KIRCHNER NESTOR (1950-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de l'Argentine de 2003 à 2007.

Né le 25 février 1950 à Río Gallegos, dans la province de Santa Cruz (en Patagonie), Nestor Kirchner effectue des études de droit à l'université nationale de La Plata, où il intègre l'organisation de la Jeunesse péroniste. En 1975, il épouse Cristina Fernández, une camarade de faculté. Après avoir obtenu leurs diplômes, les jeunes mariés rentrent à Santa Cruz où ils s'établissent avec succès comme avocats. Durant les années de dictature militaire (1976-1983), Nestor Kirchner est brièvement emprisonné pour ses opinions politiques. En 1987, il est élu maire de Río Gallegos et, quatre ans plus tard, gouverneur de Santa Cruz, premier de trois mandats consécutifs de quatre ans à la tête de la province. Les importantes réserves pétrolières de celle-ci, combinées à sa faible population, confèrent au gouverneur une certaine indépendance à l'égard du pouvoir fédéral. Nestor Kirchner se montre d'ailleurs critique vis-à-vis du président Carlos Menem. En 2001, son épouse, qui est aussi une personnalité politique de la province, est élue au Sénat.

Bien que peu connu en dehors de Santa Cruz, Nestor Kirchner annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2003. Dans un premier temps, son initiative n'est pas prise au sérieux. Mais, aidé par une habile campagne médiatique et par le soutien du président sortant, Eduardo Duhalde, figure clé du Parti justicialiste (péroniste), Nestor Kirchner acquiert progressivement le soutien de l'opinion. Au premier tour de l'élection, en avril 2003, il arrive en deuxième position, talonnant Carlos Menem. Peu de temps avant le second tour, pour lequel les sondages donnent l'ancien président largement perdant, celui-ci retire sa candidature, laissant la victoire par défaut à Nestor Kirchner. Une semaine plus tard, ce dernier prête serment.

Sitôt élu, Nestor Kirchner conforte sa position en adoptant des mesures populaires. D'une part, il pousse les chefs d'état-major à la retraite, annule la législation interdisant l'extradition des officiers accusés de violations des droits de l'homme au cours de la dictature et, en mars 2004, à l'occasion de la commémoration du putsch de 1976, demande pardon aux victimes du régime militaire. D'autre part, il met en place une politique économique qui permet une reprise de l'activité. En décembre 2005, Kirchner demande au Trésor de rembourser par anticipation la dette de près de 10 milliards de dollars contractée auprès du F.M.I., un geste symbolique montrant ainsi que l'Argentine ne souhaite plus dépendre de cette institution et préfère se rapprocher des autres leaders de gauche d'Amérique latine. Malgré sa popularité et son succès dans la relance de l'économie argentine, Nestor Kirchner choisit de ne pas briguer un second mandat et annonce qu'il soutient la candidature de son épouse, Cristina Fernández de Kirchner, sénatrice de la province de Buenos Aires depuis octobre 2005, pour représenter le parti péroniste à l'élection présidentielle d'octobre 2007 ; elle est élue dès le premier tour. En avril 2008, Nestor Kirchner devient le leader du Parti justicialiste mais, face à la débâcle électorale de sa formation dans les deux Chambres, en juin 2009, il abandonne son poste. Bien qu'il soit arrivé en seconde position à l'élection dans la province de Buenos Aires, Kirchner, en vertu du système proportionnel, entre, en décembre 2009, à la Chambre des députés pour un mandat de quatre ans. Alors qu'il était pressenti pour être à nouveau candidat à l'élection présidentielle de 2011, il meurt le 27 octobre 2010 d'une crise cardiaque.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  KIRCHNER NESTOR (1950-2010)  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « De l'effondrement à la sortie de crise »  : […] Après le défaut de la dette publique externe et la brutale dévaluation du peso, les autorités instaurent, alors que la crise bat son plein, une « pésification asymétrique » des actifs et des passifs du système bancaire : 1 peso par dollar pour les crédits bancaires et 1,4 peso par dollar pour les dépôts. Cela affecte durement la situation patrimoniale des institutions financières, et ce d'autant p […] Lire la suite

FERNÁNDEZ DE KIRCHNER CRISTINA (1953- )

  • Écrit par 
  • Mark P. JONES
  • , Universalis
  •  • 1 056 mots

Présidente de la république d'Argentine de 2007 à 2015, Cristina Fernández de Kirchner succéda à son époux Nestor Kirchner (2003-2007), qui l'accompagna durant son premier mandat. Cristina Fernández est née le 19 février 1953 à La Plata (Argentine). Elle étudie le droit à l'université nationale de La Plata, où elle rencontre Nestor Kirchner. Ils se marient en 1975. Lorsque la junte militaire pren […] Lire la suite

Les derniers événements

27 octobre 2019 Argentine. Élection d'Alberto Fernández à la présidence.

Le candidat de l’alliance Front commun, dominée par le Parti justicialiste (péroniste), Alberto Fernández, ancien chef de cabinet des présidents Nestor Kirchner et Cristina Fernández de Kirchner, remporte l’élection présidentielle au premier tour avec 48,2 p. 100 des suffrages – un score de 45 p. 100 suffit pour être élu. Sa vice-présidente est la sénatrice Cristina Fernández de Kirchner, qui est mise en examen dans plusieurs affaires. […] Lire la suite

1er août - 17 septembre 2018 Argentine. Révélation d'un vaste scandale de corruption.

Le 1er et les jours suivants, la police procède à l’arrestation d’anciens fonctionnaires des administrations de Nestor et Cristina Kirchner, au pouvoir de mai 2003 à décembre 2015, ainsi que d’entrepreneurs du BTP. Cette opération résulte de l’examen des cahiers tenus par le chauffeur de l’ancien numéro deux du ministère de la Planification Roberto Baratta, dans lesquels celui-ci avait noté les transferts au siège de la présidence ou au domicile des Kirchner, entre 2005 et 2015, de dizaines de millions de dollars en liquide provenant de pots-de-vin. […] Lire la suite

28 juin 2009 Argentine. Débâcle électorale pour le couple Kirchner

Lors des élections législatives anticipées pour le renouvellement de la moitié de la Chambre des députés et du tiers du Sénat, le Front pour la victoire, le parti de la présidente péroniste Cristina Fernández de Kirchner, élue en 2007, et de son mari Nestor Kirchner, chef de l'État de 2003 à 2007, perd la majorité dans les deux chambres, subissant une défaite dans les cinq principales circonscriptions. […] Lire la suite

28 octobre 2007 Argentine. Élection de Cristina Fernández de Kirchner à la présidence

La candidate péroniste Cristina Fernández de Kirchner, épouse du président sortant, Nestor Kirchner, remporte dès le premier tour l'élection présidentielle en obtenant 44,9 p. 100 des suffrages, loin devant sa principale adversaire, Elisa Carrio, candidate de la Coalition civique de centre gauche, qui recueille 22,9 p. 100 des voix. L'élection au premier tour est acquise avec plus de 40 p. […] Lire la suite

1er mars 2005 Argentine. Restructuration record de la dette privée

Le président Nestor Kirchner annonce la fin du moratoire sur le remboursement de la dette privée de son pays, qui courait depuis décembre 2001. L'opération d'échange des anciens titres de créance contre de nouvelles obligations d'État, d'une valeur de 70 p. 100 inférieure, s'est achevée en février. Les récentes restructurations de dettes privées, celle de la Russie en 1998 ou celle du Nigeria en 2002 par exemple, avaient abouti à une décote d'environ un tiers de leur valeur. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« KIRCHNER NESTOR - (1950-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nestor-kirchner/