MORNY CHARLES AUGUSTE duc de (1811-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils naturel de la reine Hortense et du comte de Flahaut, demi-frère du futur Napoléon III, Morny a une illustre origine, qui l'a sans doute moins servi que son intelligence et son cynisme. Sa carrière commence à se dessiner sous la monarchie de Juillet ; il est d'abord un brillant officier et participe à la conquête de l'Algérie. À partir de 1838, il se lance dans l'industrie et achète aux environs de Clermont une grande entreprise pour la fabrication du sucre de betterave. Élu député du Puy-de-Dôme en 1842, il soutient le ministère Guizot, tout en s'inquiétant de l'immobilisme de sa politique. En janvier 1848, il publie dans La Revue des Deux Mondes un article remarquable qui atteste qu'il a clairement senti la montée des périls. Au fond de lui-même, il sera toujours marqué par le régime où il a commencé sa carrière politique et restera orléaniste sinon par fidélité, du moins de tendances. Réélu en 1849, sous les auspices du comité conservateur de la rue de Poitiers, il entre en contact avec Louis-Napoléon, qui semble avoir apprécié ses qualités plus qu'aimé sa personne. Il pousse le président au coup d'État du 2 décembre 1851 et, comme ministre de l'Intérieur, assure, par son sang-froid et sa détermination, le succès de la tentative. Il abandonne, en 1852, le ministère au moment de la confiscation des biens de la famille d'Orléans, mais, en 1854, il devient président du corps législatif. De 1856 à 1857, il représente fastueusement la France en Russie, puis il est à nouveau président du corps législatif jusqu'à sa mort. Le même homme qui a incité Napoléon III à adopter des solutions radicales et autoritaires engage de plus en plus l'empereur à des concessions libérales, protège Émile Ollivier, lui fait confier le rapport sur la loi sur les coalitions. Comme l'a écrit Émile Ollivier, il veut faire « oublier son coup d'État par un coup d'État libéral ». Le duc de Morny a laissé de lui-même une image contradictoire, celle d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MORNY CHARLES AUGUSTE duc de (1811-1865)  » est également traité dans :

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le coup d'État »  : […] Un message du président de la République avait dénoncé l'imminence d'un « complot » : une brochure de Romieu, Le Spectre rouge de 1852 , contribuait à l'affolement de la bourgeoisie, surtout en province. Les démocrates socialistes avaient repris leur propagande avec un succès croissant en la faisant plus locale, moins doctrinaire ; ils organisaient des associations aux ramifications secrètes, mais […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La restauration de l'Empire »  : […] Le coup d'État est préparé par une équipe d'aventuriers : Morny, frère utérin du prince-président et financier corrompu, Persigny, honnête compagnon des temps difficiles et bonapartiste mystique, le préfet Maupas et le général de Saint-Arnaud, l'un et l'autre sans scrupules, le second chef d'une armée qui ne demande qu'à en finir avec la république. Au matin du 2 décembre 1851, une proclamation d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GUIRAL, « MORNY CHARLES AUGUSTE duc de (1811-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-auguste-morny/