CHÉTOGNATHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Chétognathes (Chaetognatha) constituent un groupe phylogénétiquement très isolé de petits animaux marins planctoniques, à organisation simple ; ils sont hermaphrodites à développement direct. Leur répartition géographique est extrêmement vaste ; ils vivent à toutes profondeurs mais présentent des exigences écologiques spécifiques. Prédateurs de nombreux êtres planctoniques et eux-mêmes proie d'autres organismes, ils s'intègrent dans les chaînes alimentaires marines.

Organisation

Petits animaux (de 6 à 80 mm env.) à symétrie bilatérale, les Chétognathes sont dépourvus d'appareils circulatoire, respiratoire et néphridien ; ils possèdent, en revanche, cœlome, tube digestif, système nerveux, organes sensoriels et organes reproducteurs.

Sagitta bipuncata

Dessin : Sagitta bipuncata

Dessin

L'anatomie de « Sagitta bipunctata ». 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Des crochets céphaliques de texture fibreuse forment des organes de préhension, très mobiles, d'où les Chétognathes tirent leur nom (χάιτη, soie, et γν́αθος, mâchoire). Il existe aussi une formation ciliée dorsale (couronne ciliaire) à rôle sensoriel, sécréteur dans certains cas (Spadelles), mais non excréteur, ainsi que des récepteurs de vibrations, disséminés à la surface du corps, intervenant dans la détection des proies.

Les Chétognathes offrent de nombreuses particularités histologiques et cytologiques ; il faut notamment relever l'existence d'un épithélium, stratifié par endroits (chose rare chez les Invertébrés) et constituant chez plusieurs espèces une gaine ou « collerette » entourant le tronc sur une partie de sa longueur et assurant une liaison forte et élastique avec la tête. D'autre part, l'œuf contient un corps cytoplasmique riche en acide ribonucléique et en polysaccharides qui, après la segmentation, se localise dans les cellules sexuelles primitives ; ce « déterminant germinal » confère aux œufs de Chétognathes une détermination précoce (en accord avec le manque presque total de pouvoir régénérateur) et apporte un argument favorable à la continuité du plasma germinatif de génération en génération.

Une soixantaine d'espèces sont classiquement réparties en six genres : Sagitta, Pterosagitta, Eukrohnia, Krohnitta, Heterokr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHÉTOGNATHES  » est également traité dans :

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Le plancton végétal, ou phytoplancton, est exclusivement constitué d'organismes unicellulaires. Les deux groupes les plus importants, tant par le nombre des espèces que par l'abondance des populations, sont les diatomées, dont les cellules sont protégées par une enveloppe siliceuse, et les dinoflagellés à enveloppe chitinoïde, enveloppe souvent pourvue de prolongements ou d'épines (cf.  dinophycée […] Lire la suite

PLANCTON

  • Écrit par 
  • Stéphane GASPARINI
  •  • 3 251 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que le plancton ? »  : […] Le terme plancton trouve son origine dans l' Odyssée d'Homère où il est employé pour désigner les animaux qui « errent » ( planktós en grec ancien) à la surface des flots. En 1887, le zoologiste allemand Victor Hensen reprend ce terme pour qualifier l'ensemble des organismes qui vivent en suspension dans les eaux douces, saumâtres ou salées, et sont inaptes à lutter contre les courants. Cette déf […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Louise FURNESTIN, « CHÉTOGNATHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chetognathes/