires étrangères Josep Borrell (Parti socialiste ouvrier espagnol, PSOE) au poste de haut-représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, et la directrice générale du FMI, la Française Christine Lagarde à la présidence de la Banque centrale européenne. […] Lire la suite

9 juillet 2019 France. Relaxe générale dans l'affaire de l'arbitrage opposant Bernard Tapie au Crédit lyonnais.

Ce dernier, son avocat Maurice Lantourne, Stéphane Richard, alors directeur de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde, l’ancien magistrat Pierre Estoup, membre du tribunal d’arbitrage, et les dirigeants du CDR Jean-François Rocchi et Bernard Scemama, étaient poursuivis pour escroquerie, détournement de fonds publics ou complicité de ces délits. […] Lire la suite

1er-28 février 2019 Belgique. Présentation d'une « loi spéciale climat ».

Le 4, la ministre fédérale de l’Énergie, de l’Environnement et du Développement durable, Marie-Christine Marghem, affirme avoir elle-même commandé les travaux universitaires ayant servi de base à la rédaction de la « loi spéciale climat ». Le 5, la ministre flamande de l’Environnement Joke Schauvliege (Chrétiens-démocrates et flamands, CD&V) démissionne après avoir affirmé, trois jours plus tôt, que, selon la Sûreté de l’État, les manifestations de jeunes pour le climat, organisées chaque semaine depuis janvier, étaient « manipulées » par des organisations environnementales. […] Lire la suite

4 septembre - 6 octobre 2018 États-Unis. Accusations portées contre le candidat à la Cour suprême Brett Kavanaugh.

Il s’agit de Christine Blasey Ford, professeure de psychologie à l’université de Palo Alto (Californie). Le 27, Christine Blasey Ford et Brett Kavanaugh sont entendus par la commission sénatoriale. Le 28, la commission des Affaires juridiques rend un avis favorable à la nomination de Brett Kavanaugh. Le 6 octobre, à la suite du rapport favorable rendu par le FBI le 3, le Sénat confirme, par 50 voix contre 48, la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude NORDMANN, « CHRISTINE (1626-1689) - reine de Suède (1632-1654) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/christine/