MENEM CARLOS SAÚL (1930-2021)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État argentin, président de la République de 1989 à 1999.

Carlos Saúl Menem naît le 2 juillet 1930 à Anillaco, dans la province de La Rioja (Argentine). Fils d'immigrés syriens, Carlos Saúl Menem est élevé dans la foi musulmane mais se convertit au catholicisme, la religion officielle de l'Argentine, pour réaliser ses aspirations politiques. Il rejoint le mouvement péroniste, rassemblé dans le Parti justicialiste, en 1956 et est brièvement emprisonné la même année pour avoir participé à une révolte destinée à ramener Juan Perón, chassé du pouvoir, à la présidence. Après avoir obtenu un diplôme de droit à l'université nationale de Córdoba en 1958, Menem devient conseiller juridique pour un syndicat de la ville de La Rioja, dans le nord-ouest du pays. Élu gouverneur de la province du même nom en 1973, il est congédié en 1976 par la junte militaire qui a renversé le gouvernement d'Isabel Perón, et il est assigné à résidence jusqu'en 1981.

Réélu gouverneur de La Rioja en 1983, Menem accroît les capacités d'action du gouvernement, octroie des allégements fiscaux favorables aux entreprises et poursuit diverses autres politiques caractéristiques du péronisme. Alors que le pays traverse une grave crise économique, Menem, de plus en plus populaire parmi les péronistes, est élu président de l'Argentine en mai 1989. Il devient ainsi le premier péroniste au pouvoir depuis l'élection de Perón en 1973. L'hyper-inflation le contraint d'abandonner la tradition socialiste du péronisme au profit d'une politique économique ouverte sur le marché mais fiscalement conservatrice. Avec l'aide de ministres non péronistes, Menem parvient à stabiliser la situation économique. Il jouit d'une immense popularité, à peine ternie par les critiques faites à l'encontre de l'amnistie présidentielle octroyée aux criminels de la dictature militaire (1976-1983). Le pacte d'Olivos qu'il conclut en 1994 avec l'opposition au Congrès l'autorise à réviser la Constitution de 1853 pour briguer un second mandat présidentiel, réduit à quatre ans

Réélu à la présidence en 1995, Menem s'efforce d'améliorer les relations avec le Royaume-Uni. Il y organise un voyage en 1998, le premier qu'entreprend un homme d'État argentin depuis la guerre des Malouines (1982). Ce second mandat est néanmoins marqué par des luttes internes et des scandales de corruption au sein du parti péroniste. La Constitution lui interdisant de se présenter pour un troisième mandat, Menem se retire de l'arène politique. C'est Fernando de la Rúa, candidat de l'Alliance d'opposition, qui est élu en décembre 1999.

En juin 2001, Carlos Menem est assigné à résidence pour son implication dans un complot de trafic d'armes, mais il est relaxé cinq mois plus tard. L'année suivante, l'Argentine est plongée dans une crise financière et économique sans précédent, et Fernando de la Rúa est contraint de démissionner. Menem revient alors sur le devant de la scène politique et tente de regagner le siège présidentiel. Des luttes de factions au sein du Parti justicialiste conduisent à une scission et Menem se présente à l'élection présidentielle de 2003 contre deux autres candidats justicialistes et des candidats d'autres partis. Au terme du premier tour de scrutin, il mène avec un quart des voix, devançant légèrement le justicialiste Nestor Kirchner mais sans obtenir la majorité qui lui permettrait de gagner. Sous la pression de nombreux partisans, Menem se retire avant le second tour, Kirchner est automatiquement déclaré élu.

En 2004, la justice lance un mandat d'arrêt international à l'encontre de Menem, inculpé d'administration frauduleuse de fonds publics ; celui-ci se réfugie au Chili pendant un an. Assuré de ne pas être incarcéré, il rentre en Argentine et se fait élire, en 2005, sénateur de sa province natale de La Rioja. Sous le coup de plusieurs chefs d'inculpation (contrebande d’armes, corruption, obstruction à une enquête fédérale), il est longtemps protégé par son immunité parlementaire. Acquitté une première fois en septembre 2011, il est cependant condamné en juin 2013 à sept ans de prison pour trafic d'armes puis en décembre 2015 pour corruption. Sa réélection au poste de sénateur en 2017, conjuguée aux lenteurs de la justice, lui permet d’échapper dans les années suivantes à d’autres poursuites.

Carlos Menem meurt à Buenos Aires le 14 février 2021.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  MENEM CARLOS SAÚL (1930-2021)  » est également traité dans :

ALFONSÍN RAÚL (1927-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 524 mots

Raúl Alfonsín, premier président argentin élu démocratiquement après la sanglante dictature militaire de 1976-1983, est mort d'un cancer, le 31 mars 2009 à Buenos Aires, à l'âge de quatre-vingt-deux ans. Né le 12 mars 1927 à Chascomús, dans la province de Buenos Aires, Raúl Ricardo Alfonsín Foulkes a été formé à l'école militaire General San Martín. Il est diplômé de droit de l'université nationa […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « « Suivez-moi ! » »  : […] Durant les derniers mois de l'année 1988, au moment le plus fort de l'hyperinflation, Carlos Menem, le gouverneur péroniste de la province de La Rioja, au bagout impressionnant, fait campagne avec un slogan aussi imprécis que lapidaire : « Suivez-moi ! » Élu président avec 49,2 p. 100 des voix, il ne tarde pas à donner une orientation imprévue au péronisme qu'il assure vouloir moderniser de fond […] Lire la suite

SOLANAS FERNANDO EZEQUIEL (1936-2020)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 775 mots

En juin 1968, en avant-première mondiale du Festival international du nouveau cinéma de Pesaro, en Italie, Lino Miccichè présente L’Heure des brasiers ( La h or a de los h ornos ). Le film a été tourné et produit pendant deux ans dans la clandestinité en Argentine, après le putsch militaire de 1966, par un jeune cinéaste, Fernando Ezequiel Solanas. Celui-ci – né le 16 février 1936 à Olivos, dan […] Lire la suite

VIDELA JORGE RAFAEL (1925-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 752 mots

Général et homme d'État argentin. Né le 2 août 1925 à Mercedes (Argentine), Jorge Rafael Videla est le fils d'un colonel de l'armée. Il est diplômé du collège militaire national en 1944, puis nommé officier. Il gravit progressivement les échelons et devient général de brigade en 1971, puis chef d'état-major de l'armée en 1973. Deux ans plus tard, la présidente Isabel Perón le nomme commandant en […] Lire la suite

Les derniers événements

14-31 mai 1989 Argentine. Élection de Carlos Menem à la présidence et « émeutes de la faim »

Le 14, Carlos Saul Menem, candidat du Parti justicialiste (péroniste), remporte l'élection présidentielle avec 49,2 p. 100 des voix et la majorité des grands électeurs contre 36,9 p. 100 à son principal adversaire, Eduardo Angeloz, candidat du Parti radical au pouvoir. Tandis que ce dernier était handicapé par l'échec de la politique économique du président Raul Alfonsín, Carlos Menem a su compenser son absence de programme politique par son charisme et son recours à la tradition caudilliste. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MENEM CARLOS SAÚL - (1930-2021) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-saul-menem/