CHÔMAGEDéfinition et mesure

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chômage dans le cas français

Examinons maintenant, à partir de l'exemple français, les diverses sources et définitions pour le chiffrage du chômage. Comme dans la plupart des pays, il existe deux sortes de sources : les opérations « ad hoc », c'est-à-dire celles telles que l'enquête annuelle de recensement (E.A.R.) et l'enquête emploi (E.E.) qui ont été mises en place pour établir ce chiffrage ; et l'exploitation de fichiers administratifs, en particulier ceux de l'Agence nationale pour l'emploi (A.N.P.E.), conçus pour un autre usage mais qui peuvent fournir des informations sur le phénomène étudié.

Chômage en France : trois définitions

Tableau : Chômage en France : trois définitions

Trois définitions du chômage en France (d'après O. Marchand in « Économie et statistique », n° 249, déc. 1991). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'enquête annuelle de recensement

C'est en 1999 que l'I.N.S.E.E. a organisé le dernier recensement général de la population (R.G.P.) et ce fut le trente-troisième depuis 1801. Cette opération ponctuelle et « lourde », dont les résultats étaient connus avec un délai assez long et à des intervalles de 5 à 9 ans, a été remplacée, à partir de janvier 2004, par une enquête annuelle de recensement (E.A.R.). Le but est que les acteurs nationaux et locaux disposent d'informations régulières et plus récentes sur les grandes caractéristiques des populations les concernant. La collecte de l'information est effectuée par sondage. Tout au long de chaque année, un cinquième des communes de moins de 10 000 habitants est recensé exhaustivement. Le territoire de chaque commune de 10 000 habitants ou plus est aussi divisé en cinq groupes d'adresses, et chaque année un échantillon de logements (et leurs habitants) est recensé dans l'un des groupes : environ 8 p. 100 des logements des communes de 10 000 habitants ou plus sont recensés au cours de l'année. Chaque année, environ 15 p. 100 de la population totale est ainsi enquêtée, les résultats étaient interprétés comme obtenus au 1er Juillet. Ce n'est qu'à l'issue des cinq premières enquêtes de recensement (fin de l'année 2008) que l'I.N.S.E.E. devait publier pour la première fois la population légale de chaque commune, ainsi que les résultats statistiques complets sur les habitants et leurs logements, puis procéder à une mise à jour annuelle des résultats à l'aide de méthodes statistiques recourant, entre autres, à des données administratives.

Les questions posées lors de l'enquête sont soumises aux mêmes contraintes que lors du R.G.P. : le questionnaire doit pouvoir être rempli sans l'aide de l'agent recenseur, il doit donc être simple et demander des réponses elles aussi simples ; il doit également être relativement invariant pour pouvoir disposer de séries longues homogènes. Malgré cela, l'enquête annuelle, tout comme le R.G.P., permet de réaliser une partition entre l'emploi, le chômage et l'inactivité. Celle-ci s'opère à travers trois groupes de questions, plus précises que dans le questionnaire des derniers R.G.P, permettant de mieux cerner les actifs ayant un emploi « même occasionnel ou de courte durée » et qui sont par ailleurs chômeurs, étudiants ou retraités, augmentant ainsi la population active occupée. Sont classées comme chômeurs les personnes, âgées de 14 à 63 ans au moment de la collecte, qui se sont déclarées chômeurs (inscrits ou non à l'A.N.P.E.) à la question concernant la situation principale et ont répondu oui à la question « cherchez-vous un emploi ? » Aucune question ne porte cependant sur la recherche effective d'emploi et la disponibilité pour occuper celui-ci, à la différence de ce qu'exige la définition du chômage « au sens du B.I.T. » Ainsi la définition opératoire du chômage est-elle très extensive car largement issue du ressenti spontané des personnes.

L'enquête emploi de l'I.N.S.E.E.

L'enquête emploi (E.E.), qui est l'une des plus anciennes et des plus importantes enquêtes de l'I.N.S.E.E. (elle date de 1950), a pour objectif de réaliser une partition de la population résidente en âge de travailler entre inactifs et actifs et, à l'intérieur de ces derniers, entre chômeurs et actifs occupés et de préciser les principales caractéristiques socio-économiques de ces trois populations.

En France depuis 1975, c'est la définition du chômage dite « au sens du B.I.T. » qui est utilisée. Il en est de même depuis 1982 pour les autres concepts ayant trait à l'activité et à l'inactivité (et donc à l'emploi). L'adaptation au cas français de la définition internationale a fait suite à une dure controverse publique sur la mesure du chômage – où était la « vérité » entre les trois évaluations (recensement, E.E., demandeurs d'emplois enregistrés en fin de mois par l'A.N.P.E.) ? La définition au sens du B.I.T. a paru être au yeux des interlocuteurs sociaux, du gouvernement et de l'I.N.S.E.E. « sérieuse » et « objective », puisqu'elle découlait des recommandations faites par un organisme international prestigieux ; elle permettait également de faciliter les comparaisons internationales.

L'enquête a été effectuée chaque année en mars jusqu'en 2002 (à quelques exceptions près). Depuis janvier 2002, la collecte est réalisée « en continu » mais les logements suivis sont eux observés à des instants ponctuels. L'I.N.S.E.E. procède à une estimation trimestrielle des résultats (encore largement confidentielle) qui devra, en principe, permettre un meilleur suivi conjoncturel du chômage, et à une publication de leur moyenne annuelle dans la revue Insee Première en mars ou en avril de l'année suivante.

Cette nouvelle E.E. est le résultat d'une harmonisation européenne renforcée (règlement européen no 1897/2000) à partir des recommandations du B.I.T., et portant autant sur le concept même de chômage que sur sa mesure. Le questionnaire utilisé permet d'obtenir la mesure du chômage conforme au règlement européen. Cependant, afin de préserver autant que possible la continuité des séries disponibles depuis 1975, l'I.N.S.E.E. maintient son interprétation traditionnelle dans son questionnaire et ses publications. Les résultats publiés par Eurostat (Office statistique des Communautés européennes) et ceux publiés par l'I.N.S.E.E. divergent donc.

Les personnes interrogées, qui constituent ce que l'on appelle le champ de l'enquête, ont 15 ans ou plus la semaine de référence (celle pendant laquelle ils sont interrogés), résident sur le territoire français et vivent en logements ordinaires ou sont représentatifs des personnes vivant en collectivité. L'E.E. est un sondage aréolaire au 1/600 : le territoire est divisé en aires géographiques d'environ 20 logements, tous les occupants des logements des aires tirées au sort chaque semaine – soit environ 4 000 logements – sont interrogés. Ainsi, chaque trimestre, les enquêteurs de l'I.N.S.E.E. tentent de joindre environ 80 000 personnes, soit environ 115 000 personnes différentes âgées de 15 ans ou plus chaque année. Chaque logement enquêté est interrogé 6 trimestres de suite (en face à face la 1re et la 6e fois, par téléphone les autres fois).

Les estimations fournies par le sondage approchent la réalité avec une certaine marge d'erreur : il y a 95 p. 100 de chances que le nombre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHÔMAGE  » est également traité dans :

CHÔMAGE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 616 mots
  •  • 1 média

Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet, la condition nécessaire pour être considéré comme chômeur par le Bureau international du travail (B […] Lire la suite

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 267 mots
  •  • 2 médias

Les politiques de l'emploi, entendues comme mesures spécifiques de lutte contre le chômage et d'amélioration de la situation du marché du travail, existent dans tous les pays de l'O.C.D.E. Les débats sur leur bien-fondé et leur efficacité sont récurrents. Outre leur dimension politique, en tant qu'objet d'analyse scientifique, ces politiques posent aussi de n […] Lire la suite

CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 3 581 mots

L'accroissement du nombre des chômeurs depuis le milieu des années 1970 ne traduit pas seulement des modifications quantitatives. Un chômage élevé devient moins sélectif, les catégories sociales qu'il touche sont plus nombreuses et plus variées : on n'ignore plus le chômage des cadres ou des jeunes diplômés, même si la masse des chômeurs continue à être formée d'anciens ouvriers et employés, dont […] Lire la suite

CHÔMAGE - Sociologie du chômage

  • Écrit par 
  • Didier DEMAZIÈRE
  •  • 2 468 mots

À partir de la fin des années 1970, le chômage s'est durablement installé dans la société française. Ce phénomène a directement contribué au développement d'enquêtes sociologiques destinées à comprendre les chômeurs : parcours biographiques, conditions de vie, activités quotidiennes, adaptations à la privation d'emploi, reconversions identitaires, relations […] Lire la suite

CHÔMAGE (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 690 mots

Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet, la condition nécessaire pour être considéré comme chômeur par le Bureau international du travail (B […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le renforcement de la désaffection politique »  : […] Les segments de la population les plus prédisposés à l'abstention sont ceux qui cumulent les handicaps sociaux les plus divers. Le chômage, la pauvreté, la précarité, la stagnation du pouvoir d'achat des salariés modestes, la violence physique ou symbolique dans les rapports sociaux, l'absence de perspective, la fatalité de l'échec scolaire, le durcissement des conditions de travail des titulaire […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Des inquiétudes pour le futur »  : […] Trois facteurs viennent pourtant pondérer ces résultats positifs. D'une part, l'investissement productif reste à un niveau insuffisant pour stimuler la croissance. La formation brute de capital fixe ne progresse plus significativement depuis 2009 et reste cantonnée autour de 20 p. 100 du PIB (19 p. 100 en 2010, 18 p. 100 en 2018) demeurant en deçà des taux supérieurs à 24 p. 100 qui caractérisent […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Albanie face aux réalités économiques du marché mondial »  : […] Après trois années de croissance ralentie, 1979 était considérée comme la « meilleure année » du sixième plan, marqué par la rupture de l'aide chinoise. L'Albanie occupait alors le troisième rang mondial pour la production de chrome et le deuxième pour l'exportation de ce dernier. La construction de l'usine du Mat permettait l'exportation d'un nouveau produit, le ferrochrome. Une usine de fonte é […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La France dans le drame algérien »  : […] Un nouvel appel est lancé par Paris aux derniers Français résidant en Algérie. Mais l'alternative peut-elle aussi facilement se limiter à rester ou partir ? Rester, c'est exposer sa vie, voire celle des autres. Partir, c'est faire le jeu de ceux qui entendent tirer un trait définitif sur toute trace de présence française en Algérie. En juillet 1994, M gr  Pierre Claverie, archevêque d'Oran, exprim […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La « remise en ordre » de l'économie »  : […] Celle-ci a été profondément marquée par le régime national-socialiste, et son organisation est un des traits les plus originaux du III e  Reich. Aussi bien s'agissait-il de redresser une situation très grave qui, depuis 1930, n'avait cessé de se détériorer. On y parvint en deux étapes : en 1933 la « remise en ordre », en 1936 le plan de quatre ans. Première urgence : réduire le nombre des chômeurs […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-31 mars 1994 France. Retrait du C.I.P. après cinq semaines de mobilisation des jeunes

mesure d'expulsion de voie de fait au regard de la Convention européenne des droits de l'homme. Le 28, Édouard Balladur reçoit des représentants des organisations d'étudiants et de lycéens. Il annonce la suspension pendant une semaine du C.I.P. et charge Michel Bon, directeur de l'A.N.P.E., de définir un « nouveau système » de lutte contre le chômage […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Étienne MESTRE, « CHÔMAGE - Définition et mesure », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-definition-et-mesure/