CAPITAL-RISQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Véritable levier du dynamisme industriel et économique, le capital-risque traduit bien imparfaitement le concept américain de venture capital : la version française fait primer la notion de risque sur celle d'aventure. Il s'agit pourtant d'une aventure d'un type nouveau entre un industriel et un financier, associés dans un projet d'entreprise. Le capital-risque est une activité d'intermédiation financière à vocation d'investissement. Elle permet l'engagement de capitaux dans la création et le démarrage de petites entreprises spécialisées dans de nouvelles idées ou de nouvelles technologies, à fort potentiel de développement international. Les investisseurs en capital-risque reçoivent des fonds d'institutions financières ou de personnes privées, et les placent dans des entreprises qu'ils ont sélectionnées et qu'ils aident activement dans l'organisation de leur gestion et de leur croissance. Ces investissements assurent des plus-values en cas de succès de l'entreprise, lorsque les actions de celle-ci commencent à être cotées et échangées en Bourse à une valeur plusieurs fois supérieure au montant de l'investissement initial. C'est en fait une sorte de mariage avec divorce à l'amiable préétabli, le financier investisseur entrant dans un projet pour une durée de quatre à six ans. Les banques classiques et autres organismes institutionnels interviennent en soutien d'une phase de développement contrôlée, la Bourse prenant ensuite le relais.

Ce genre d'opérations comporte un risque important en raison du taux élevé de mortalité naturelle des entreprises nouvelles. Pourtant, la formule a remporté un énorme succès aux États-Unis, où elle est née, et a fait école dans un pays comme la France. Jouent ou ont joué, selon les époques, les raisons suivantes : apparition d'un grand nombre d'opportunités technologiques pour la création et la commercialisation de biens et de services totalement nouveaux ; perspectives de très importantes plus-values associées aux investissements dans ces nouvelles firmes de haute technologie ; diminution des opportunités d'investissements intéressants conjuguée à la baisse de la pression fiscale sur les plus-values boursières.

Au cours des années 1990, les technologies de l'informatique et de la communication ainsi que les biotechnologies ont constitué les principaux domaines d’intervention des acteurs en la matière. Plus récemment, les secteurs de l’énergie et, de façon plus générale, du développement durable ont attiré un nombre croissant d’investissements.

—  Marie-France BAUD-BABIC, Universalis

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CAPITAL-RISQUE  » est également traité dans :

BANQUES ISLAMIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 655 mots

Les banques islamiques n'ont cessé d'intriguer les financiers internationaux, car elles respectent à la lettre ce qu'interdit l'islam sous le terme générique de riba , à savoir la combinaison de trois éléments : l'engagement à terme, la condition aléatoire et la rémunération prédéterminée du capital, combinaison que le mot « intérêt » ne traduit qu'imparfaitement. Les banques et établissements isl […] Lire la suite

ENTREPRISE - Financement

  • Écrit par 
  • Michel ALBOUY, 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 7 607 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le capital-risque »  : […] Le terme capital-risque est utilisé pour décrire l'apport en fonds propres à des sociétés non cotées. Le capital-risque n'est pas récent, mais son essor a suivi celui de la nouvelle économie. En France, il s'est développé grâce à l'aide des pouvoirs publics, par la création des sociétés de développement régional (S.D.R.), puis par le développement d'organismes privés, les sociétés de capital-risq […] Lire la suite

INTERNET - Économie d'Internet

  • Écrit par 
  • Éric BROUSSEAU
  •  • 5 665 mots

Dans le chapitre « Un jeu concurrentiel risqué mais très rentable »  : […] Ces industries, qu'on qualifie désormais de numériques, sont marquées par une logique de concurrence où le « gagnant emporte la mise » ( winner takes all ). Fondés sur l'innovation, ces marchés sont, au départ, toujours très concurrentiels car des solutions différentes sont proposées. Chacun des offreurs réalise néanmoins qu'un seul d'entre eux survivra sur chacun des marchés possibles (enchères, […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Croissance économique

  • Écrit par 
  • Jean-Olivier HAIRAULT
  •  • 9 667 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Imperfection des marchés financiers »  : […] Il n'est pas toujours possible d'emprunter le niveau de fonds souhaité, ce qui peut limiter l'investissement et l'accumulation. Comme il existe un risque de non-remboursement pour le prêteur, ce dernier peut exiger des collatéraux ou garanties (cautions, hypothèques, etc.). Il faut donc être suffisamment riche pour emprunter. Il s'agit là obstacles qui peuvent entraver notamment le financement des […] Lire la suite

Les derniers événements

Crise économique mondiale. Réactions du système financier à la crise des « subprimes ». 11-19 décembre 2007

des prêts hypothécaires américains à risque – les subprimes – qui a éclaté au cours de l'été. Elle est jugée insuffisante par les milieux financiers. Le 12, la Fed, la Banque centrale européenne, la Banque nationale suisse, la Banque d'Angleterre et la Banque du Canada adoptent […] Lire la suite

Royaume-Uni. Mise en faillite du constructeur MG Rover. 7-8 avril 2005

Le 7, le groupe de capital-risque Phoenix Venture, principal actionnaire de MG Rover, annonce l'engagement d'une procédure de mise en faillite du dernier constructeur automobile britannique indépendant. Cette décision fait suite à l'échec des négociations menées avec le groupe chinois Shanghai […] Lire la suite

France. Manifestation en faveur de la défense du service public. 3 octobre 2002

, programmée dans le cadre de l'Union européenne, entraînerait une ouverture du capital d'E.D.F.-G.D.F., avec le risque de voir le rendement favorisé au détriment du service public. De nombreux employés d'Air France, de France Télécom et de La Poste se joignent au défilé. Le gouvernement affirme « partager le message » d'attachement au service public exprimé par les manifestants. […] Lire la suite

France. Mise en place de la « deuxième phase » de la politique économique. 10-26 septembre 1986

est supprimé. Édouard Balladur révèle aussi les noms des entreprises nationalisées qui seront les premières à être privatisées : Saint-Gobain, les Assurances générales de France (A.G.F.), et le groupe financier Paribas. Ce choix, sans risque, est destiné à rassurer les milieux boursiers en attirant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France BAUD-BABIC, « CAPITAL-RISQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/capital-risque/