SANDBURG CARL (1878-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'immigrants suédois et grand barde américain, Carl August Sandburg, né à Galesburg (Illinois), serait une sorte de Whitman laïque des grandes cités. Principalement connu pour ses Chicago Poems, qui lui valurent la célébrité dès 1916, et pour sa passion pour l'histoire orale et chantée des États-Unis populaires (The American Songbag, 1927 ; The New American Songbag, 1950), il est l'un des nombreux poètes venus à maturité au moment de l'explosion poétique de la « renaissance de Chicago » (1912). Pénétré des valeurs du Middle West et hostile à tout académisme, Sandburg se veut poète du peuple et partage les colères et les enthousiasmes des humbles ; la forme whitmanienne de son vers libre dit sa volonté de parole haute ; son long travail sur Abraham Lincoln (dont il composa une remarquable biographie en six volumes (The Prairie Years, 1926 et The War Years, 1939) traduit sa vénération pour ce héros populaire ; son engagement politique aux côtés du Parti social démocrate et l'activité journalistique de toute sa vie révèlent son ardeur militante ; les titres de ses recueils soulignent cette thématique première : Cornhuskers (1918), Smoke and Steel (1920), Slabs of the Sunburnt West (1922), Good Morning America (1928), The People, Yes (1936).

Après avoir quitté l'école à treize ans pour travailler à divers emplois manuels, il voyagea dans l'Ouest avant de rentrer en Illinois comme peintre en bâtiment. Soldat volontaire lors de la guerre hispano-américaine de 1898, il reprit ensuite ses études, comme salarié, à Lombard College. Sa carrière militante débute en 1910, lorsqu'il devient secrétaire du maire socialiste de Milwaukee. Devenu journaliste, il écrit les éditoriaux du Daily News de Chicago et collabore à de nombreuses publications, suivant de près la vie syndicale et politique. Son autobiographie (Always the Young Strangers, 1953) retracera avec humour cette partie de sa vie.

Son premier recueil, In Reckless Ecstasy (1904), n'avait guère reçu l'assentiment critique. Un temps proche des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature américaine à l'université d'Orléans

Classification


Autres références

«  SANDBURG CARL (1878-1967)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le Midwest »  : […] Lewis et Sherwood Anderson, et Masters sacrifie d'enthousiasme au réalisme alors en vogue dans les romans régionaux de Garland et de Fuller ; mais il semble peu ému par le vent imagiste où Carl Sandburg fait voler ses premiers feuillets et qui n'est pas sans affecter, par des voies indirectes, l'œuvre de Vachel Lindsay […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_88467

Pour citer l’article

Marc CHÉNETIER, « SANDBURG CARL - (1878-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-sandburg/