CHÉTOGNATHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologie

Les Chétognathes se reproduisent par voie sexuée. Ils sont hermaphrodites protandriques ; on ne connaît l'accouplement que dans le genre Spadella ; chez les autres, il y a fécondation interne par la rencontre des ovocytes gagnant l'orifice de ponte temporaire, au niveau des papilles séminales, et des spermatozoïdes accumulés dans les réceptacles séminaux (intervention possible de « cellules accessoires »). On ne sait pas exactement comment se fait, chez le même individu, ou d'un individu à l'autre, le passage des spermatozoïdes des vésicules séminales aux réceptacles séminaux.

La ponte est libre dans le genre Sagitta ; les œufs (diamètre : de 0,1 à 0,2 mm) sont planctoniques ; chez Pterosagitta, ils sont en amas de 200 à 300 dans une gangue gélatineuse qui abrite les larves à l'éclosion. Le développement est rapide (4 jours environ) et direct, car l'animal, long de 1 mm à sa sortie de l'œuf, présente déjà l'aspect d'un Chétognathe. Cette « larve » est flottante, sauf chez Spadella où elle se fixe.

Généralement très voraces, les Chétognathes sont de grands prédateurs d'êtres planctoniques. Ils ne semblent pas choisir leurs proies (Copépodes, Amphipodes, larves de Décapodes et de poissons, jeunes Chétognathes), qui peuvent être volumineuses, bouche et tube digestif étant extensibles. Inversement, les Chétognathes servent eux-mêmes de nourriture à certains poissons ; mais leur teneur en eau assez élevée leur confère une valeur nutritive relativement faible. Ils s'intègrent ainsi dans les chaînes alimentaires du monde marin. On rattache à leur régime alimentaire très divers le fait qu'ils soient les hôtes transitoires ou définitifs de parasites variés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHÉTOGNATHES  » est également traité dans :

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Le plancton végétal, ou phytoplancton, est exclusivement constitué d'organismes unicellulaires. Les deux groupes les plus importants, tant par le nombre des espèces que par l'abondance des populations, sont les diatomées, dont les cellules sont protégées par une enveloppe siliceuse, et les dinoflagellés à enveloppe chitinoïde, enveloppe souvent pourvue de prolongements ou d'épines (cf.  dinophycée […] Lire la suite

PLANCTON

  • Écrit par 
  • Stéphane GASPARINI
  •  • 3 251 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que le plancton ? »  : […] Le terme plancton trouve son origine dans l' Odyssée d'Homère où il est employé pour désigner les animaux qui « errent » ( planktós en grec ancien) à la surface des flots. En 1887, le zoologiste allemand Victor Hensen reprend ce terme pour qualifier l'ensemble des organismes qui vivent en suspension dans les eaux douces, saumâtres ou salées, et sont inaptes à lutter contre les courants. Cette déf […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Louise FURNESTIN, « CHÉTOGNATHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chetognathes/