CÉRINTHE (fin Ier s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hérétique judéo-chrétien qui aurait enseigné en Asie Mineure à la fin du ier siècle. Autant qu'on puisse la reconstituer, la théologie de Cérinthe est une forme de l'hétérodoxie judéo-chrétienne d'Asie Mineure, que déjà combat saint Jean, et elle reflète le dualisme courant à cette époque et dans ces milieux : le monde est l'œuvre d'une puissance étrangère au Dieu suprême, le Dieu inconnu ; Jésus n'est qu'un homme, né de Joseph et de Marie ; l'Esprit descendit sur lui lors du baptême dans le Jourdain, mais le quitta avant la Passion. Cérinthe professait le millénarisme le plus grossièrement matériel et tenait la Loi et la circoncision pour nécessaires au salut.

—  Pierre Thomas CAMELOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CÉRINTHE (fin I er s.)  » est également traité dans :

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Un terme ambigu »  : […] Le premier usage du mot « gnostique » a été fixé par les Pères de l'Église, de Justin et Irénée à Théodoret. Ce terme n'a pas été inventé par eux, puisque Épiphane mentionne, à l'intérieur de la communauté chrétienne d' Alexandrie, l'existence d'un groupe de gens s'appelant eux-mêmes gnostiques. Des non-chrétiens, tels Plotin, Porphyre, Jamblique, connaissent aussi de semblables groupes. Les héré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_20863

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « CÉRINTHE (fin Ier s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerinthe/