MATTEUCCI CARLO (1811-1868)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Recherches sur l’électricité animale

Matteucci étudie comment le « courant propre de la grenouille » détermine la « contraction propre » de la patte, par circulation d’une électricité du nerf au muscle. Mais, devant des difficultés expérimentales, il se tourne vers l’étude du poisson torpille (1836) et ses travaux acquièrent rapidement une grande renommée à l’Académie des sciences de Paris. Il démontre que la décharge électrique de la torpille est commandée par la stimulation électrique d’un nerf ou d’un centre nerveux, selon le schéma de l’arc réflexe.

À partir de 1838, Matteucci étudie, en tétanisant un muscle par une stimulation électrique, la différence de potentiel qui existe entre sa surface et sa partie sectionnée et qui est due à un courant appelé alors de démarcation. Cela lui permet d’affirmer que le muscle n’est pas un vecteur passif d’électricité puisqu’il produit une électricité, en particulier dans une « pile » de muscles sectionnés enchâssés les uns dans les autres en série pour en faciliter la mesure.

Carlo Matteucci et l’électricité animale

Carlo Matteucci et l’électricité animale

Photographie

Pour faciliter la mesure par un galvanomètre du courant généré par la différence de potentiel existant entre la surface externe d'un muscle (A, A') et son plan de section (B, B'), appelé courant de démarcation, Carlo Matteucci (1811-1868) développe un dispositif expérimental. Il s'agit... 

Crédits : BnF, département Sciences et techniques, cote : S-31100, p. 388

Afficher

Une observation plus importante encore est la diminution du courant de démarcation au cours de la contraction (tétanus) d’un muscle. Le physicien français Antoine César Becquerel (1788-1878) confirme cette découverte et fait l’hypothèse correcte que le muscle contracté produit en même temps un courant. De son côté, Emil du Bois-Reymond (1818-1896), jeune concurrent allemand de Matteucci, poursuit l’hypothèse en indiquant que ce courant s’annule au cours du tétanus. Mais Matteucci ne parvient pas à concevoir cette possibilité car, pour lui, comme l’électricité est la cause de la contraction, électricité et contraction ne peuvent varier que conjointement.

Ces querelles aboutissent au cours des années 1840 à une violente polémique entre Matteucci et du Bois-Reymond, ce dernier étant d’abord peu considéré pour son approche quantitative dont on se méfie partout en Europe. Mais, si le dernier pamphlet de du Bois-Reymond contre Matteucci n’atteint pas la renommée de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MATTEUCCI CARLO (1811-1868)  » est également traité dans :

ÉLECTROPHYSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Max DONDEY, 
  • Jean DUMOULIN, 
  • Alfred FESSARD, 
  • Paul LAGET, 
  • Jean LENÈGRE
  •  • 17 313 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] La forte décharge naturelle de certains poissons électriques est le premier phénomène bioélectrique qui se manifesta – désagréablement – à l'homme qui, comme en témoignent les noms donnés à la torpille par les Indiens et les Arabes, en vint à pressentir une analogie avec la foudre. C'est en 1757 qu'Adanson, botaniste français, exprima l'idée que la décharge du silure du Sénégal pourrait être de mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophysiologie/#i_31465

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Gaël BARBARA, « MATTEUCCI CARLO - (1811-1868) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-matteucci/