RENOUVIER CHARLES (1815-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe français. Polytechnicien, tenté d'abord par le saint-simonisme, Renouvier publie en 1848 un Manuel républicain de l'homme et du citoyen, d'un socialisme très éclectique. En philosophie, deux problèmes l'inquiètent : le problème de l'infini, le problème du libre arbitre. Quand il parvient à les unir, son système, le « néo-criticisme », est fondé.

Ce système a été exposé dans les quatre Essais de critique générale : Traité de logique (1854), Psychologie rationnelle (1859), Principes de la nature (1864), Introduction à la philosophie analytique de l'histoire (1864). Il s'attaque à la chose en soi et ruine le vieux réalisme de la substance. Mais ce phénoménisme se distingue radicalement de l'empirisme de Hume et rejoint le criticisme de Kant. Il complète le tableau des catégories, il tranche les antinomies kantiennes en faveur des thèses, cela dans l'« intérêt » de la liberté. Les vérités premières sur lesquelles s'appuie la connaissance sont objets de croyance, non de science ; et la croyance est libre. Renouvier applique audacieusement la thèse de la liberté aux faits historiques et aux faits sociaux.

Dans ses nombreux articles de la Critique philosophique, revue fondée en 1872, il attaque l'hégélianisme, l'historicisme, la théorie du progrès fatal, l'éclectisme, le positivisme. Il refuse que la conscience morale s'incline devant cette nouvelle idole qu'est devenue l'histoire : « La moralité est la cause, la grande cause. »

Sa dernière philosophie, le personnalisme, retourne à la méthode dogmatique. C'est de Dieu même, comme d'une donnée première, que Renouvier déduit toute sa théorie. Les questions religieuses avaient toujours occupé ce penseur protestant, très anticatholique.

Signalons parmi ses nombreux ouvrages : La Science de la morale (1869), Esquisse d'une classification systématique des systèmes philosophiques (1886), Philosophie analytique de l'histoire, 4 vol. (1896-1897), Nouvelle Monadologie (1898), Victor Hugo philosophe (1900), Dilemmes de la métaphysique pure (1901), Le Personnalisme (1903).

—  Jean-Louis DUMAS

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur au lysée Malherbe, Caen

Classification

Autres références

«  RENOUVIER CHARLES (1815-1903)  » est également traité dans :

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories de l'explication »  : […] En théorie de l'explication, on pourrait opposer deux grands paradigmes, qu'on appellera respectivement substantialiste et relationnel. Anciens et médiévaux expliquent en termes de substances et de causes : ils admettent des atomes, des agents (causes efficaces et transitives), des supports d'actions causales (fluides propagateurs, vertus sympathiques, espèces sensibles émanées ou reçues, etc.), […] Lire la suite

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « Berkeley »  : […] Berkeley a construit le prototype de la métaphysique idéaliste, son épure la plus audacieuse et la plus simple. Il rejette l'existence d'un monde matériel (immatérialisme). Seul existe le monde sensible ; l'entendement, autant qu'il va au-delà de la perception, fabrique des artefacts et des schémas instrumentaux : la connaissance se réduit à l'intuition et la déduction est un instrument. La sensa […] Lire la suite

PERSONNALISME

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 2 384 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les personnalismes contemporains »  : […] L'histoire immédiate des philosophies contemporaines de la personne commence avec le xx e  siècle. Il faut y comprendre Charles Renouvier (1815-1903), pour qui la personnalité, catégorie des catégories, est l'assemblage de toutes les autres et celle qui les possèdent toutes. William Stern (1871-1938) insiste sur l'unité originelle et la valeur de l'être personnel, « centre axiologique dans un mon […] Lire la suite

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 966 mots

Dans le chapitre « Les thèses métaphysiques du réalisme »  : […] Renouvier rejette une histoire de la philosophie écrite comme le récit d'une évolution dont les étapes sont les systèmes particuliers, absorbés dans une série que l'auteur clôt en en proposant la somme (Hegel). La suite des systèmes est plutôt une succession de réponses à un petit nombre de questions qui ne se peuvent trancher que par l'affirmative ou la négative. Au lieu de se ranger selon un ord […] Lire la suite

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 924 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] En simplifiant, suivant les procédés aristotéliciens de libre interprétation des textes, le matérialisme a surgi du premier coup, avec tous ses traits caractéristiques, chez les penseurs grecs d'avant Socrate. Considérant les choses sensibles, ils en cherchent le principe abstrait, et, afin d'expliquer comment ce principe unique engendre la diversité visible, ils postulent des transformations. P […] Lire la suite

UCHRONIE, science-fiction

  • Écrit par 
  • Denis GUIOT
  •  • 831 mots

Le mot « uchronie » apparaît pour la première fois en 1857, dans la Revue philosophique et religieuse , sous la plume du philosophe Charles Renouvier. En forgeant, pour désigner ce qui n'appartient à aucun temps, le mot uchronie (du grec ou , non, et chronos , temps) sur le modèle du mot utopie (du grec ou , non, et topos , lieu), Renouvier insiste sur le fait que l'uchronie ne peut qu'appartenir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis DUMAS, « RENOUVIER CHARLES - (1815-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-renouvier/