CENT ANS DE SOLITUDE, Gabriel García MárquezFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une invention mythologique

En un siècle, le village aura donc vécu un cycle historique complet dont la leçon est claire : oubliant leurs rêves utopiques, ses habitants ont cédé au mirage du profit et au culte du bonheur individuel, signant ainsi à long terme leur arrêt de mort. La « solitude », qui est leur malédiction, ne résulte pas d'un manque de sociabilité - ils adorent la fête - mais d'un manque de solidarité. C'est ce que souligne aussi le thème de l'inceste, présent dès les premières pages puisque les fondateurs de la dynastie sont cousins. Au lieu de tendre vers de saines amours exogamiques, les Buendía de sexe masculin sont fâcheusement enclins à s'éprendre de femmes, tantes ou cousines, qui ont le visage de leur mère. La décadence du sang qui en résulte, et qui aura raison de la lignée, accompagne et emblématise une longue histoire d'autosuffisance et d'autodestruction où se lit l'aventure de l'humanité tout entière. Le mouvement inexorable qui va du village enchanteur des premières pages aux ruines de l'épilogue se retrouve d'ailleurs dans la structure interne de chaque chapitre, qui s'ouvre sur des événements heureux pour glisser peu à peu vers la violence et la mort qu'apportent les cavaliers de cette Apocalypse tropicale.

À l'instar du Cubain Alejo Carpentier, du Mexicain Carlos Fuentes et de bien d'autres romanciers latino-américains, García Márquez met en cause l'Histoire en tant que déroulement signifiant. Il démystifie cruellement les mirages du « progrès » et présente une suite de cycles répétitifs, qui ramènent à chaque génération un lot identique de violences et de désillusions. Sa façon de jouer avec le calendrier est audacieuse, puisqu'il se permet à la fois de raccourcir le pas de l'histoire (les Macondins vivent en cent ans un cycle millénaire) et d'allonger démesurément la vie humaine (certains personnages vivent plus de cent cinquante ans). L'interminable vieillesse de quelques témoins clés permet ainsi au lecteur de mieux saisir l'éternel piét [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CENT ANS DE SOLITUDE, Gabriel García Márquez  » est également traité dans :

GARCÍA MÁRQUEZ GABRIEL (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 2 393 mots

Dans le chapitre « Maturité technique et synthèse thématique : « Cent Ans de solitude » »  : […] Dans les premières œuvres de García Márquez, au demeurant fort courtes, Macondo n'existe que par morceaux que le lecteur doit lui-même assembler. Avec le très volumineux Cent Ans de solitude surgit, foisonnant, le roman de Macondo apparemment définitif. À côté d'éléments nouveaux, on trouve nombre de matériaux narratifs déjà connus mais encore développés et, surtout, organisés en une très habile […] Lire la suite

MO YAN (1955- )

  • Écrit par 
  • Chantal CHEN-ANDRO
  •  • 1 031 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre ouverte à tous les vents »  : […] Cet enracinement ne signifie pas pour autant un enfermement. L'œuvre de Mo Yan s'inspire de courants littéraires divers. Si elle est parcourue par la tradition chinoise (récits fantastiques et romans populaires traditionnels, art des conteurs de rue, opéra local), elle s'ouvre tout autant aux littératures du monde. Cette approche a été favorisée par l'immense chantier de traduction qui a débuté ap […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ève-Marie FELL, « CENT ANS DE SOLITUDE, Gabriel García Márquez - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cent-ans-de-solitude/