CHITTAGONG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appelée parfois Chittagrām, la ville de Chittagong est le principal port du Bangladesh sur l'océan Indien, situé juste au nord du Karnapuli.

Bangladesh : carte administrative

Bangladesh : carte administrative

carte

Carte administrative du Bangladesh. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Chittagong était déjà connue des navigateurs arabes. Conquise par les musulmans au xive siècle, elle fut prise par les Arakanais au xve siècle. En 1666, le gouverneur moghol du Bengale, qui occupa la province, rebaptisa la ville Islāmābād. Chittagong fut cédée à la Compagnie anglaise des Indes orientales en 1760. Les voyageurs portugais et vénitiens la nommèrent Porto Grande et la décrivirent comme la plus riche cité du royaume du Bengale.

L'agglomération urbaine est un important centre de communications (routes, voies ferrées, liaisons aériennes) relié à Dhaka, à Cox's Bāzār, à Calcutta et à Rangoon.

Elle est la deuxième ville du Bangladesh (2,2 millions d'habitants lors du recensement de 2001) par son importance industrielle, et ses usines (filatures de coton et de jute, constructions mécaniques) s'étendent du nord au nord-est. Le splendide port naturel de Chittagong, pourvu de nombreux bassins et jetées, a pris une grande extension depuis 1947, lorsqu'elle a accueilli beaucoup d'entreprises commerciales qui quittaient Calcutta. Chittagong exporte la plupart du thé et du jute que produit le Bangladesh. De fait, en 2006, elle exportait 92 p. 100 du commerce maritime national. Entendant prendre sa part de la multiplication des échanges induite par la globalisation, le port s’est engagé dans une politique de développement soutenue, qui s’est déjà traduite, en 2006-2007, par l’ouverture d’un nouveau terminal pour containers. En parallèle, les infrastructures routières et ferroviaires font l’objet de rénovations afin de répondre à l’accroissement du trafic vers l’intérieur. Le contraste n’en est que plus saisissant entre cette zone économique en plein devenir et les cimetières à bateaux situés à quelques centaines de mètres, où viennent s’échouer les paquebots et autres navires, parfois pleins d’amiante, avant dépeçage.

La ville possède plusieurs hôpitaux, un musée ethnologique, une faculté de médecine, un institut technologique et une université (1966). Aux environs on trouve un collège militaire (Faujdarhat) et une académie de marine marchande.

—  Marie GUILLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHITTAGONG  » est également traité dans :

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 386 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L’intégration du Bangladesh dans l’économie mondiale »  : […] Longtemps, le Bangladesh est resté à l’écart du commerce international. Sous les dominations britannique et pakistanaise, les ressources naturelles étaient exploitées abusivement, avant d’être transformées dans des usines implantées à Calcutta puis au Pakistan occidental, empêchant ainsi l’essor d’un secteur industriel sur le territoire actuel du Bangladesh. Le nouvel État doit donc, après son in […] Lire la suite

Les derniers événements

30 mai - 1er juin 1981 • Bangladesh • Assassinat du président Ziaur Rahman

Au cours d'une visite dans la région de Chittagong, Ziaur (« Zia ») Rahman, chef de l'État du Bangladesh, est assassiné, tandis que des officiers supérieurs proclament l'état d'urgence dans tout le pays. Le président Zia, âgé de quarante-six ans, avait pris le pouvoir en 1975, quand le président [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie GUILLET, « CHITTAGONG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chittagong/