CHÔMAGEDéfinition et mesure

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Divergence des mesures et mesure des divergences

« Toute estimation d'un niveau de chômage repose sur un certain nombre de conventions quant à la définition a priori retenue du chômage et quant à la façon d'appliquer cette définition, c'est-à-dire pratiquement d'en effectuer la mesure » – ce que nous avons appelé la définition opératoire. En définitive, « il n'existe pas un nombre de chômeurs à un moment donné mais différents indicateurs [...]. L'important n'est pas de trancher entre ces indicateurs, mais plutôt d'adopter une définition et une façon de mesurer les plus stables au cours du temps » (I.N.S.E.E., note interne 425/431, 15 févr. 1984). Pourtant, relevait Olivier Marchand, « même en s'efforçant de garantir la stabilité de la mesure au cours du temps, on n'est pas sûr de pouvoir vraiment comparer les chiffres obtenus, car une convention semblable peut s'avérer plus ou moins adaptée d'une période à l'autre, du fait de l'évolution du marché du travail et des normes sociales ».

Les trois critères (être sans emploi, en chercher un, être disponible pour l'occuper) ne sont pas appliqués de la même façon dans l'E.E. et la nomenclature du fichier A.N.P.E. (sans parler de l'E.A.R.). Comprendre qu'une pluralité de mesures complémentaires vaut mieux qu'une mesure unique, forcément imparfaite, ferait disparaître le scandaleux amalgame, qui peut tenter certains, entre divergence de mesures et existence de « faux chômeurs », donc de fraudeurs.

Comparaison des résultats

Ainsi, lorsqu'on met en regard les différentes estimations du chômage en moyenne annuelle disponibles pour une même période, celles-ci diffèrent nécessairement, puisque les définitions opératoires qui les sous-tendent ne sont pas les mêmes. Soit qu'elles n'ont pas été construites dans le même but (analyse du phénomène pour le « chômage au sens du B.I.T. » et gestion d'un organisme de placement dans le cadre d'une politique de l'emploi pour les D.E.F.M.), soit qu'elles n'exploitent pas le même questionnaire de la même façon (I.N.S.E.E. et Eurostat pour la France), soit qu'elles ne sont pas soumises aux mêmes contraintes techniques – et financières – (enquête auprès d'un échantillon relativement réduit avec intervention directe de l'enquêteur dans le cas de l'E.E., auprès d'un échantillon de grande taille visant à couvrir la totalité de la population au bout de cinq ans, hors présence de l'enquêteur, dans le cas de l'E.A.R.).

La différence de définition opératoire fait que les mesures correspondantes ne regroupent pas les mêmes populations. La définition B.I.T. regroupe des chômeurs « à plein temps » (qui passent au moins 35 heures par semaine à rechercher activement un emploi). Les D.E.F.M. accueillent des personnes qui se situent, dans le halo du chômage, soit entre chômage et activité (c'est le cas de tous les inscrits qui travaillent), soit entre chômage et inactivité (ceux qui recherchent épisodiquement un emploi). Ces divergences de mesure nourrissent régulièrement la controverse, mais rarement ces divergences sont mesurées à l'aune des différences de définitions qu'elles ne font que recouvrir. Alors que l'initiative de ces controverses vient souvent des confédérations syndicales, celle qui a éclaté au 1er trimestre 2007 a pris une tournure inédite, émanant de ceux-là même qui doivent effectuer la mesure, les statisticiens de l'I.N.S.E.E. Tout commence le 16 janvier 2007, lors d'une conférence de presse, lorsque l'I.N.S.E.E. annonce le report de la publication de l'E.E. 2006 à l'automne de 2007, quand seraient diagnostiqués les « problèmes statistiques » concernant les non-répondants à l'enquête emploi et les résultats de l'E.A.R. 2007. Sur fond de campagne présidentielle, le message est interprété par une partie de la presse comme une dissimulation pure et simple des « vrais » chiffres du chômage 2006. Le 8 mars, la direction de l'I.N.S.E.E., venue publiquement s'expliquer devant le Conseil national de l'information statistique (C.N.I.S.), communiquait une « restitution statistique » (se gardant d'employer le mot « résultat ») de 9,8 p. 100 (le même chiffre qu'en 2005) pour le taux de chômage en moyenne annuelle d'après l'E.E. 2006, au lieu des 9,1 p. 100 sur lesquels communiquait le gouvernement en se basant sur la série provisoire calculée par la D.A.R.E.S. (établie à partir de l'E.E. de 2005 et restreinte aux D.E.F.M. de catégories 1, 2 et 3 hors activité réduite). L'écart était exceptionnellement élevé (il est traditionnellement de l'ordre de 0,1 à 0,2  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHÔMAGE  » est également traité dans :

CHÔMAGE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 616 mots
  •  • 1 média

Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet, la condition nécessaire pour être considéré comme chômeur par le Bureau international du travail (B […] Lire la suite

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 267 mots
  •  • 2 médias

Les politiques de l'emploi, entendues comme mesures spécifiques de lutte contre le chômage et d'amélioration de la situation du marché du travail, existent dans tous les pays de l'O.C.D.E. Les débats sur leur bien-fondé et leur efficacité sont récurrents. Outre leur dimension politique, en tant qu'objet d'analyse scientifique, ces politiques posent aussi de n […] Lire la suite

CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 3 581 mots

L'accroissement du nombre des chômeurs depuis le milieu des années 1970 ne traduit pas seulement des modifications quantitatives. Un chômage élevé devient moins sélectif, les catégories sociales qu'il touche sont plus nombreuses et plus variées : on n'ignore plus le chômage des cadres ou des jeunes diplômés, même si la masse des chômeurs continue à être formée d'anciens ouvriers et employés, dont […] Lire la suite

CHÔMAGE - Sociologie du chômage

  • Écrit par 
  • Didier DEMAZIÈRE
  •  • 2 468 mots

À partir de la fin des années 1970, le chômage s'est durablement installé dans la société française. Ce phénomène a directement contribué au développement d'enquêtes sociologiques destinées à comprendre les chômeurs : parcours biographiques, conditions de vie, activités quotidiennes, adaptations à la privation d'emploi, reconversions identitaires, relations […] Lire la suite

CHÔMAGE (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 690 mots

Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet, la condition nécessaire pour être considéré comme chômeur par le Bureau international du travail (B […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le renforcement de la désaffection politique »  : […] Les segments de la population les plus prédisposés à l'abstention sont ceux qui cumulent les handicaps sociaux les plus divers. Le chômage, la pauvreté, la précarité, la stagnation du pouvoir d'achat des salariés modestes, la violence physique ou symbolique dans les rapports sociaux, l'absence de perspective, la fatalité de l'échec scolaire, le durcissement des conditions de travail des titulaire […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Des inquiétudes pour le futur »  : […] Trois facteurs viennent pourtant pondérer ces résultats positifs. D'une part, l'investissement productif reste à un niveau insuffisant pour stimuler la croissance. La formation brute de capital fixe ne progresse plus significativement depuis 2009 et reste cantonnée autour de 20 p. 100 du PIB (19 p. 100 en 2010, 18 p. 100 en 2018) demeurant en deçà des taux supérieurs à 24 p. 100 qui caractérisent […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Albanie face aux réalités économiques du marché mondial »  : […] Après trois années de croissance ralentie, 1979 était considérée comme la « meilleure année » du sixième plan, marqué par la rupture de l'aide chinoise. L'Albanie occupait alors le troisième rang mondial pour la production de chrome et le deuxième pour l'exportation de ce dernier. La construction de l'usine du Mat permettait l'exportation d'un nouveau produit, le ferrochrome. Une usine de fonte é […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La France dans le drame algérien »  : […] Un nouvel appel est lancé par Paris aux derniers Français résidant en Algérie. Mais l'alternative peut-elle aussi facilement se limiter à rester ou partir ? Rester, c'est exposer sa vie, voire celle des autres. Partir, c'est faire le jeu de ceux qui entendent tirer un trait définitif sur toute trace de présence française en Algérie. En juillet 1994, M gr  Pierre Claverie, archevêque d'Oran, exprim […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La « remise en ordre » de l'économie »  : […] Celle-ci a été profondément marquée par le régime national-socialiste, et son organisation est un des traits les plus originaux du III e  Reich. Aussi bien s'agissait-il de redresser une situation très grave qui, depuis 1930, n'avait cessé de se détériorer. On y parvint en deux étapes : en 1933 la « remise en ordre », en 1936 le plan de quatre ans. Première urgence : réduire le nombre des chômeurs […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-31 mars 1994 France. Retrait du C.I.P. après cinq semaines de mobilisation des jeunes

, prévoit d'assimiler un certain nombre de diplômes professionnels et techniques aux précédents, et promet une définition plus précise de la formation proposée. Insatisfaits de ces ajustements, les syndicats professionnels et les étudiants appellent à plusieurs journées nationales d'action, les 10, 12, 17 et 25. Les manifestations sont quasi quotidiennes en province. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Étienne MESTRE, « CHÔMAGE - Définition et mesure », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-definition-et-mesure/